Mésange nonnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Poecile palustris)
Aller à : navigation, rechercher

Mésange nonnette

Description de cette image, également commentée ci-après

Poecile palustris

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Paridae
Genre Poecile

Nom binominal

Poecile palustris
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Parus palustris

Statut de conservation UICN

( LC)
LC : Préoccupation mineure

La Mésange nonnette (Poecile palustris, anciennement Parus palustris) est une espèce de passereau de la famille des paridés.

Description[modifier | modifier le code]

La Mésange nonnette mesure environ 12 cm pour une masse de 9 à 12 g.

  • Âge maximum : 10 ans

Le mâle et la femelle sont identiques. De la même taille que la Mésange bleue, c'est un petit passereau au corps gris-brun présentant une calotte noire jusqu'à la nuque, une petite tache noire sous le bec et des joues blanchâtres. Ses flancs sont dans les tons beige.

Très semblable à la mésange boréale, elle s'en différencie par quelques légers détails physiques : une tête plus fine, l'arrière des joues brun-beige, une calotte noire brillante s'étendant très peu sur le dos, une bavette plus petite.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau vit en Europe.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce fréquente surtout les forêts de feuillus mais aussi les agglomérations.

Comportement[modifier | modifier le code]

La Mésange nonnette est peu farouche, très curieuse et nous pouvons la voir assez souvent dans nos mangeoires en hiver où elle viendra prélever plusieurs graines à la fois pour les emporter dans de nombreuses cachettes. Elle se crée ainsi des garde-manger pour les périodes de disette (cachettes dont elle oubliera l'emplacement dans la majorité des cas)pioche dans la nourriture des autres oiseaux qui utilisent des réserves et utilise sa propre expérience de voleuse pour camoufler ses gardes mangers des autres oiseaux.

Cette espèce est très intelligente, transmet son savoir entre individus, elle a été observée en Grande-Bretagne en train de décapsuler des canettes se servant des son bec comme outil pour la première fois, c'est un signe d'intelligence.

Elle se nourrit dans la nature dans les niveaux inférieurs de la végétation. Elle inspecte ainsi les arbres à la recherche d'insectes. Elle se nourrit également, au niveau du sol, de graines, baies, faînes, etc.

Voix et chant[modifier | modifier le code]

Sa voix est un "titchê" mais quelquefois, elle émet un cri bref tel qu'un "pistié" ou un "pistiou" aigu.
La Mésange nonnette zinzinule. Son chant est mélodieux, une sorte de roulade.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

En hiver, elle se nourrit principalement de faines, baies, graines d'ortie, de bardane ou de chardon.
Au printemps, les insectes reprennent une place prédominante dans son régime, ainsi qu'araignées et chenilles de géométridés.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Dès février, les couples se forment et cherchent un site pour nidifier. La mésange nonnette creuse rarement son nid elle-même, tout au plus retaille-t-elle l'entrée d'un nid usurpé à une autre espèce. Ce nid se trouve dans les trous des arbres, généralement à hauteur d'homme voire plus bas. Le nid est composé d'une première couche de mousse puis garni de plumes, poils (crin de cheval) et/ou de duvet. La nidification a lieu d'avril à juillet, une seule fois par an.

La femelle pond 6 à 12 œufs blancs, légèrement tachetés de brun, qu'elle couve seule 13-14 jours. 16 à 18 jours après l'éclosion les petits s'envolent. Les parents continuent de les nourrir d'insectes ou de larves encore quelque temps.

Les conjoints restent fidèles l'un à l'autre et aussi à leur territoire, qu'ils continuent d'occuper pendant l'hiver.

Protection[modifier | modifier le code]

La Mésange nonnette bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[1]. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bandes sons et sonagrammes[modifier | modifier le code]