Polig Monjarret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Polig Montjarret)
Aller à : navigation, rechercher

Polig Monjarret

Nom de naissance Paul Monjarret
Alias
le Général des Binious
Naissance 31 juillet 1920[1]
Pabu[2]
Décès 8 décembre 2003 (à 83 ans)[1]
Ploemeur[1]
Nationalité française
Activité principale Musicien et collecteur d'airs traditionnels breton
Distinctions
Ordre de l'Hermine
Orden de la Vieira[3]

Polig Monjarret, Paul Monjarret à l'état-civil (31 juillet 1920, Pabu - 8 décembre 2003, Ploemeur), est un musicien, collecteur et membre du mouvement breton, créateur de la Bodadeg ar Sonerion, principale association de musique traditionnelle bretonne.

Ses activités se sont aussi portées dans le développement de l'interceltisme, notamment en favorisant la création de jumelages entre des villes bretonnes et des villes irlandaises ou galloises, mais aussi en permettant des échanges culturels via son implication dans le festival interceltique de Lorient ou dans d'autres programmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Polig Monjarret naît à Pabu dans la région de Guingamp en 1920. Il passe une partie de son enfance chez ses grand-parents maternels[2] qui tiennent une cidrerie, et où la langue bretonne est utilisée quotidiennement. Il prend des cours chez les Frères de Guingamp à l'école Saint-Léonard[4]où il apprend aussi le violon. Il découvre également le scoutisme en 1931 chez les catholiques scouts de France du collège Notre-Dame de Guingamp, et y devient chef de patrouille en 1936. La même année il quitte cette organisation pour rejoindre celle laïque des éclaireurs de France dont il fait partie jusqu'en 1940. Après ses études au collège de Guingamp, il travaille avec son père comme menuisier pendant plusieurs années[5], avant d'aller étudier à Rennes à l'école de beaux-arts de la ville[6] et où il fréquente aussi le cercle celtique de Rennes[7].

Au début de l'occupation, il travaille dans un centre de jeunesse à Mordelles, près de Rennes, et apprend à l'époque le breton et le biniou. Il quitte celui-ci en mai 1942 lorsque les dirigeants sont sommés de suivre les idées de la Révolution nationale, consécutif au retour de Pierre Laval au pouvoir en avril 1942. Il rentre alors chez ses parents à Guingamp, et monte un camp scout clandestin au château de Tonquédec mais celui-ci n'a pas de suite, et il est pour la première fois inquiété par la Gestapo[5].

L'Occupation[modifier | modifier le code]

Il est approché par Yann Goulet, chef des organisations de jeunesse du Parti national breton, qui y voit une recrue potentiellement intéressante. Son adhésion au groupe lui permet d'échapper au Service du travail obligatoire, et il prend sa carte en novembre 1942. Il reste inscrit jusqu'au 19 août 1943, date à laquelle il démissionne, suite aux propos de Yann Goulet dont il dit être « totalement écœuré » . Pendant cette durée, il assiste à cinq ou six réunions du groupe, dirige le groupe de joueurs de biniou, et ne recrute aucun adhérent ; il signe aussi deux articles pour L'Heure bretonne, mais sont, selon lui, réécrits par Goulet[n 1],[5].

Le 4 juin 1944 il prononce à Vannes une allocution lors d'une fête dans laquelle il s'en prend aux politiciens du mouvement breton, et appelle à fraterniser avec les Anglais. Il est par la suite recherché par la Gestapo qui lui reproche «  discours anti-allemand et (…) réunion de maquisards »[5], ainsi que d'avoir la majorité de sa famille dans la Résistance[8], et doit se cacher dans le grenier de sa fiancée, Zaig Le Foll ; il épouse en cachette cette dernière le 10 juillet 1944, à Saint-Brieuc, mais est arrêté deux ou trois jours plus tard. Il est interrogé à Rennes par la Gestapo qui lui demande de donner les noms de membres de sa famille ayant rejoint le maquis et d'intégrer le Bezen Perrot, ce qu'il refuse. Il est alors interné en Allemagne, et arrive à Innsbruck le 28 juillet 1944[5] au bout de 18 jours de transports dans des camions ou des wagons à bestiaux. Il est libéré en mai 1945 et regagne Paris en voiture avec six autres prisonniers ; là il y est démobilisé et prend la route de la Bretagne[9].

À son retour en Bretagne, il apprend par son père qu'il fait l'objet de recherche par la gendarmerie, et sur le conseil de celui-ci se présente le 2 juin 1945 à la gendarmerie de Saint-Brieuc. Il est alors emprisonné à Rennes, et le procès se tient le 30 octobre 1945. Il est innocenté le même jour par la cour[5].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En dehors de ses activités liés à la musique bretonne, Monjarret se met en retrait à plusieurs reprises. Il passe ainsi une année à partir d'avril 1955 à Abidjan en Côte d'Ivoire à travailler dans les chantiers de construction navale. À son retour il s'installe à Lorient avant de recommencer peu à peu à s'impliquer dans la BAS. À cette époque ses activités de tapissier l'amène à travailler pendant 14 mois à Saint-Nazaire[10], notamment sur le chantier du France, dont il assure au Havre l'entretien pendant les sept années suivantes des tapisseries, murs et sols[11].

Il reste échaudé par son expérience politique lors de son passage au Parti national breton pendant la guerre, et reste en dehors de toute politique partisane après celle-ci[12]. Il se montre aussi critique d'autres branches du mouvement breton, déclarant ainsi en 1998 : « Si chacun, dans son domaine, avait fait aussi bien que la BAS a fait pour la musique bretonne, la langue et les autres composantes du patrimoine breton en seraient, aujourd'hui, à un stade plus avancé »[13]

Il a aussi trois filles, Soazig, Gwenola, et Nolwenn[12]. Cette dernière est chanteuse de musique bretonne est a publié plusieurs albums[14].

Renouveau de la musique bretonne[modifier | modifier le code]

Bagadoù[modifier | modifier le code]

Débuts de la Bodadeg ar Sonerion[modifier | modifier le code]

Locmaria-Berrien où Monjarret prend conscience en 1942 des spécificités de la musique traditionnelle bretonne.

Il acquiert une bombarde auprès du luthier Dorig Le Voyer en 1940 après l'avoir entendu jouer au cercle celtique de Rennes qu'il fréquente à l'époque. Ce dernier lui apprend les bases de l'instrument en se rendant chez lui à Mordelles dans la région de Rennes, et ils forment rapidement un couple biniou-bombarde[4]. À l'occasion d'un mariage en mars 1942 à Locmaria-Berrien, invité par Loeiz Ropars, il prend conscience des différences existantes entre la musique classique qu'il connait, et la musique traditionnelle, utilisant une gamme naturelle et transmise à l'écoute de musicien à musicien[2].

Avec Dorig Le Voyer, il commence à envisager la création d'une association regroupant les sonneurs de la région, ce dernier ayant déjà participé à la création d'un groupe semblable dans la région parisienne en 1932[n 2]. En novembre 1942 il obtient les noms d'une soixantaine de sonneurs et tente de les contacter pour leur faire part de son projet, mais en raison de la guerre ne parvient à en rencontrer qu'un nombre limité. La Bodadeg ar Sonerion est effectivement créée en 1943 et officialise son existence à Rennes lors du quatrième congrès de l'Institut celtique de Bretagne le 23 mai 1943 ; Monjarret en devient le secrétaire[4].

Le développement de l'association doit composer avec les exigences matérielles de la guerre. début juin 1944, celle-ci arrive cependant à 105 membres. Monjarret commence dès cette période à se concentrer sur la formation des futurs cadres des groupes, influencé par ses expériences chez les scouts. En septembre 1943 il organise ainsi un premier camp-école au Château de Kerriou à Gouezec avec 23 élèves venus du reste du Finistère[9].

Structuration et développement après-guerre[modifier | modifier le code]

Le City Police Pipe Band de Glasgow rencontré en 1947 sert d'inspiration pour la création des bagadoù.

La relance de l'association se fait dans un contexte compliqué, certaines composantes du mouvement breton ayant participé à la collaboration. L'association est cependant déclarée conforme à la loi de 1901 sur les associations et enregistrée le 31 mars 1946. Monjarret écrit aux membres que comptait l'association pendant la guerre, mais n'obtient qu'une vingtaine de réponse, ce qui n'empêche pas la BAS de se développer et de compter plus de 300 membres dès la fin de la même année. En 1947, lors d'un congrès du Sao Breiz pendant lequel il est invité à jouer, il voit se produire le City Police Pipe Band de Glasgow qui lui fait forte impression et dont il va plus tard s'inspirer pour la mise en place des bagadoù[15].

Il déménage à Carhaix en novembre 1947 et commence à y fréquenter le cercle celtique local[15]. Il leur propose alors de créer ce qui allait devenir le premier bagad, et contacte Dorig Le Voyer pour qu'il leur fournisse en priorité ses instruments. Ce premier ensemble rassemble alors des cheminots de la région, la ville étant à l'époque au centre du Réseau Breton[16]. Il aide aussi à la création d'autres groupes à l'époque, comme le bagad Kemper en 1949[17], ou au développement de ceux-ci, comme le bagad de Lann-Bihoué à la fin des années 1950[18].

Son action se porte aussi sur la création et le développement de concours et de festivals rassemblant ses ensembles. Il aide ainsi en 1947 à relancer le festival de Cornouaille à Quimper[17] qui est alors porté par François Bégot, Pierre Jakez Hélias et Jo Halleguen[19]. En 1953 le festival international des cornemuses est créé à Brest pour fêter le dixième anniversaire de la Bodadeg ar Sonerion dont il est président[20]. Lorsqu'un conflit éclate entre le BAS et la mairie de Brest, il prend contact avec la mairie de Lorient pour y transférer ce festival, ce qui aboutit à la création en 1971 du festival interceltique de Lorient[21].

Il quitte la BAS en 1982 à l'age de 62 ans après en avoir été le secrétaire pendant 18 ans, et le président pendant 22 ans[22].

Collecteur d'airs[modifier | modifier le code]

Il a laissé une œuvre importante pour le patrimoine musical breton en participant directement sur le terrain et indirectement via des correspondants locaux à la collecte d'airs traditionnels[15]. Cette collecte commence à partir de 1946, et il archive au fils des années près de cinq mille titres[23]. Les airs qu'il collecte passe au niveau de la BAS par le censeur musical de celle-ci, Joseph Le Penven, chargé de faire le trie entre les airs bretons et les autres airs. Jugeant que celui-ci opère un trie trop rigide, Monjarret commence au bout d'un an à conserver tout ce qu'il collecte[15]. À partir de 1954, il effectue son travail de collecte au moyen d'un magnétophone, ce qui pose des problème de conservation à moyen terme[n 3], et principalement dans le Vannetais[24].

La valorisation de ce patrimoine s’effectue à différents niveaux. Sa femme Zaïg qui pendant la guerre chante déjà avec ses sœurs dans la chorale de Jef Le Penven en enregistre une partie sur disques, et utilise ce fond pour son répertoire de chants[25]. Il crée aussi en 1973 le Kan ar Bobl, un concours de chants traditionnels, et participe plus tard à la création du conservatoire de musique traditionnelle Amzer Nevez à Ploemeur[26].. En 1984, il publie Tonioù Breizh Izel, « Musique populaire de Basse Bretagne », recueil de quelque 2 365 airs qu'il a recueillis en Basse-Bretagne de 1941 à 1953[27]. Un second tome est publié en 2003, réunissant des airs collectés plus tard, mais aussi des airs contemporains et des compositions récentes. Les airs de ce volume sont adaptés au jeu traditionnel par Monjarret lui-même, ainsi que par Josick Allot et André Le Meut[28]. Des chants de création contemporaines dont les thématiques s'inspirent notamment d'évènements comme la prise de la préfecture de Morlaix, le CELIB ou l'Affaire de Plogoff figurent aussi dans son travail de collecte[25].

