Pointe-des-Monts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pointe-des-Monts
Phare de Pointe-des-Monts
Phare de Pointe-des-Monts
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut hameau
secteur de Baie-Trinité
Fondateur Maison de la Trinité
Date de fondation 1829
Démographie
Population hab. (2001)
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Divers
Site(s) touristique(s) Phare de Pointe-des-Monts
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Pointe-des-Monts

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Pointe-des-Monts

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Pointe-des-Monts
Liens
Site web http://www.pointe-des-monts.com/

Pointe-des-Monts, aujourd'hui inhabitée, est une localité du Québec. Elle fait partie de la municipalité de Baie-Trinité bien que située à 10 km du village. Baie-Trinité est dans la municipalité régionale de comté de Manicouagan, dans la région administrative de la Côte-Nord.

Pointe-des-Monts a la particularité d'avoir un phare classé monument historique, en plus de marquer le début du golfe du Saint-Laurent et la fin de l'estuaire du Saint-Laurent.

Point de Monts, Henry Richard S. Bunnett, 1885-1889

Blank.jpg

Historique[modifier | modifier le code]

Pointe-des-Monts est un ancien hameau qui s'est construit près d'un phare construit en 1829 et terminé en 1830[1],[2],[3]. À une époque où la région de la Côte-Nord n'était presque pas habitée, le poste faisait office de chef-lieu. La population a culminé en 1880 pour ensuite s'éteindre progressivement.

Au XVIIIe siècle, la région était habitée par des chasseurs et trappeurs amérindiens.

Le phare[modifier | modifier le code]

En 1826, la Maison de la Trinité planifie la construction d'un phare et John Lambly est envoyé en vue du choix du site, mais il se trompe d'emplacement et situe à environ deux kilomètres à l'est la vraie Pointe des Monts[4].

Malgré les protestations de William Lampson, un commerçant de fourrures qui avait des droits de chasse sur ce territoire, les travaux de construction débutent en juillet 1829, sous la surveillance de James Chillaz. Les protestations expliqueraient pourquoi le phare fut construit sur un îlot plutôt que directement sur la Pointe des Monts. Le phare entra en fonction en septembre 1830[4].

Après la seconde Guerre mondiale, seule la famille du gardien du phrare, Georges Fafard, habitait Pointe-des-Monts. En 1964, le ministère fédéral des Transports avait prévu détruire le phare, mais grâce aux derniers gardiens, Jacques et Marie-Berthe Landry, il est acquis l'année suivante par le gouvernement du Québec et finalement classé monument historique[5]. La même année, des rénovations rendirent le phare entièrement automatisé et depuis, plus personne n'habite le village en hiver[4].

Les gardiens au phare de Pointe-des-Monts

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Frenette, Le Phare historique de Pointe-des-Monts et ses gardiens, Baie-Comeau, Société historique de la Côte-Nord,‎ 1991 (ISBN 2-9800993-2-5, OCLC 49019927)

Notes[modifier | modifier le code]