Pointe-au-Père

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pointe-au-Père
Le phare de Pointe-au-Père.
Le phare de Pointe-au-Père.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Rimouski
Statut Ancienne municipalité
Constitution 1882[1]
Démographie
Population 4 240 hab. (2002)
Géographie
Divers
Site(s) touristique(s) Site historique maritime de la Pointe-au-Père
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski

Voir la carte administrative de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Pointe-au-Père

Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski

Voir la carte topographique de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Pointe-au-Père

Pointe-au-Père est situé dans la région du Bas-Saint-Laurent au Québec (Canada). Cette ancienne municipalité, fusionnée à Rimouski en 2002 est depuis un district de cette ville. La localité a été rendue célèbre par la présence de son poste de pilotage maritime qui fut témoin, en 1914, du naufrage de l'Empress of Ireland.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monument commémorant la messe célébrée par Henri Nouvel en 1663.
Article connexe : Henri Nouvel.

Cette ancienne municipalité doit son nom à la célébration d'une messe le 8 décembre 1663 par le père jésuite Henri Nouvel qui était alors en compagnie d'un groupe d'Amérindiens de la Côte-Nord venu faire la chasse à l'orignal[2]. Cette célébration aurait eu lieu un peu en aval de Rimouski, sur une pointe de terre s'avançant dans le fleuve[1]. La première mention de l'utilisation de ce nom est attesté dans l'acte de constitution de la seigneurie Lessard en 1696[2]. Dans une carte datant de 1763, l'explorateur américain Jonathan Carver nomme ce lieu Father Point, appellation qui sera reprise par les marins anglais naviguant sur le fleuve Saint-Laurent[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Pointe-au-Père est situé sur une pointe de terre qui s’avance dans le Saint-Laurent, un peu à l'est de Rimouski, et à 300 kilomètres en aval de de la ville de Québec. L'ancienne municipalité a une superficie de plus de 18 kilomètres carrés et s'étend sur 7 kilomètres le long de la rive sud du Saint-Laurent[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2001, la population de Pointe-au-Père était de 4 171 habitants selon le recensement de Statistique Canada[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières années de la colonisation[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de la présence d'Européens à Pointe-au-Père sont reliées aux activités des missionnaires qui y venaient pour célébrer des mariages sur ce qui était alors la seignerie la Mollaie[a 1].

L'établissement de la vocation maritime[modifier | modifier le code]

Avant même de devenir officiellement une paroisse en 1882, Pointe-au-Père abritait déjà, depuis le début du XIXe siècle, de nombreux pilotes œuvrant sur le Saint-Laurent, entre autres pour la Allan Line. C'est d'ailleurs ces mêmes marins et pilotes qui revendiquèrent une chapelle et l'institution d'une paroisse pour louée un culte envers Sainte-Anne. L'importance grandissante des activités maritimes à la Pointe-au-Père, les résidents de la Pointe adressèrent à Mgr Jean Langevin, en 1873, une demande pour y bâtir une chapelle[5],[a 2].

L'apogée maritime et le déclin[modifier | modifier le code]

En 1902, on y construit un premier quai, afin d'expérimenter l'utilisation du gaz acétylène comme source de lumière pour les phares. Sur le Saint-Laurent, le trafic maritime est en croissance constante et le ministère de la Marine construit à Pointe-au-Père, en 1905, un poste de pilotage pour succéder à celui du Bic, devenu désuet. En service pendant plus d'un demi-siècle, le poste de pilotage sera définitivement fermé le 25 avril 1959 suite à l'ouverture de la Voie maritime du Saint-Laurent et remplacé par un nouveau poste aux Escoumins, un site jugé plus sûr pour la navigation hivernale[6].

Un autre secteur d’activité maritime prend le relais de la station de pilotage avec la construction, entre 1959 et 1960, d'un port d'hiver et d'installations permettant le transport des marchandises et des véhicules entre Pointe-au-Père et la Côte-Nord au coût de 4 000 000 dollars[a 3]. La compagnie Nord-Sud acquière le Père-Nouvel, un traversier brise-glace, et établit une liaison avec Baie-Comeau sur la rive nord du Saint-Laurent en 1962[a 4]. Cependant, l’armateur rencontre des difficultés financières suite à la modification de la règlementation sur le camionnage et, en 1968, remplace le Père-Nouvel, dont les capacités sont trop grandes pour le seul besoin du transport des automobiles, par le Manic, un navire plus petit[a 5]. Cet essai s'avère lui aussi infructueux et le service de traversier à Pointe-au-Père est définitivement abandonné en 1970[a 6]. À compter de cette date, seules les opérations du phare subsistent. Elles sont abandonnées en 1975 après l'érection d'un quatrième phare, entièrement automatisé[a 7].

Fusion avec Rimouski[modifier | modifier le code]

Pointe-au-Père a été fusionnée à Rimouski en 2002 dans le cadre des réorganisations municipales québécoises de 2002[2]. Suite à la fusion, le quartier de Pointe-au-Père est devenu l'un des onze districts électoraux représentés au conseil municipal de la ville de Rimouski[7].

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

L'histoire de Pointe-au-Père est marquée de façon importante par les activités maritimes qui s'y sont tenus et elle encore bien présente pour les visiteurs de ce quartier de Rimouski qui peuvent en apprendre plus sur l'histoire du lieu en visitant les installations du Site historique maritime de la Pointe-au-Père[1],[8]. Il est également important de citer que l'histoire de Pointe-au-Père est fondamentalement marquée par la présence d'un sanctuaire en l'honneur de Sainte-Anne. En effet, à chaque année depuis 1874, le sanctuaire est témoin d'un pèlerinage du 17 au 26 juillet[9].

On y retrouve entre autres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Marie-Andrée Massicotte et al., Une lumière sur la côte, Pointe-au-Père, 1882-1982, Rimouski, « Corporation des fêtes du centenaire de Pointe-au-Père »,‎ 1982, 461 p.
  1. Massicotte 1982, p. 21
  2. Massicotte 1982, p. 40
  3. Massicotte 1982, p. 237-238
  4. Massicotte 1982, p. 250-251
  5. Massicotte 1982, p. 256-257
  6. Massicotte 1982, p. 258
  7. Massicotte 1982, p. 199-200

Autres articles et ouvrages

  1. a, b et c Ville de Rimouski, « Pointe-au-Père avant 2002 », sur Ville de Rimouski (consulté le 24 septembre 2010)
  2. a, b, c et d Gouvernement du Québec, « Pointe-au-Père », sur Commission de la toponymie du Québec (consulté le 24 septembre 2010)
  3. GrandQuébec.com, « Situation géographique de Pointe-au-Père », sur GrandQuébec.com (consulté le 31 octobre 2010)
  4. Statistique Canada, « Recensement de 2001, profils des communautés - Pointe-au-Père » (consulté le 5 novembre 2012)
  5. Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père, « Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père - Historique », sur Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père (consulté en 28 août 2011)
  6. Jean-Charles Fortin, « La station des pilotes de Pointe-au-Père », Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique -Urbanisation, culture et société, sur Encyclobec,‎ 2003 (consulté le 19 octobre 2010)
  7. Ville de Rimouski, « Conseil municipal de Rimouski - Les districts » (consulté le 5 novembre 2012)
  8. Site historique maritime de la Pointe-au-Père, « Site historique maritime de la Pointe-au-Père - Accueil » (consulté le 30 mai 2011)
  9. a et b Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père, « Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père - Horaire », sur Sanctuaire Sainte-Anne de la Pointe-au-Père (consulté en 28 août 2011)
  10. Gouvernement du Canada, « Lieu historique national du Canada du Phare-de-Pointe-au-Père », sur Parcs Canada (consulté le 31 octobre 2010)
  11. Site historique maritime de la Pointe-au-Père, « Le pavillon Empress of Ireland », sur Site historique maritime de la Pointe-au-Père (consulté le 25 septembre 2010)
  12. Gouvernement du Canada, « Renseignements relatifs aux réserves nationales de faune du Québec », sur Environnement Canada (consulté le 31 octobre 2010)
  13. Fannie Drasse, « Une nouvelle vie pour le quai de Pointe-au-Père! », Le Bas-Saint-Laurent,‎ 29 novembre 2007 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Andrée Massicotte et al., Une lumière sur la côte, Pointe-au-Père, 1882-1982, Rimouski, « Corporation des fêtes du centenaire de Pointe-au-Père »,‎ 1982, 461 p. (OCLC 15983265)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]