Kendalc'h[modifier | modifier le code]

Polig Monjarret a aussi travaillé dans le domaine des danses bretonnes. Il est secrétaire de la fédération culturelle Kendalc'h en 1950 qui est alors dirigée par Yvonig Gicquel, et dont la BAS est membre. Une divergence entre lui et Gicquel abouti au départ des bagadoù et de leurs cercles celtiques de cette fédération. C'est ainsi qu'est créé War 'l leur pour permettre à ces derniers de concourir[29].

Interceltisme[modifier | modifier le code]

Pays de Galles[modifier | modifier le code]

Il se rend au Pays de Galles pour la première fois en 1947, invité par l'association galloise Y Urdd, où il rencontre pour la première fois Gildas Jaffrennou qui vit alors à Harlech[30]. Par la suite, il aide dans les années 1980 à la mise en place de jumelage entre des communes du pays avec la Bretagne, notamment avec des communes du pays léonard, en prenant exemple sur des jumelages du même type passé avec des villes d'Irlande[31].

Irlande[modifier | modifier le code]

Ses relations avec l'Irlande commencent à partir de 1949 lorsqu'il fait connaissance avec le secrétaire de la Pipers Association, venu en Bretagne pour participer à un camp de sonneurs à Fouesnant. Il reprend contact avec celui-ci lorsque sa fille de dix-mois attrape la poliomyélite et qu'il ne parvient pas à la faire soigner en France. Son traitement pendant six mois dans un hôpital de Dublin et son transport sont alors pris en charge par des Irlandais[30]. Il garde contact, et effectue selon ses dires plus de 200 voyages en Irlande entre les années 1960 et sa mort[32], en développant plusieurs types d'échanges :

Il contribue à développer les jumelages entre la Bretagne et l'Irlande. Le CELIB qui a lancé un comité Bretagne-Irlande en 1964 le charge de re-dynamiser celui-ci en 1972 en le nommant responsable des relations publiques du comité, et en le chargeant de développer les jumelages entre villes bretonnes et irlandaises[33]. Il parvient alors à convaincre les responsables de la Brittany Ferries d'ouvrir une ligne de ferry directe entre Roscoff et Cork[34] en 1978[31]. La société va par la suite lui donner des facilités pour développer ces jumelages et échanges entre les deux pays[32]. La première charte de jumelage est signées en 1975 entre Lorient et Galway suite aux actions de Polig, et celui-ci est rapidement contacté par d'autres municipalités pour mettre en place des programmes du même type[35]. Le succès est tel qu'il doit faire appel à des délégués départementaux pour mettre en place ces jumelages dans les années 1980[31]. Le comité Bretagne-Irlande contribue ainsi par l'action de Monjarret à mettre en place plus d'une centaine de jumelages entre la Bretagne et l'Irlande[26].

Polig est à l'origine de l'introduction de poneys du Connemara à partir des années 1970.

Ses interventions portent aussi sur le plan culturel. Il assiste à la finale du Fleadh Cheoil en août 1972, concours de chants et de musique traditionnelle, ce qui lui inspire la création du Kan ar Bobl lors de l'édition 1973 du festival interceltique de Lorient[32]. En 1974, il ramène d'Irlande trois poneys du Connemara d'Irlande. Après la publication d'un article dans la revue Paysan Breton et une prise de contact avec le directeur des haras de Lamballe, et commence une activité d'importation qui concerne sur plusieurs années un total d'une centaine de bêtes[32].

Polig Monjarret est aussi à l'origine de la création en 1971 du « Secours populaire interceltique »[n 4], suite à des discussions avec l'auteur irlandais Liam O'Flaherty. Il s'agit d'une association dont le but est d'aider les Irlandais, suite à l'intensification du Conflit nord-irlandais à partir de la fin des années 1960. Du soutien matériel est ainsi fourni aux familles irlandaises, et près de deux mille enfants sont accueillis par ce biais dans des familles bretonnes[36]. L'action de cette association aide à faire connaitre la Bretagne en Irlande, à une époque où la région y est mal connue, et réciproquement[37].

