Pneumocystis jirovecii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pneumocystis jirovecii

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cystes de Pneumocystis jirovecii
issus d'un lavage bronchoalvéolaire,
en coloration au bleu de toluidine

Classification
Règne Fungi
Division Ascomycota
Sous-division Taphrinomycotina
Classe Pneumocystidomycetes
Ordre Pneumocystidales
Famille Pneumocystidaceae
Genre Pneumocystis

Nom binominal

Pneumocystis jirovecii
Frenkel, 1976

Pneumocystis jirovecii (ou jiroveci) est un champignon opportuniste. Cet organisme parasite était jadis classé comme protozoaire, et de nos jours, on l'appelle encore souvent Pneumocystis carinii. Il provoque une maladie, la pneumocystose, qui touche les personnes au système immunitaire affaibli, tels les enfants, les personnes âgées, et en particulier les personnes atteintes du SIDA. Cependant, depuis l'introduction des trithérapies, le nombre de cas de pneumocystoses a diminué chez les sujets séropositifs pour le VIH, tandis que les sujets atteints d'hémopathies, les greffés de moelle, les transplantés...sont de plus en plus concernés par cette infection du fait de l'intensification des traitements immunosuppresseurs.

L'homme est a priori le seul hôte réservoir et la voie aérienne est probablement la principale voie de contamination.

Le réservoir s'étend également aux patients "porteurs" c'est-à-dire colonisés par le champignon, mais non malades, n'évoluant que rarement vers une pneumocystose mais pouvant être une source de contamination importante.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Pneumocystis a été décrit pour la première fois en 1909 par Carlos Chagas qui observe des formes kystiques dans les prélèvements pulmonaires d'un cochon d'Inde chez qui on a inoculé des trypanosomes. Il attribue donc cette forme kystique au trypanosome. Quelques années plus tard, le docteur Carini fait la distinction entre le trypanosome est cette nouvelle espèce qu'il nomme P. carinii. Le nom P. jirovecii, pour distinguer l'organisme retrouvé chez l'homme des autres variantes de Pneumocystis, a été pour la première fois proposé en 1976 en hommage à Otto Jirovec, qui fut le premier à décrire la pneumocystose humaine en 1952. Après que des analyses d'ADN montrèrent des différences significatives dans la variante humaine, le nom fut proposé une nouvelle fois en 1999 et est devenu d'usage courant ; on continue d'appeler P. carinii l'espèce trouvée chez les rats, et P. murina l'espèce murine.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]