Politics Among Nations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politics Among Nations : The Struggle for Power and Peace
Auteur Hans Morgenthau
Genre Ouvrage de théorie des relations internationales
Éditeur original Knopf
Pays d'origine États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1948

Politics Among Nations : The Struggle for Power and Peace (Politique internationale : Le conflit entre pouvoir et paix) est le livre le plus célèbre de Hans Morgenthau ; cet ouvrage de Relations internationales fut publié aux États-Unis en 1948.

L'ouvrage introduit le concept de réalisme politique en présentant une vision réaliste de la politique d'intimidation. Ce concept a joué un rôle majeur dans la politique étrangère des États-Unis, leur permettant d'exercer leur pouvoir à une échelle mondiale durant la Guerre froide. Il appelle aussi à une conciliation entre les politiques d'intimidation en faisant référence aux idéaux éthiques de débats américains plus traditionnels dans le domaine de la politique étrangère.

Citations[modifier | modifier le code]

«  L'homme d'État doit penser en termes d'intérêt national, considéré comme un pouvoir parmi d'autres. L'esprit populaire, ignorant les subtilités de l'esprit de l'homme d'État, raisonne plus souvent en termes de bien et de mal absolus, d'un point de vue moral et légal élémentaire »[1]

« D'après la théorie réaliste, les principes moraux universels ne peuvent s'appliquer aux actions des États [...]. L'individu se dira : « Que justice soit faite, même si le monde doit périr », mais l'État ne pourra raisonner de cette manière, au nom de ceux qui sont sous sa protection. [...] Alors que l'individu a moralement le droit de se sacrifier pour défendre un tel principe moral, l'État ne peut laisser sa désapprobation morale de la violation de [ce principe moral] empêcher l'accomplissement d'une action politique fructueuse, elle-même inspirée par le principe moral de survie nationale »[2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Karen Mingst and Jack Snyder, Essential Readings in World Politics (2e edition), 2004, p. 48

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. «The statesman must think in terms of the national interest, conceived as power among other powers. The popular mind, unaware of the fine distinctions of the statesman’s thinking, reasons more often than not in the simple moralistic and legalistic terms of absolute good and absolute evil.» Hans Morgenthau and Kenneth Thompson, Politics Among Nations, 6e édition (New York: McGraw-Hill, 1985), p. 165.
  2. «Realism maintains that universal moral principles cannot be applied to the actions of states (...). The individual may say for himself: "Let justice be done, even if the world must perish", but the state has no right to say so in the name of those who are in its care. (...) While the individual has a moral right to sacrifice himself in defense of such a moral principle, the state has no right to let its moral disapprobation of the infringement of (that moral principle) get in the way of successful political action, itself inspired by the moral principle of national survival» Ibid. p. 166