Galice[modifier | modifier le code]

Il a aussi permit le développement d'échanges culturels avec la Galice suite à sa rencontre de Álvaro Cunqueiro en 1964[38]. Il participe ainsi à l'encrage de Carlos Núñez avec la Bretagne, lorsque ce dernier est invité un soir à jouer pour Polig et Paddy Moloney des Chieftains, alors qu'il n'a encore que 16 ans et qu'il est de passage au conservatoire de musique traditionnelle à Ploemeur[39]. Ses contributions lui valent en 2012 l'obtention de l'Orden de la Vieira à titre posthume[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Il meurt en 2003, et ses funérailles célébrées à Larmor-Plage le 11 décembre 2003 sont suivies par un millier de personnes, dont des hommes politiques comme Jean-Yves Le Drian, président PS de la région Bretagne, ou des artistes comme Alan Stivell ou Yann Fañch Kemener[40].

Après sa mort, Gilles Servat compose une chanson à sa mémoire qu’il intitule « le Général des Binious »[n 5]. Des bagadoù lui ont aussi rendu hommage[41].

Son nom a été donné à plusieurs lieux en Bretagne. Une statue de Polig Monjarret a été inaugurée le 3 août 2008, à Lorient, Place Polig Monjarret, en présence de centaines de personnes, au premier rang desquels le Président du Conseil régional de Bretagne, Jean-Yves Le Drian, et le maire de Lorient, Norbert Métairie[12]. Les villes de Carhaix, où il a créé le premier bagad, et de Quimper et Guingamp, où il a vécu, ont aussi donné son nom à des places ou à des rues[42],[43],[44].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations comme la « Libre-pensée du Morbihan » ont tenté de s'opposer en 2008 à l'inauguration de sa statue à Lorient, cette dernière le qualifiant de « Collaborateur résolu des nazis », en disant se fonder sur les travaux de l'historien Kristian Hamon[45]. Ce dernier réfute cependant la véracité de cette accusation dans un livre en 2001, rappelant le manque de crédibilité des sources utilisées pour soutenir cette thèse[46], position qu'il maintient lors d'un colloque en 2011 organisé par Ouest-France, lors duquel il demande à « ne pas raconter n’importe quoi », rappelant le caractère illégal de ces accusations, et juge la polémique créée « assez malsaine »[5].

La « Libre-pensée du Morbihan » tente de nouveau avec d'autres associations en 2011 de s'opposer à l'utilisation du nom de Polig Monjarret, cette fois pour un collège dans la région de Vannes[47],[48]. Leurs actions rencontrent cependant une opposition locale[49], des associations comme l'Institut culturel de Bretagne[50] ou Petra Neue, ou encore la maire divers-gauche de la commune soutenant cette appellation[51]. Les filles de Polig Monjarret, touchées par la polémique lancée, demandent alors au maire de retirer la proposition, ce qui est fait en janvier 2012. Cette dernière déclare alors « Ce qui s’est passé est honteux, je suis dégoûtée par la façon dont des faits historiques ont été déformés par certains (...) Il a suffi d’une rumeur lancée sur internet »[52],[53].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sans se positionner sur la véracité de cette affirmation concernant la réécriture des articles de Monjarret par Goulet, Kristian Hamon indique cependant que « c'était une pratique courante à L'Heure bretonne ».
  2. La Kenvreuriez ar Viniouerien, ou confrérie des sonneurs, dont la création est aussi le fait d'Hervé Le Menn et du membre du Seiz Breur Robert Audic.
  3. Les bandes magnétique qu'il emporte avec lui lors de son année en Côte d'Ivoire sont effacées suite à un orage
  4. Son acronyme « Spi » signifie « espoir » en breton
  5. Cette chanson figure sur son album Sous le ciel de cuivre et d'eau sorti en 2005

