Pointe de Pen-Hir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pointe de Pen-Hir
Image illustrative de l'article Pointe de Pen-Hir
Localisation
Pays France
Région Bretagne, Finistère
Coordonnées 48° 15′ 03″ N 4° 37′ 25″ O / 48.250897, -4.623603 ()48° 15′ 03″ Nord 4° 37′ 25″ Ouest / 48.250897, -4.623603 ()  
Mer Mer d'Iroise

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Pointe de Pen-Hir

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pointe de Pen-Hir

La pointe de Pen-Hir (en breton Beg Penn Hir) est une pointe de Bretagne dans la presqu'île de Crozon. Elle est située au sud-ouest sur le territoire de la commune de Camaret-sur-Mer. Par temps clair on peut voir jusqu'à la pointe du Raz et l'île de Sein, ainsi que jusqu'à l'île d'Ouessant et la pointe Saint-Mathieu. Les falaises à pic, hautes, avec une différence de niveau d'environ 70 mètres avec la mer d'Iroise, sont pour cette raison utilisées pour l'escalade.

En contrebas de la pointe se trouvent les Tas de Pois : Grand Dahouët, Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Bern-Id et Ar Forc'h (la Fourche)[1]. Cet avancement fut anciennement nommé à cause de leur forme Pézeaux ou Tas de Foin avant d'être rebaptisé au milieu du XIXe siècle en Tas de Pois[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Pen-Hir n'est de nos jours plus certaine. À travers les siècles il existe plusieurs différentes versions. La plus courante et officielle est Pen-Hir (la longue pointe ou encore tête longue[1]), il existe aussi la version Penn-tir (pointe de la terre en friche[3])

Croix de Pen-Hir[modifier | modifier le code]

Vue de la croix de Pen-Hir à Camaret-sur-Mer

Le monument aux Bretons de la France libre fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 21 mai 1996[4].


Le monument aux Bretons de la France libre, dite Croix de Pen-Hir est un monument commémoratif aux Bretons de la France libre, inaugurée dans les années 1960 par le général de Gaulle. Elle est destinée à porter témoignage de l'existence des Français libres bretons, qui ont notamment fondé l'association Sao Breiz en Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été créée de 1949 à 1951 par l'architecte Jean-Baptiste Mathon et le sculpteur François Victor Bazin. [5].

« Aux Bretons de la France libre - MCMXL - MCMXLV - La France a perdu une bataille, mais la France n'a pas perdu la guerre. Dans l'univers libre des forces immenses n'ont pas encore donné. Un jour ces forces écraseront l'ennemi. »


Au dos de la croix se trouve une inscription en breton. « Kentoc'h mervel eget em zaotra », reprise de la devise bretonne, « plutôt la mort que la souillure ».


Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Iconographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Kerbonn et son musée-mémorial de la bataille de l'Atlantique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Georges G. Toudouze, Camaret, Grand'Garde du littoral de l'Armorique, Res Universis, 1993, Paris (réimpression de l'ouvrage paru en 1954, Gründ)
  2. Marcel Burel, Camaret-sur-Mer, Promenade dans le passé, Bannalec, 1984, Brest
  3. Pierre Lozac'hmeur, recteur de Camaret, sans Titre, 14 pages, 14e édition, 2002, Plabennec
  4. « Croix de Pen-Hir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Ministère de la Culture - Base Mérimée, « Monument aux Bretons de la France libre, dit Croix de Penhir » (consulté le 17 septembre 2008)