Pod: Planet of Death

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pod
Éditeur Ubisoft
Développeur Ubisoft
Concepteur Fabrice Valay

Début du projet 1994
Date de sortie 1997
Genre Jeu vidéo de course
Plate-forme PC
Média CD-Rom
Contrôle Clavier, Joystick

Pod est un jeu vidéo de course développé par Ubisoft et sorti sur PC en 1997. La version allemande, pour des raisons de marketing, fait référence à l'acronyme Planet of Death[réf. nécessaire].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu Pod d’origine proposait plus de 32 circuits différents, et 16 voitures. Il était possible de télécharger d'autres circuits et 16 voitures ce qui décuplait la durée de vie du jeu.

Pod était un jeu vidéo de course très complet : il proposait de nombreux modes de jeu, aussi bien en solo qu'en multi-joueur temps réel sur Internet pour la première fois au monde. On pouvait ainsi faire des championnats aléatoires, jouer en mode contre la montre, avec ou sans voiture fantôme, etc. Il avait une grande précision dans la mesure des temps de parcours : chaque circuit était divisé en secteurs, le jeu comptait la différence que l’on faisait avec le fantôme… On peut dire que Pod a posé certaines des bases de nos jeux de courses actuels.

Trois niveaux de difficulté sont prévus. Les modes faciles et normaux, s’ils constituent un bon moyen de s’entraîner, n’offrent pas de vrai défi à l’habitué des jeux de course. Le mode difficile est donc préférable : il rend, en général, le jeu plus palpitant (les voitures vont plus vite et l’ordinateur est plus agressif).

Scénario[modifier | modifier le code]

Dans un futur lointain...

Des Humains s’installèrent sur une planète appelée Io. Elle se révéla très hospitalière et riche en matières précieuses. Quantités de personnes vinrent dans ce nouveau monde pour trouver l’eldorado. Rapidement, de grandes cités furent construites, qui n’avaient rien a envier à leurs cousines de la Terre. On y côtoyait gratte-ciels, centres commerciaux, périphériques, zones industrielles... Les gens qui y vivaient étaient relativement heureux, jusqu’au jour ou une machine, utilisée pour percer la roche au sein d’une mine a ciel ouvert, creusa trop profondément. Elle entra en contact avec une sorte de matière visqueuse verdâtre, corrosive et vivante, que les journalistes appelèrent POD, ce qui signifiait « Planet Of Death »

Cette appellation de « Planète de la mort », n’avait rien d’exagéré : dès sa découverte et le réveil de cette substance, on se rendit vite compte que la planète était condamnée, et qu’il fallait fuir, le plus vite possible.

Le POD ravage actuellement la planète Io en rongeant tout : bâtiments, machines, hommes, jusqu’au cœur de la planète elle-même. Même les vaisseaux d’évacuation d’urgence de la civilisation « ionienne » sont touchés. Les survivants organisent alors des courses de voitures afin de déterminer qui pourra quitter la planète à bord du dernier vaisseau...

Peu de circuits avaient été construits avant l’apparition de POD. En conséquence, le championnat de la survie se déroule sur des pistes aménagées à la hâte, comme on pouvait, dans un environnement partiellement détruit. Des échangeurs routiers, des parkings, de vastes zones industrielles ou commerciales, autrefois remplis de véhicules, de personnes et d’activités diverses ont ainsi été détournés de leur fonction d’origine. Dans certains cas, il a même fallu organiser des courses dans des zones vierges de Io, sans aucune colonisation humaine.

Il ne reste aujourd’hui qu’une poignée de coureurs dans ce paradis devenu enfer. La seule chance qui s’offre a eux est de gagner le vaisseau spatial monoplace. Que le meilleur gagne!

Principaux Lieux de Courses[modifier | modifier le code]

Chacun des 32 circuits de Pod propose au joueur de visiter une parcelle de l’univers de la planète imaginaire Io. Ils sont, pour la plupart, tous différents des uns des autres. En voici quelques uns :

Beltane : Ce circuit nous fait courir sur le pont qui relie le quartier de la ville de Beltane a une île, située prés de la côte. Il a une particularité : Les concurrents roulent dans les deux sens de circulation sur la longue ligne droite du pont. Des face à face violents sont à prévoir, d’autant plus que la route possède, en outre, de nombreux tremplins et rebord inclinés.

Plant21 : Il s’agit d’une zone d’entreposage. Un circuit vous y attend, avec ses lignes droites, ses chicanes, ses virages serrées. Il y a aussi, comme c’est pratiquement toujours le cas dans Pod, des passages secrets (raccourcis, ou pas) à découvrir.

Coccoon : Ici, on s’est servi des racines, des tiges et des feuilles des plantes géantes pour construire la voie du circuit. Peut être y croiserez vous aussi une araignée aux dimensions gigantesques. Bosses, virages serrés, épines, mauvais tremplin, entravent votre progression a tout instant. C’est un circuit aussi magnifique que difficile, qui demande une bonne maîtrise et une bonne connaissance de la route.

Galleria : Dans cette ancienne zone commerciale, avec ses magasins, ses affiches publicitaires, ses parkings, vous devrez vous frayer un chemin parmi vos adversaires sur un tracé moyennement difficile. Vos concurrents prendront peut être le raccourci secret, et, dans ce cas, il vous faudra faire comme eux, si vous voulez gagner. Mais, attention, un piège attend les nouveaux venus qui tentent de s’y aventurer…

Canyon : Les voitures du futur se déplacent a toute vitesses entre les falaises stratifiées, orange a marron, du Canyon. L’ordinateur, performant sur ce tracé, vous donnera beaucoup de fil a retordre. Sans une bonne connaissance du circuit, vous avez peu de chance de terminer dans les premiers.

Alderon : Le circuit a été aménagé entre diverses routes barrées, certaines fois par le Pod lui-même, d’autres fois pas des débris, des ponts écroulés. Ici, pas de lignes droites, mais de très nombreux virages, serrés. Cette ville, fortement dégradée par le virus, constitue le cadre d’une route difficile à reconnaître et à maîtriser.

Lake : Sur un lac glacé, un circuit a pu être aménagé. Les pneus des véhicules de Pod ne glissent pas sur la voie, pourtant verglacée. Lake comporte deux raccourcis secrets, de grandes côtes à grimper et a descendre. Attention : un grand précipice, que l’on franchi difficilement avecun tremplin..

West : Ce circuit présente la particularité d’être multivoie. Plusieurs possibilités s’offrent au joueur. Il peut prendre un itinéraire plus long mais plus rapide, moins long mais moins rapide. Tout dépend de la position de ses adversaires, de sa volonté de découvrir le circuit dans ses moindres recoins, ou des aptitudes et des faiblesses du véhicule qu’il a choisi.

Parking : Comme son nom l’indique, Parking vous propose une course dans une succession de salles souterraines, prévue initialement pour garer les voitures. Même s’il devient très agréable a jouer une fois connu, son tracé, pas évident au premier abord, constitue une difficulté. D’autant que les voitures des anciens habitants de Io vous barre la route sur certains passages…

Road70 : L’un des circuits les plus difficile et des plus impressionnants du jeu. Pour ne pas dire le plus difficile. C’est le dernier des 32 de Pod Gold. Il est très long, et comporte plusieurs phases. Des lignes droites chaotiques se mélange a des labyrinthes aux virages très sérés, des précipices se présentent régulièrement devant vous, alors que vous venez a peine de vous remettre d’un saut de tremplin. Maîtriser Road70 demande beaucoup d’entraînement. Mais, c’est aussi une course magnifique, ou domine les couleurs noires et jaunes, dans une zone industrielle complexe, avec ses puits d’extraction, ses éoliennes et son conduit concasseur.

Pipeline : Dans les sous sol aussi, des circuits ont été créés. C’est le cas de Pipeline. Les bolides fonçent a toute allure dans les égouts de la ville. Il n’est jamais facile d’effectuer des virages bien maîtrisés dans un tube ! Pour certains passages, négocier un looping peut s’avérer payant…

Zed : Il s’agit d’une zone industrielle sombre, aux structures vertes foncées et marron, avec un pont suspendu, fortement polluée par le Pod. A tel point que le virus a rendu toute une portion de la chaussée glissante. Il faudra nécessairement ralentir sur ce passage pour rester en pole position. La découverte d’un raccourci secret peut vous aider.

Mégapol : C’est un vrai labyrinthe! Tout y est fait pour qu'on s’y perde. Un périphérique inclus dans une gigantesque ville-station abandonnée, aux bâtiments rouillés marrons, a servi de circuit pour cette course. On peut y voir des pnneaux publicitaires "podiens", des ronds points, des complexes échangeurs.

Les Voitures[modifier | modifier le code]

Pod propose beaucoup de voitures différentes. Elles sont toutes paramétrables. 300 points sont à distribuer parmi les cinq aptitudes suivantes :

Accélération

Freinage

Adhérence

Braquage

Vitesse

Histoire du développement[modifier | modifier le code]

Pour se lancer dans la réalisation de ce jeu, les concepteurs avaient décortiqué, analysé plus de soixante-quinze jeux de voitures sur plus de onze formats différents[réf. nécessaire]. De Vroom à Ridge Racer Revolution, en passant par Mario Kart, F-Zero, F1GP, Stunt Car, Motor Toon, Virtua Racing, etc. Ils avaient tout essayé pendant des heures, pour finir par établir des tableaux analytiques traitant des éléments constitutifs d'un bon jeu de voitures (circuits, vue, options, difficulté, sensations, pilotage).

Lancé en février 1997, le jeu connut un succès considérable et se vendit à plus de 4,5 millions d’exemplaires (ce chiffre comprend les versions bundle livrées avec les cartes graphiques et les processeurs MMX ainsi que la version gold comprenant tous les add-ons). Une grande réussite pour Ubisoft à classer au côté de Rayman et qui permit à l’éditeur français de s’affirmer comme un des grands acteurs du secteur.

Caractéristiques Techniques[modifier | modifier le code]

Pod fut le premier jeu à utiliser l'accélération matérielle MMX développée par Intel sur ses processeurs Pentium MMX. Mais, et surtout, il fut aussi l'un des précurseurs utilisant les toutes nouvelles cartes d'accélération 3D et notamment la fameuse 3dfx. L'utilisation de ces technologies permit à Ubisoft de proposer un jeu d'une très grande beauté et d'une très grande souplesse (animation à 60 images par seconde avec 16 millions de couleurs) qui contribuèrent à donner une jouabilité quasi parfaite.

À noter[modifier | modifier le code]

Le jeu a connu une suite, Pod 2, sortie sur Dreamcast en 2000. Sous-traité en Roumanie par Ubi Soft, sans le Chef de Projet original, le jeu a été un échec critique et commercial[réf. nécessaire].