Police d'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Police algérienne
Devise : « Par le peuple et pour le peuple »

Création 22 juillet 1962
Type Police
Siège Drapeau : Algérie Alger, Algérie
Langue Arabe
Effectifs 200 000
Dirigeant Abdelghani Hamel
Affiliation Ministère de l'Intérieur
Site web http://www.dgsn.dz/

La police d'Algérie est dirigée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), elle est sous la tutelle du ministère de l'Intérieur. La police algérienne a été classée par l'Interpol au cinquième rang des meilleures polices du monde[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La DGSN a été créée par décret le , pour succéder à la police française. Elle a été dirigée de 1965 à 1977 par le colonel Ahmed Draïa, membre du Conseil de la révolution, puis de 1977 à 1987 par El Hadi Khediri, futur ministre de l'Intérieur, et de 1995 à 2010 par le colonel Ali Tounsi, assassiné dans son bureau le .

Origine et étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot police vient du grec politeia, qui signifie régime politique, citoyenneté, administration, et partie civile[2]. Le mot politeia est dérivé d'un autre mot grec : polis, signifiant la "cité"[2]. Au moyen-âge, il garde le seul sens "d'administration", et au XVIIe siècle « administration veillant au respect des lois pour la sécurité publique »[2].

Organisation de la police[modifier | modifier le code]

Entités rattachées au DGSN[modifier | modifier le code]

Elle est composée de cinq corps en uniforme :

  • Les agents et officiers de l'ordre public: Ils sont chargés de la circulation et de la sécurité publique. la lutte contre les infractions routières et la contribution à la fluidité de la circulation sur le territoire de la Zone de Police. Ceci à l’exception des autoroutes, dont la surveillance incombe à la Gendarmerie. Ces tâches se regroupent autour de quatre axes : la mise en œuvre d’actions préventives et répressives en matière de circulation l’intervention des services de police lors de perturbations importantes et inopinées de la mobilité, l’établissement de constats d’accidents de la circulation et réponse aux demandes émanant des autorités compétentes en matière de mobilité et de sécurité routière.
  • Les services de wilaya de police judiciaire: Ils existent depuis l'indépendance avec toutes leurs brigades et en plus de leur ramifications au niveau des sûretés de daïra (section de police judiciaire) et les sûretés urbaines (antennes de police judiciaire).
  • Les brigades mobiles de la police judiciaire (BMPJ): Depuis leur création en 1995 dans la tourmente terroriste, les Brigades mobiles de la police judiciaire, corps d’élite de la police, ont progressivement fait leur mue en menant la lutte contre les différentes criminalités de par leur spécificité de petite unité mobile. Actuellement elles sont chargés de la lutte contre la criminalité multiforme[3].
  • Les motards, chargés de la sécurité routière
  • L'unité aérienne de la sûreté nationale: Elle est chargée principalement de la surveillance et de la régulation du trafic routier et de la recherche des véhicules et des personnes suspects en coordination avec les services concernés et en associant les moyens technologiques, terrestres et aériens, afin de rendre l'intervention des forces de police plus rapide et plus efficace. Ses prérogatives s'étendent également à la couverture aérienne des manifestations et d’événements sportifs[4].
  • Les unités républicaines de sécurité (URS): Elles sont chargées du maintien et du rétablissement de l'ordre public, de la sécurité et de la protection des édifices publics. Elle participe aux côtés des autres services de sécurité aux opérations de police de grandes envergures dans le cadre de la lutte contre le crime organisé et contre toute forme d'atteinte a la défense nationale.
  • La police scientifique et technique: Elle vient en support aux enquêtes criminelles du ressort des brigades spécialisées.
  • La police aux frontières et de l'immigration (PAF): Elle est chargée de veiller au respect des textes relatifs à la circulation transfrontalière, de lutter conter l’immigration irrégulière sous toutes ses formes (filières, officines de faux documents administratifs), de concourir à la sûreté des moyens de transport internationaux, d'assurer les missions de police aéronautique (sécurité générale des ports et aéroports), de contribuer à l’éloignement effectif des étrangers séjournant irrégulièrement en Algérie.

Contrôle de la Police[modifier | modifier le code]

Les fonctionnaires de la Police peuvent parfois commettre des erreurs, ou des fautes professionnelles. Dans ce cadre, c'est l'inspection générale de la sûreté nationale qui est saisie. Elle effectue les enquêtes qui lui sont confiées par les autorités administratives et judiciaires.

Grades des corps de la police[modifier | modifier le code]

Voici les grades des corps de la police:

  • agent de police AP,
  • brigadier de police BP,
  • brigadier-chef,
  • inspecteur de police,
  • inspecteur principal de police,
  • lieutenant de police,
  • commissaire de police,
  • commissaire principal de police,
  • commissaire divisionnaire de police,
  • contrôleur de police,
  • contrôleur général de police,

Moyens[modifier | modifier le code]

Armement[modifier | modifier le code]

De nombreuses armes sont utilisées par les policiers, les suivantes étant les plus courantes :

Véhicules[modifier | modifier le code]

Motos[modifier | modifier le code]

Au niveau des motos sérigraphiées, y retrouve :

Voitures[modifier | modifier le code]

Au niveau des véhicules sérigraphiés, y retrouve :

Véhicules spéciaux[modifier | modifier le code]

Moyens aériens[modifier | modifier le code]

Les BRB et BRI algéroise[modifier | modifier le code]

Ces deux services sont calqués sur les BRI et BRB françaises. La Brigade de recherches et d'intervention de la Sûreté nationale algérienne a vu le jour au mois de septembre 2005 pour épauler la BRB (Brigade de répression du banditisme) de la brigade mobile de la police judiciaire d'Alger. La BRI a pour siège le commissariat central d'Alger et est composé d'un effectif de la police judiciaire formé à ce type d'intervention. Sa juridiction se limite à la Wilaya d'Alger.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]