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Polig Monjarret (1920-2003), Bibliothèque nationale de France, consulté sur data.bnf.fr le 19 décembre 2013
  2. a, b et c Labbé 2003, p. 30
  3. a et b « La Galice honore des chercheurs bretons », dans Ouest-France, 3 octobre 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 10 octobre 2012
  4. a, b et c Labbé 2003, p. 31
  5. a, b, c, d, e, f et g « Polig Monjarret, une figure bretonne en débat », dans Ouest-France, 10 avril 2011, consulté sur breizh.blogs.ouest-france.fr le 15 avril 2012
  6. Morgant et Roignant 2005, p. 26
  7. Ronan Gorgiard, L'étonnante scène musicale bretonne, 2008, Éditions Palanstines, p. 34
  8. Chartier 2010, p. 502
  9. a et b Labbé 2003, p. 32
  10. Labbé 2003, p. 35
  11. Labbé 2003, p. 36
  12. a, b et c « Les filles Monjarret veillent sur le père des sonneurs », dans Ouest-France, 1er aout 2008, consulté sur www.lorient.maville.com le 15 avril 2012
  13. Alan Le Buhé, « Petits mots pour un grand homme », Musique bretonne, no 179,‎ juillet-aout 2003, p. 18-19 (lire en ligne)
  14. Bertrand Le Néna, « Nolwenn Monjarret. De retour avec un deuxième album », dans Le Télégramme, 12 décembre 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 2 aout 2012
  15. a, b, c et d Labbé 2003, p. 33
  16. Labbé 2003, p. 34
  17. a et b Gérard Classe 2000, p. 16
  18. Charbonneau 2002, p. 32
  19. Grandes fêtes de Cornouaille : 1947-1981, Festival de Cornouialle, consulté sur www.festival-cornouaille.com le 2 aout 2012
  20. Neuvième édition des Fêtes des Cornemuses à Brest, contexte, Institut national de l'audiovisuel, consulté sur www.ina.fr le 11 juin 2011
  21. Cabon 2010, p. 11
  22. Labbé 2003, p. 37
  23. Polig Monjarret : après la rue, Quimper lui rend hommage avec une plaque commémorative, Festival de Cornouaille, 29 septembre 2010, consulté sur 2010.festival-cornouaille.com le 2 aout 2012
  24. Malrieu 2013, p. 39
  25. a et b Malrieu 2013, p. 40
  26. a et b « Polig Monjarret : pose d'une plaque », dans Ouest-France, 17 juillet 2010, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 aout 2012
  27. Malrieu 1984, p. 9
  28. Monjarret 2003, p. 19
  29. « La passion de la Bretagne jusqu'au bout », dans Ouest-France, 27 octobre 2008, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 aout 2012
  30. a et b Chartier 2010, p. 503
  31. a, b et c Chartier 2010, p. 661
  32. a, b, c et d Chartier 2010, p. 504
  33. Chartier 2010, p. 532
  34. Chartier 2010, p. 657
  35. Chartier 2010, p. 660
  36. Chartier 2010, p. 603
  37. Chartier 2010, p. 604
  38. « Conférence : l'oeuvre du Galicien Alvaro Cunqueiro - Lorient », dans Le Télégramme, 9 novembre 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 2 aout 2012
  39. Chartier 2010, p. 557
  40. « Plus de 1000 personnes aux obsèques de Polig Monjarret », dans Agence Bretagne Presse, 11 décembre 2003, consulté sur www.agencebretagnepresse.com le 15 avril 2012
  41. « Bagad Penhars : « Important de bien faire » », dans Le Télégramme, 2 août 2008, consulté sur www.letelegramme.com le 2 aout 2012
  42. Les 17 et 18 novembre, soixantième anniversaire du bagad Karaez, Mairie de Carhaix, consulté sur www.ville-carhaix.com le 2 aout 2012
  43. Gérard Classe, « Les sonneurs rendent hommage à Polig Monjarret », dans Le Télégramme, 19 juillet 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 2 aout 2012
  44. « Quartier. Le nouveau Gourland se précise », dans Le Télégramme, 18 décembre 2012, consulté sur www.letelegramme.com le 26 janvier 2013
  45. « Pourquoi une « Place Polig Monjarret » à Lorient ? », Libre pensée du Morbihan, 1er février 2008, consulté sur www.lp56.fr le 15 avril 2012
  46. Hamon 2001, p. 114
    • « Alors qu'ils n'ont jamais adhéré au parti, sont pourtant fiché [par les RG] comme membres : Roparz Hemon, René-Yves Creston et Yann Fouéré. Autre exemple, plus cocasse, du sérieux des RG : figurent des fiches aux noms de pseudonymes de rédacteurs de l'Heure Bretonne. Sont ainsi signalés comme membres du parti : Trévézel (pseudonyme de Polig Monjarret), ou F.Dénoual (pseudonyme de F.Debauvais) ! »
  47. « Sur le nom "Polig Monjarret" pour le collège public de Plescop », Libre pensée du Morbihan, 25 janvier 2012, consulté sur www.lp56.fr le 15 avril 2012
  48. « Nom du futur collège. La Libre Pensée multiplie les initiatives », dans Le Télégramme, 16 avril 2011, consulté sur www.letelegramme.com le 26 janvier 2013
  49. « « Polig Monjarret a tant fait pour la Bretagne » - Plescop », dans Ouest-France, 28 janvier 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 15 avril 2012
  50. Lettre à M. Jo Kergueris, président du conseil général du Morbihan, Institut culturel de Bretagne, le 9 février 2011, consulté sur blog.culture-bretagne.org le 24 avril 2012
  51. « Forte polémique autour du nouveau nom du collège », dans Le Télégramme, 16 décembre 2010, consulté sur www.letelegramme.com le 24 avril 2012
  52. Fabien Lécuyer, « Polémique sur le nom du collège de Plescop : la décision est prise », dans 7 Seizh, 12 février 2012, consulté sur 7seizh.wordpress.com le 24 avril 2012
  53. « Pays de Vannes : le futur collège public de Plescop devrait s'appeler Broërec », dans Ouest-France, 31 janvier 2012, consulté sur www.maville.com le 24 avril 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ouvrages
    • Armel Morgant et Jean-Michel Roignant (photographie), Bagad : vers une nouvelle tradition, Spézet, Coop Breizh,‎ 2005, 160 p. (ISBN 2-84346-252-5)
    • Collectif et Michel Colleu (dir.), Musique bretonne : Histoire des sonneurs de tradition, Douarnenez, Chasse-Marée,‎ 2008, 159 p. (ISBN 2353570569), « Polig Monjarret, l'homme-clef du renouveau », p. 118
    • Alain Cabon, Festival interceltique de Lorient, Rennes, Éditions Ouest-France,‎ 2010, 144 p. (ISBN 978-2-7373-5223-2) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • Claude Charbonneau, Le Bagad de Lann-Bihoué : 1952-2002 : 50 ans au service de la Royale, de la Bretagne et de la France, Plœmeur,‎ 2002, 104 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • Erwan Chartier, La construction de l'interceltisme en Bretagne, des origines à nos jours : mise en perspective historique et idéologique, Rennes, thèse de l'université Rennes 2,‎ 2010, 722 p. (lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • Logann Vince, Débuts des bagadoù, Chroniques d'un succès annoncé : L'expansion du nouvel orchestre breton (1943-1970), Paris, université Paris IV,‎ 2010, 215 p. (lire en ligne)
    • Gérard Classe, Bagad Kemper, 50 ans sans relâche, hep diskrog, Blanc Silex éditions,‎ 2000 (ISBN 2913969100) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    • Kristian Hamon, Les nationalistes bretons sous l'Occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here,‎ 2001, 272 p. (ISBN 2-86843-2247) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Articles
    • Patrick Malrieu, « Tonioù Breiz-Izel, Polig Monjarret », Musique bretonne, no 45,‎ mai 1984, p. 8-11 (lire en ligne)
    • Hoel Louarn, « Polig Monjarret. Regard sur un siècle de musique bretonne », Musique bretonne, no 158,‎ janvier-février 2000, p. 32-33 (lire en ligne)
    • Yves Labbé, « Polig Monjarret. Un pionnier du renouveau musical breton », Musique bretonne, no 178,‎ mai 2003, p. 30-37 (lire en ligne)
    • Polig Monjarret, « Tonioù Breizh-Izel Tome II », Musique bretonne, no 179,‎ juillet-aout 2003, p. 18-19 (lire en ligne)
    • Patrick Malrieu, « Kanaouennoù, Après deux« Tonioù », les chansons mises à l’honneur », Musique bretonne, no 237,‎ octobre-novembre-décembre 2013, p. 38-41 (lire en ligne)