Point d'orgue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir point.
Fermata.svg
Fermata (Inverted).svg

En solfège, on appelle point d'orgue un signe en forme de point surmonté d'un demi-cercle, dont la fonction habituelle est de prolonger la durée de la figure de note ou de silence sur (ou sous) laquelle il est placé, ceci, au gré de l'exécutant. Le point d'orgue produit donc une suspension passagère du tempo. Le terme de point d'orgue fait référence à la capacité de cet instrument de tenir une note sans limitation de durée.

Exemples de points d'orgue

Terminologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot « point d'orgue » serait une mauvaise traduction du latin punctum organi qui désignait, dans le conduit médiéval, une clausule en organum, c'est-à-dire un passage avec une voix grave (teneur) tenant sa note de manière incommensurable tandis que les autres développent des fioritures en valeurs brèves. Avec les siècles, l'expression s'est mise à désigner la vocalise soliste (sens conservé par point d'orgue jusqu'au XIXe s.) ainsi que la très longue tenue (sens actuel)[1].

  • Dans la plupart des langues, point d'orgue se traduit par fermata (ou fermate), terme d'origine italienne (fermare  : « tenir »). Dans certaines langues, l'expression « point d'orgue » (en allemand : Orgelpunkt ; en néerlandais : orgelpunt) désigne ce qu'en français on nomme pédale et ne doit surtout pas être confondue avec le point d'orgue.
  • Par métaphore, on considère un évènement comme un « point d'orgue » dans une séquence d'évènements rapides lorsque celui-ci est une sorte de pause, temps suspendu dans cette séquence. Par glissement sémantique, on confond parfois cette expression avec « summum », « point culminant ».

Point d'arrêt[modifier | modifier le code]

Points d'orgue et points d'arrêt
(J. Guy Ropartz, Au Pied de l'Autel,
n° XXII, mesures 95 à 107.)

Le point d'orgue peut être placé sur (ou sous) un silence pour le rallonger de la même manière qu'une note, ou encore sur (ou sous) une barre de mesure (en ce cas il autorise un silence libre entre les sections précédant et suivant ladite barre de mesure) — un tel point d'orgue est aussi appelé point d'arrêt[2].

  • Le point d'arrêt peut être exprimé par le signe de forme carrée, tandis que le signe traditionnel rond est réservé au point d'orgue sur une note[3].
Fermata round.png Fermata square.png
Point d'orgue Point d'arrêt

Durée[modifier | modifier le code]

La suspension du mouvement, exprimée par le point d'orgue (ou d'arrêt) est de durée indéterminée[4]. Cette durée est habituellement laissée « au bon goût de l'exécutant[5] », mais dépend aussi du style (cf. infra).

Certains auteurs essaient de quantifier la suspension du mouvement :

  • Danhauser remarque qu'elle est « ordinairement égale à [la suspension] d'une mesure entière[6] ».
  • Viallon − tout en signalant le caractère « facultatif » − indique que le point d'orgue « augment[e] du tiers ou de la moitié la durée de la note ou du silence sur lequel on le place[7]. »
  • D'autres en fixent la « durée approximative [à] 2 fois, 3 fois, voire 4 fois la valeur réelle » [de la note][8].
  • Selon Ney − parlant au XIXe siècle de l'interprétation de la musique à la Palestrina −, « le directeur cesse de battre, mais le chœur doit doubler la valeur de cette note en prolongeant le son de manière à ce qu'il diminue graduellement et s'éteigne tout à fait lorsque la valeur de la note a été doublée[9]. »

Usages[modifier | modifier le code]

  • Apparu dès le XIVe siècle, le point d'orgue a d'abord été essentiellement placé sur la dernière note d'une pièce.
  • À la Renaissance ainsi qu'à l'époque baroque, le point d'orgue est aussi appelé point de convenance ou de concordance[10] − il indique alors « qu'il faut continuer le Son de la Notte, sur laquelle il est, jusqu'à ce que les autres Parties soient venuës à leur conclusion[11] », ou encore pause générale − laquelle « conduit au repos pour toutes les voix[12] ».
  • Au XVIIIe siècle les Solfèges d'Italie[13] nomment cet usage ancien (« sur la Note finale d'une seule partie », laquelle continue « jusqu'à ce que les autres parties arrivent à leur conclusion naturelle ») point d'orgue, mais nomme point de repos l'usage correspondant à la définition moderne (« pour suspendre la Mesure »).
  • À la même époque, le point d'orgue peut aussi signaler la fin d'un élément canonique. On le voit encore dans l'Art de la fugue de Bach.
  • À l'époque baroque, on le trouve sur la dernière note de chaque phrase (« période ») du choral protestant (et notamment dans les versions harmonisées par Bach). L'interprétation de ce point d'orgue a varié : si, dans les années 1950, on avait tendance à le faire durer longtemps, aujourd'hui, en général, les interprètes de musique baroque ne le font presque pas durer plus que la valeur rythmique indiquée.
  • Lorsqu'une pièce musicale de structure ABA, est notée avec un « da capo » — par exemple, une aria da capo, précisément — le point d'orgue est souvent employé sur la dernière note — ou le dernier accord — de la section principale (A), pour indiquer la fin du morceau après exécution de la reprise, en lieu et place du traditionnel mot « fine » ou « fin ».

