Politique à Madagascar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique à Madagascar
Image illustrative de l'article Politique à Madagascar

Les institutions de Madagascar sont définies par la Constitution de 2010 fondant la Quatrième République.

Madagascar est une république à régime semi-présidentiel multipartite, où le président est le chef de l'État et le Premier ministre chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est aux mains du gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et les deux chambres du Parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant des deux premiers.

L'actuel président de la République est Hery Rajaonarimampianina depuis le 25 janvier 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La Première République malgache était encore très étroitement liée à la France par les Accords de coopération. Philibert Tsiranana, critiqué par la population pour son soutien aux intérêts français, fait face à une contestation grandissante et se retire en 1972. Il donne les pleins pouvoirs au général Gabriel Ramanantsoa, qui décide d'organiser un référendum afin d'officialiser son pouvoir pour une période transitoire. Le référendum l'ayant plébiscité, le Général crée un gouvernement d'union nationale et exerce le pouvoir jusqu'en 1975, avant de passer le flambeau au populaire colonel de gendarmerie Richard Ratsimandrava. Seulement, ce dernier est assassiné au bout d'une semaine en raison des intérêts économiques français auxquels il comptait mettre fin.

Le capitaine de frégate Didier Ratsiraka devient alors président d'une IIe République en 1975 et entreprend de s'aligner sur la position du bloc prosoviétique, tout en étant l'un des militants actifs du non-alignement. Mais vers la fin des années 1980, il est contraint d'engager le pays sur la voie d'un libéralisme prudent, notamment économique.

En 1991, l'opposition à Ratsiraka s'amplifie. Des manifestations populaires sont réprimées par l'armée, faisant de nombreuses victimes. Après une brève période transitoire, une nouvelle constitution est adoptée et Albert Zafy, candidat de l'opposition, est élu à la présidence de la République.

Paradoxalement, l’élection présidentielle de 1996 (après l'empêchement de Zafy par l'Assemblée nationale) voit la réélection de Ratsiraka. Madagascar connaît une période de stabilité économique jusqu'en 2001, due à la stabilité politique liée à la dictature de Didier Ratsiraka, où les résultats des élections sont contestés.

L’élection présidentielle de 2001 a en effet plébiscité le candidat d'opposition Marc Ravalomanana, vers lequel se tourne le vote de presque tous les opposants. Il gagne dès le premier tour. Mais le pouvoir dirigé par Didier Ratsiraka falsifie les procès-verbaux des résultats, dans les zones enclavées qui constituent la majeure partie du territoire, pour organiser un deuxième tour qui lui donnera la victoire par le même procédé. De plus, il change à 80 % la composition de la Haute Cour constitutionnelle, chargée de valider le résultat des élections, entre la publication de la liste officielle des candidats et le vote. Mais en tant que milliardaire, Ravalomanana dispose de plusieurs hélicoptères qui lui permettent de réunir en peu de temps la copie de tous les procès-verbaux du pays, avant que ceux-ci ne puissent être falsifiés. Ses électeurs réclament la comparaison des procès-verbaux, refusée par le camp adverse. Ravalomanana se proclame président fin février 2002, Ratsiraka érige des barrages routiers pour isoler la capitale qu’il pense être la seule ville acquise à la cause de son rival, le pays est paralysé.

Suite aux accords de Dakar en avril 2002 et conformément à une décision judiciaire annulant la nomination de la nouvelle Haute Cour Constitutionnelle en raison d'un vice de forme, la Cour précédente, reconduite dans ses fonctions, se charge de procéder à la comparaison des procès-verbaux des résultats. Le camp de Ratsiraka refuse pourtant de coopérer et refusera de reconnaître les résultats. Les membres de la Cour qui lui sont fidèles n'ont pas pris part aux délibérations. La vérité des urnes est enfin officialisée fin avril 2002 : Ravalomanana est déclaré vainqueur dès le premier tour. Il est légalement investi dans ses fonctions une semaine plus tard. La communauté internationale reste pourtant perplexe. La situation ne se débloquera qu'en juillet 2002, lorsque tour à tour, les pays occidentaux, les États-Unis en tête et la France en dernier reconnaîtront la victoire de Ravalomanana. L'Union africaine, dirigée par de nombreux anciens dictateurs amis de Ratsiraka, ne considérera Ravalomanana comme président qu'en janvier 2003, suite aux élections législatives remportées par son parti.

Aujourd'hui[Quand ?], Ravalomanana fait face à l'insatisfaction des déçus de son régime. Certains ne voyaient en lui qu'un simple moyen d'écarter Ratsiraka. Les partisans proches de ce dernier se sont tous exilés en France, où ils mènent une campagne de déstabilisation depuis 2002. Avec l'aide des anciens dirigeant du pays et des militaires mutins du camp militaire de CAPSAT, Andry Rajoelina a pu prendre de force le pouvoir à Ravalomanana.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti Depuis
Président de la République Hery Rajaonarimampianina Indépendant 25 janvier 2014
Premier ministre  Roger Kolo Hery Vaovao ho an'i Madagasikara 16 avril 2014

Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans, renouvelable une fois. Il nomme le Premier ministre. Il peut dissoudre l'Assemblée nationale, qui peut pour sa part voter une motion de censure exigeant la démission du Premier ministre et de son gouvernement.

En 2009, Andry Rajoelina a pris le pouvoir après avoir forcé par coup d'État à la démission le président Marc Ravalomanana.

Avant le 17 novembre 2010, en cas d'interruption du mandat présidentiel, le président du Sénat devait exercer provisoirement le pouvoir et organiser une élection dans les six mois qui suivaient. Le 16 mars 2009, le président Marc Ravalomanana remet sa démission aux ambassadeurs des États-Unis et d'Afrique du Sud et signe un décret demandant au plus haut gradé de l'armée de mettre en place un directoire militaire. Ce dernier transfère le pouvoir à Andry Rajoelina sous la pression de quelques officiers militaires qui seront emprisonnés un an plus tard. La Haute Cour constitutionnelle a ensuite légiféré cette prise de pouvoir suite à la pression de Norbert Ratsirahonana qui est l'ancien président de cette institution et devenu conseiller spécial de Andry Rajoelina. Norbert Ratsirahonana était également l'ambassadeur itinérant de l'ancien président Marc Ravalomanana avant la chute de ce dernier.

Une fois arrivé au pouvoir, le jeune président de la haute autorité de la transition âgé seulement de 34 ans a amendé la constitution dans 2 sens : 1) recul de l'âge pour être candidat à la présidence de la république de 40 à 35 ans ; 2) le transfert du pouvoir à une direction collégiale composé par le Premier ministre, le président du Sénat et le président de l'Assemblée nationale en cas de vacance de la présidence de la République.

Système[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est constituée de 160 représentants élus au suffrage direct tous les cinq ans. Le Sénat est quant à lui constitué de 90 sénateurs, dont les deux tiers sont élus par les législateurs locaux. L'autre tiers est nommé par le président, tous pour un mandat de cinq ans. Le Premier ministre et le Conseil des ministres s'occupent de l'administration quotidienne du gouvernement. Le président nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou groupe de parti majoritaire dans l'Assemblée Nationale.

Le Premier ministre et les membres du Parlement sont à l'origine de la législation, et le gouvernement l'exécute. Le président peut dissoudre l'Assemblée nationale. Pour sa part, l'Assemblée nationale peut voter une motion de censure et obliger le Premier ministre et le Conseil des ministres à faire marche arrière. La Cour constitutionnelle examine les nouvelles lois afin de s'assurer qu'elles sont conformes à la Constitution.

La législation détermine l'administration territoriale. Dans un effort de décentralisation de cette dernière, la constitution encourage les six provinces à devenir autonomes.


Quelques données[modifier | modifier le code]

Nom du pays:

  • Forme longue conventionnelle : République de Madagascar
  • Forme courte conventionnelle : Madagascar
  • Forme longue locale : Repoblikan'i Madagasikara (malgache)
  • Forme courte locale : Madagasikara
  • Forme longue antérieure: République démocratique malgache
  • Forme longue locale antérieure: Repoblika demokratika malagasy (malgache)

Code : MG

Type de gouvernement : république

Constitution : 11 décembre 2010, par référendum national.

Système légal : basé sur le droit civil français et le droit coutumier malgache. Madagascar ne reconnaît pas la compétence obligatoire de la CIJ (Cour internationale de justice).

Suffrage : à partir de 18 ans; universel

Pouvoir exécutif :

La fonction exécutive est exécutée par le président de la République et le Gouvernement.

  • Gouvernement : Conseil des ministres, nommés par le Premier ministre.
  • Élections : Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois. Le Premier ministre est nommé par le président à partir d'une liste de candidats désignés par le parti ou groupe de partis majoritaire à l'Assemblée nationale.

Pouvoir législatif : Parlement bicaméral

  • Assemblée Nationale : Les membres de l'Assemblée Nationale sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct.
  • Sénat : Le mandat des sénateurs est de cinq ans. Il comprend pour deux tiers, des membres élus en nombre égal pour chaque Province, et pour un tiers, des membres nommés par le président de la République.

Pouvoir judiciaire : Cour suprême, Haute Cour constitutionnelle et Haute Cour de Justice.

Partis politiques : Association pour la renaissance de Madagascar ou AREMA, Libéralisme économique et action démocratique pour la reconstruction nationale ou LEADER/Fanilo, J'aime Madagascar ou TIM, TGV ou parti des Jeunes Malgaches Prêts, Union nationale ou FP, Renouveau du Parti social-démocrate ou RPSD.

  • Groupe de pression politique : Mouvement fédéraliste, Conseil national, Conseil des Églises chrétiennes de Madagascar ou FFKM

Participation aux organisations internationales : ONU, UA, MPNA, OIF, ACP, G-77, AIEA, FMI, Banque mondiale, BIRD, IDA, OIT, CNUCED, UNESCO, HCR, UPU, OMC, ONUDI, OMS, FAO, ISO, COI, COMESA, SADC, Interpol

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :