Poison Ivy (musicienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poison Ivy.
En 1991, à Tokyo.

Poison Ivy, ou Poison Ivy Rorschach, de son vrai nom Kristy Marlana Wallace, est une guitariste américaine, cofondatrice avec son mari Lux Interior du groupe The Cramps. Elle fait figure de leader du groupe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benjamine d’une famille de trois enfants, Kristy Wallace est née le 20 février 1953 à San Bernardino (Californie). À l’âge de cinq ans, elle vient vivre à Sacramento. Renvoyée de deux highschools pour tabagisme et excentricités vestimentaires, elle effectue un court passage en prison avant de tenter de se suicider.

Selon la légende, c’est en faisant de l’auto-stop, en 1972, qu’elle rencontre Lux Interior, avec qui elle va vivre jusqu’à la mort de ce dernier, en 2009.

C’est elle qui trouve le nom du groupe, après avoir longuement examiné une pochette des Kinks. The Cramps joue son premier concert en 1976. Fin 1978, Poison Ivy devient pour un temps manager du groupe.

Influences[modifier | modifier le code]

Rock instrumental (Link Wray, Duane Eddy, Dick Dale), avant d’être sensibilisée à Eddie Cochran, Chuck Berry et consorts par Lux Interior. Doo-wop, rockabilly, New York Dolls.

Guitares[modifier | modifier le code]

  • Gretsch Chet Atkins 6120 de 1958.
  • « Superbe » Gibson dorée de 1952, ES295.
  • Pédale Supafuzz et 'Univox Super Fuzz.'
  • Sur scène, ampli Fender Pro Reverb blackface (vue aussi avec un Twin reverb sur certains concerts)
  • « Ma guitare est vraiment dure, avec des cordes vraiment dures (011-049) parce qu’elles sonnent mieux. Je n’aime pas les cordes élastiques, j’ai besoin de sentir physiquement le fait de jouer[1]. »
  • Sur Surfin’ Dead (bande-son du film Le Retour des morts-vivants, album Return of the Living Dead, 1985) et sur l’album A Date with Elvis (1986), Poison Ivy tient la basse, ou plus exactement (dixit Lux Interior) « un truc à six cordes, qu’on appelle aussi parfois guitare baryton[2] ». Ivy précise, à propos de Surfin’ Dead : « Nous jouons à trois sur ce morceau [...] Je fais toutes les parties de guitare. Je me sers effectivement d’une basse, mais d’une basse à six cordes. C’est un modèle assez rare de Fender, (la Fender VI également utilisée par Robert Smith sur les premiers albums de CURE) qui a un son très particulier, beaucoup plus aigu que les basses traditionnelles[3]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Presse anglaise. Repris dans Combo ! h.-s. 01, p. 86.
  2. Libération. Repris dans Combo ! h.-s. 01, p. 86.
  3. New Rose News 1, 1986. Repris dans Combo ! h.-s. 01, p. 82.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« The Cramps », Combo ! h.-s. 01, édité par l’association Black Mony, Paris, 1988.

"Les Cramps, pour l'amour d'Ivy" , Alain Feydri, Editions Julie, 2009 , réédition chez Camion Blanc, 2012

Sur les autres projets Wikimedia :