Échelles de durées[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle les compositeurs ont souvent voulu différencier des points d'orgue de différentes durées ; sont même apparues des tentatives d'échelles cohérentes de points d'orgue. Voici différentes manières en usage :

  • En indiquant la durée par un mot (comme « lunga ») au-dessus ou en dessous du point d'orgue.
Ainsi on trouve couramment chez Poulenc :
court
Fermata round.png

Fermata round.png
long
Fermata round.png
  • En indiquant une durée mesurée en secondes.
Exemples :
5''
Fermata round.png

Fermata round.png
ca. 12''
  • En utilisant des points d'orgue de formes différentes (le point d'orgue carré perdant alors son sens spécifique de point d'arrêt).
Principales échelles :
Fermata square.png Fermata round.png
bref long[14]
Fermata triangle.png Fermata square.png Fermata round.png
court moyen long[15]
Fermata triangle.png Fermata square.png Fermata round.png Fermata doubleround.png Fermata doublesquare.png
de très bref à bref de bref à moyen de moyen à assez long d'assez long à long de long à très long[16]
Fermata doubletriangle.png Fermata triangle.png Fermata round.png Fermata doubleround.png Fermata square.png Fermata doublesquare.png Fermata triplesquare.png
très bref bref moyen assez long long très long le plus long possible[17]
On peut voir qu'il n'y a pas de consensus sur la question (en particulier, en ce qui concerne la valeur relative des points d'orgue carré et rond).

Respiration[modifier | modifier le code]

On trouve chez Ohana la combinaison d'un point d'orgue carré et d'une virgule de respiration, surtout placé sur une barre de mesure.

Fermata squarebreath.png
On peut le comprendre ainsi : respiration–point d'arrêt bref[18].

Informatique[modifier | modifier le code]

Le point d'orgue est ainsi codé en Unicode :

MUSICAL SYMBOL FERMATA U+1D110 Fermata.svg
MUSICAL SYMBOL FERMATA BELOW U+1D111 Fermata (Inverted).svg

Logiciels de partitions[modifier | modifier le code]

Lilypond connaît [2] quatre types de points d'orgue :

Fermata triangle.png Fermata round.png Fermata square.png Fermata doublesquare.png
shortfermata fermata longfermata verylongfermata

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Chailley et Henri Challan, Théorie de la musique, IIe volume, Paris, Alphonse Leduc, 1951, § 123.
  2. Adolphe Danhauser, Théorie de la musique, Paris, Henry Lemoine, 1872, § 233.
  3. Adolphe Danhauser, Théorie de la musique, édition revue et augmentée, Paris, Henry Lemoine, 1994 (ISBN 978-0230922266), chapitre 2, § 3.3. Éléments de théorie indispensables à la pratique instrumentale, Épône, Publications H. Cube, 1993 (ISBN 979-0230960687), § 105.
  4. Adolphe Danhauser, op. cit. (1872), § 233.
  5. Jacques Chailley et Henri Challan, Abrégé de la Théorie de la musique, Paris, Alphonse Leduc, 1948, § 16.
  6. A. Danhauser, op. cit. (1872), § 233, note de bas de page. Cette remarque disparaît lors de la révision de la Théorie par Henri Rabaud en 1929.
  7. Justinien Viallon, Manuel musical, solfège vocal ou instrumental pour enseignement collectif ou particulier, composé en vue des sociétés orphéoniques, collèges, lycées, pensions, etc., Paris, l'auteur, n.d. [1874], p. 2, étude 1, 8°.
  8. A. Gruet, Théorie musicale adaptée au “Questionnaire” de L. Donne, Paris, Alphonse Leduc, p. 11, 5°.
  9. Joseph-Napoléon Ney, Recueil des morceaux de musique ancienne, Paris, Société de musique vocale religieuse et classique, s.d. [1843-1845].
  10. Olivier Trachier, Aide-mémoire du contrepoint du XVIe siècle, Paris, Durand, 1995, tableau 1G.
  11. Sébastien de Brossard, Dictionnaire de musique, article « Punto », Amsterdam, ca. 1702. [1]
  12. Heinrich Faber, Compendiolum musicæ pro incipientibus, Leipzig, Wolgang Günther, 1551 ; édition et traduction sous la direction d'Olivier Trachier, Baden-Baden & Bouxwiller, Éditions Valentin Koerner, 2005 (ISBN 3-87320-596-3), p. 80–81.
  13. Levesque & Bêche, Solfèges d'Italie avec la basse chiffrée, 3e édition, Versailles, Cousineau, s.d.(ca.1760), p. III.
  14. Marcel Bitsch et Jean-Paul Holstein, Aide-mémoire musical, Paris, Durand, 1972, tableau 5.
    Également : « Le point d'orgue carré est un point d'orgue court. », in Jacques Chailley et Henri Challan, Abrégé de la Théorie de la musique, Paris, Alphonse Leduc, 1948, § 16.
  15. Gardner Read, Music Notation − A Manual of Modern Practice, New York, Taplinger, 1969, p. 108.
  16. Frédéric Durieux, in Adolphe Danhauser, op. cit. (1994), chapitre 10, § 3.1, b).
  17. Frédéric Durieux, in Adolphe Danhauser, op. cit. (1994), chapitre 10, § 3.1, a).
    Également donnée par Claude Abromont et Eugène de Montalembert, Guide de la Théorie de la musique, Paris, Fayard – Henry Lemoine, 2001 (ISBN 978-2213613048), p. 148, a).
  18. Par exemple, dans Dies solis (Paris, Jobert, 1983). D'une manière générale, Ohana semble se servir du point d'orgue carré comme d'un point d'orgue bref, qu'il soit sur une note ou un silence.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :