Plougoulm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plougoulm
L'église paroissiale Saint-Colomban.
L'église paroissiale Saint-Colomban.
Blason de Plougoulm
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Saint-Pol-de-Léon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Léonard
Maire
Mandat
Patrick Guen
2014-2020
Code postal 29250
Code commune 29192
Démographie
Gentilé Plougoulmois, Plougoulmoise
Population
municipale
1 790 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ N 4° 03′ O / 48.67, -4.05 ()48° 40′ Nord 4° 03′ Ouest / 48.67, -4.05 ()  
Superficie 18,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plougoulm

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plougoulm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plougoulm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plougoulm
Liens
Site web Site de la commune

Plougoulm [plugulm] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Sa devise est la suivante : « Dalc'homp mad » qui veut dire « tenons bon ». Les habitants de Plougoulm sont les Plougoulmois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en plein cœur de la zone légumière du Haut-Léon, où l'on peut voir des cultures de choux-fleurs, de carottes, de brocolis, d'artichauts...

  • Plougoulm possède trois plages et est traversé par deux rivières : l'Horn et le Guillec.
  • La commune possède une forêt : le bois de la Palud

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Plougoulm vient du breton ploe (paroisse) et coulm, du nom de saint Colomban, qui serait né en 521, et qui serait un saint d'origine irlandaise, et non bretonne. Le nom breton de cette commune est Plougouloum. Le premier nom de Plougoulm est Ploecolm, car en 1481, des nobles de Ploecolm figurent à une montrée à Saint-Paul. La commune de Plougoulm nait en 1790, pendant la Révolution française.

Histoire[modifier | modifier le code]

La localité de la commune aurait commencé à être habitée vers 5000 avant J.-C. Plougoulm est située entre la commune de Sibiril, de Santec et de Saint-Pol-de-Léon.

Le seigneur qui régnait sur Plougoulm était le seigneur de Dourduff, Yvon ar Coat en 1496.

En 1640, il y a eu un meurtre dans l'église de Plougoulm.

La peste a sévi en 1665, et en 1699, une tempête de sable s'est abattue sur Plougoulm.

La bataille de Kerguiduff : cette bataille eut lieu le 24 mars 1793 entre les troupes du général Francis Camus et les insurgés du Léon qui seront battus. Le traité de paix est signé le 26 mars 1793.

1978 : marée noire de l’Amoco Cadiz

1980 : marée noire de Le Tanio

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Colomban : elle fut construite au XVIIIe siècle et reconstruite en 1833
  • La chapelle de Prat-Coulm : date du XIIIe siècle et dépendait du manoir du Dourduff, elle a été bénie en 1496. De forme rectangulaire, reconstruite en 1843 et restaurée à la fin du XIXe siècle.
  • Le moulin de Kerellec : date du XIVe siècle, il se trouve sur les rives de la rivière de l'Horn. Il comporte un terrain de 6 000 m2 et fut restauré en 1994. Autour du moulin s'étend la rivière et la flore qui reste très bien constituée aujourd'hui.
  • Le viaduc du Guillec : en plein milieu du bois de la Palud, dans la vallée du Dourduff, il fut construit sous le Second Empire, il servit ensuite au transport ferroviaire. Aujourd'hui, c'est un chemin de balade pour les randonneurs et qui offre une vue superbe sur la vallée du Dourduff.
  • Chapelle de Prat Coulm
  • Le cimetière et son ossuaire ainsi que son monument aux morts dédiés aux morts de la Première Guerre mondiale. Le cimetière et l'ossuaire datent de 1750.
  • En 1495, le manoir de Ramblouc'h est construit, ce qui fait de lui la plus ancienne bâtisse de la région, hormis une chapelle et une église
  • La vallée du Dourduff avec le bois de la Palud
  • Les plages et les dunes : Tou'l an Ouch, le Guillec et la plage parking

Services et commerces[modifier | modifier le code]

  • Une bibliothèque/médiathèque
  • Un centre aéré/garderie animée par Antoine Scotet l'animateur jeunesse de la commune.
  • Une cantine scolaire
  • Deux écoles (une publique et une privée)
  • Centre d'accueil de randonneurs
  • Une salle omnisports
  • Une salle des fêtes
  • Un stade de foot.
  • Un camping
  • Un point poste
  • Divers commerces de proximité (boulangerie, épicerie la plougoulmoise...)
  • Une pharmacie
  • un cabinet de médecin et un cabinet d'infirmier
  • Un service d'aide aux personnes âgées.

Activités et événements[modifier | modifier le code]

  • Le Festival Gouel an Eost : ce festival est né en 1981 d'un groupe d'hommes et de femmes voulant faire revivre la fête de la moisson à Plougoulm. Cette fête se passe à la mi-août, il se déroulait jusqu'en 2007 au manoir de Ramblouc'h mais a été relocalisée aux abords de la chapelle de Prat-Coulm. Le festival commence par le traditionnel défilé de machines agricoles d'autrefois, suivi d'hommes, femmes et enfants en tenue d'antan. Pendant cette fête et observer les paysans montrant les métiers d'autrefois. Le soir, un fest-noz a traditionnellement lieu afin de pouvoir danser et écouter de la musique bretonne. Ce festival est assez connu dans les alentours de Plougoulm et de plus en plus de personnes viennent assister aux festivités.
  • Okapoum : chaque année, Okapoum, une association en faveur des enfants handicapés, organise une fête, avec démonstration de camions, exposition de miniatures, promenades en camion ou en hélicoptère,...
  • Jumelage avec Abondance : le CLE organise chaque année, plus précisément en hiver, un jumelage avec la ville d'Abondance en Haute-Savoie, qui permet aux jeunes plougoulmois de goûter aux joies des sports d'hiver. En retour, les Abondanciers viennent passer une semaine en été à Plougoulm pour profiter de la plage et de l'air de la campagne. Les touristes sont logés dans des familles d'accueil plougoulmoises ou abondancières.
    En 2008, Plougoulm et Abondance fêtaient leurs 20 ans de jumelage. À cette occasion, l'association Rederien a couru la distance à pied entre les deux communes, soit environ 1 200 kilomètres.
  • Diverses courses pédestres ou cyclistes passent chaque année par Plougoulm

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 834 1 860 1 982 2 268 2 346 2 439 2 462 2 488 2 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 315 2 341 2 428 2 366 2 383 2 445 2 352 2 213 2 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 341 2 401 2 441 2 144 2 259 2 268 2 249 2 170 2 099
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 030 2 001 1 809 1 788 1 693 1 621 1 751 1 770 1 790
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le Kurun-basket club (en association avec le club de basket de Santec).
  • Les Cadets de Plougoulm (Club de football).
  • TTC Plougoulm : club de Tennis de Table affilié FFTT
  • Club de ping-pong
  • Karaté
  • Sports nautiques - planche à voile, surf, stand up paddle, kite surf...

Associations[modifier | modifier le code]

  • Okapoum : association pour les handicapés.
  • CLE (Comité Loisirs Échanges) : il s'occupe entre autres du Gouel an Eost et du jumelage avec la ville de Haute-Savoie : Abondance.
  • Club du 3e âge
  • Association des Parents d'élèves de l'école publique Charles-Perrault présidée par madame Sénant Sonia.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :