Poire de terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La poire de terre, ou yacón, est une plante vivace tubéreuse de la famille des Astéracées, originaire d'Amérique du Sud, parfois cultivée pour ses tubercules comestibles croquants et au goût sucré. C'est un proche parent du tournesol et du topinambour.

Noms scientifique : Smallanthus sonchifolius (Poepp. & Endl.) H. Rob., famille des Astéracées (synonyme : Polymnia edulis Wedd.).

Noms vernaculaires : poire de terre, aricoma, jíquima, jiquimilla, yacón.

À noter que le nom de « poire de terre » est parfois employé pour désigner les tubercules du topinambour, autre Composée voisine. Le terme allemand autrichien Grundbirne, qui a notamment donné crompire en wallon, signifie également « poire de terre », mais désigne en fait la pomme de terre.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée vivace par ses tubercules sous climat chaud, dont les hampes florales peuvent atteindre deux mètres de haut. Les tiges robustes, à section cannelée, sont de couleur pourprée.

Les feuilles, de forme générale triangulaires, sont découpées, opposées, à pétiole velu, le limbe se prolongeant en partie en aile sur le haut du pétiole.

Yaconmuseolarco.jpg

Les fleurs jaunes sont réunies en capitules nombreux.

Les tubercules sont longs et charnus, de forme générales fuselée, rappelant vaguement celle d'une poire. Ils ressemblent beaucoup à des tubercules de dahlia, espèce proche de la même famille.

La texture et la saveur rappelle la pomme et la pastèque. Le tubercule est principalement composé d'eau et de fructo-oligosaccharides. Il contient également de l'inuline, un sucre indigeste, ce qui signifie que, même s'ils ont une saveur sucrée, les tubercules contiennent peu de calories.

Aire de distribution et utilisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est spontanée dans les régions andines (Bolivie, Colombie, Équateur, Argentine) dans des zones de montagne vers 2000 m d'altitude.

On la cultive localement dans différents pays andins, ainsi que dans certaines îles des Antilles. La culture du yacon par des petits producteurs est commune, généralement pour leur consommation familiale. Il se multiplie par reprodustin végétative et, dans le système traditionnel de populations qui le consomment, son tubercule est utilisé comme un fruit[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Contrairement à beaucoup d'autres légumes-racines domestiqués par les Incas (ulluco, oca), le yacón n'est pas sensible à la photopériode et peut produire un rendement commercial même hors des tropiques[réf. nécessaire].

Importée en France au XIXe siècle, elle n'y a pas connu de succès, le goût de ses tubercules n'ayant pas été apprécié.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le Yacón fournit deux produits : le sirop de yacón et le thé de yacón[2]. Les deux produits sont très populaires chez les personnes diabétiques ou au régime qui consomment ces produits en raison de leur faible teneur en sucre. La faible teneur en sucre est due au fait que le tubercule est composé de FOS (fructooligosacharides), un type particulier de fructose que le corps humain ne peut pas absorber. Le sirop est également un prébiotique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Compositional diversity of the Yacon storage root, M. Hermann, I. Freire, and C. Pazos
  2. (en) I Manrique, A Párraga & M Hermann, "Yacon syrup: Principles and processing" [PDF]. Series: Conservación y uso de la biodiversidad de raíces y tubérculos andinos: Una década de investigación para el desarrollo (1993-2003). 8B: 31p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]