Poisson d'avril

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poisson d'avril (homonymie).
Un canular de poisson d’avril très élaboré à Copenhague en 2001.

Un poisson d’avril est une plaisanterie, voire un canular, que l’on fait le 1er avril à ses connaissances ou à ses amis. Il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet.

Pour les enfants, il consiste à accrocher un poisson de papier dans le dos de personnes dont on veut se gausser. « Poisson d’avril ! » est aussi l’exclamation que l’on pousse une fois qu’une des plaisanteries est découverte.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette tradition trouverait son origine en France, en 1564. La légende veut que jusqu’alors, l’année aurait commencé au 1er avril (en fait le 25 mars correspondait selon le calendrier julien au Jour de l'an), à la fête de l'Annonciation à Marie avec la tradition de s'échanger des cadeaux. Mais le roi de France Charles IX décida, par l’Édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le 1er janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps. En fait, l’année civile débutait à différentes dates selon les régions, voir Édit de Roussillon. Le culte marial est si fort à Florence à la Renaissance que le 25 mars, fête de l'Annonciation, marque le début de l'année et ceci jusqu'en 1750.

Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure (peut-être l’ichthus chrétien), il semble que beaucoup de personnes eurent des difficultés à s'adapter au nouveau calendrier, d'autres n'étaient pas au courant du changement et continuèrent à célébrer le 1er avril selon l'ancienne tradition. Pour se moquer d'elles, certains profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient le plus souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du Carême, période de jeûne durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les Chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons. Ainsi naquit le fameux poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement[1].

Une autre origine vient du fait que le 1er avril était le jour où la pêche devenait interdite, afin de respecter la période de reproduction. Pour faire un cadeau aux pêcheurs, et pour se moquer un peu d'eux, on leur offrait un hareng. C'est alors qu'une habitude populaire s'installa : on accrochait subrepticement un vrai poisson dans le dos des gens. Comme les habits étaient plus larges, les victimes ne s'en apercevaient pas tout de suite, de sorte que le poisson devenait de plus en plus gluant et puant. Ainsi naquit le goût de faire ce jour-là des petits cadeaux pour rire, des plaisanteries ou des mystifications. [réf. nécessaire]

Cartes postales du 1er avril.

Plusieurs usages semblent s’être en fait mélangés avec celui du carnaval :

  • marquer la sortie du signe zodiacal des Poissons, dernier signe de l’hiver, et dernier signe zodiacal.
  • prolonger la période du carême, où il n’est permis de manger que du poisson,
  • confondre le benêt en lui offrant un poisson à une époque de l’année, celle du frai, où la pêche était interdite.

En France, au début du XXe siècle, on s’envoyait de jolies cartes postales toutes ornées d’un poisson d’avril et richement décorées.

Le musée du château de Dieppe conserve une très importante collection de cartes postales sur ce thème[2].

Cette coutume de faire des plaisanteries s’est répandue dans de nombreux pays, bien que le poisson ne se soit pas toujours exporté en même temps :

Événements comparables[modifier | modifier le code]

  • Il existe en Espagne et en Amérique Latine une fête comparable, qui tombe cependant le 28 décembre. C’est le « Massacre des Innocents » ou « jour des saints innocents » (día de los santos inocentes ou día de los inocentes), qui commémore le massacre des enfants de Bethléem de moins de deux ans ordonné par Hérode (selon l'évangile de Matthieu 2-16). Croisé avec des rites païens comme la fête des Fous, il est devenu le jour des plaisanteries et des canulars, à la manière du premier avril. C’est un petit personnage de papier que l’on accroche au dos des personnes dont on veut se moquer.
  • En Inde, cette fête s’appelle Holi. Elle a lieu généralement en mars ou en avril. Elle dépend du calendrier hindou[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Vast, Le monde de l’aquarium, coll. « Vie de la nature »,‎ 2001, 125 p. (ISBN 284616 0775).
  2. À Dieppe a été déposé par l’ancien Musée des arts et traditions populaires la série Poisson d’avril de l’important legs de Madame Hélène Meillassoux, de son immense collection de cartes postales (source : Timbres magazine, n° 89 d’avril 2008, article de Serge Zeyons « Poissons d’avril ! » ).
  3. Les fêtes en Inde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Mateo, Les plus grands canulars français, Le Papillon rouge éditeur,‎ 19 octobre 2010, 288 p. (ISBN 978-2917875148)
  • Théodore de Jolimont, Monologie du mois d'avril : poissons d'avril,‎ 1843, 27 p. (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]