Plonéis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plonéis
La mairie.
La mairie.
Blason de Plonéis
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Plogastel-Saint-Germain
Intercommunalité Quimper Communauté
Maire
Mandat
Christian Corroller
2014-2020
Code postal 29710
Code commune 29173
Démographie
Gentilé Plonéisiens
Population
municipale
2 067 hab. (2011)
Densité 94 hab./km2
Population
aire urbaine
86 162 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 01′ N 4° 13′ O / 48.01, -4.2148° 01′ Nord 4° 13′ Ouest / 48.01, -4.21  
Superficie 21,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plonéis

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plonéis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plonéis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plonéis
Liens
Site web Site de la commune

Plonéis [plonejs] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Elle est située à 10 kilomètres environ de Quimper. La ville se situe dans l'intercommunalité de Quimper Communauté (Communauté d'Agglomération).

Le Goyen, fleuve qui se jette dans la mer à Audierne, y prend sa source.

Une station du système de radiolocalisation CONSOL y était installée. La Cité du Radiophare en garde le souvenir.

L'église Saint-Gilles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Plonéis possède la morphologie typique d'un bourg-rue. Le village s'est développé le long de l'axe historique Quimper-Douarnenez. Les constructions venaient s’égrener sur le bord de la route, les premières autour de l'église et puis progressivement au-delà, l'école puis la mairie venant se positionner ensuite alors aux limites du bourg. Les nouveaux équipements (stade, salle polyvalente, zones d'activités) poursuivent cette tendance à l'allongement du bourg. La position sur une "crête" rendit très difficile un quelconque épaississement du tissu urbain, combiné à la mainmise foncière d'un grand propriétaire terrien sur la partie sud.

La commune a connu un fort développement à la fin du XXe siècle avec la proximité de Quimper et la généralisation de l'utilisation de l'automobile, dans un phénomène bien connu de périurbanisation. Dans un premier avec des constructions isolées, puis ensuite des lotissements notamment dans la partie orientale, sur les terrains les plus plats.

La déviation de la RD 765 à quelques encablures au Sud du bourg ont permis de redonner au bourg une quiétude qu'il avait perdu au fil du développement incessant du trafic. Les travaux réalisés ont permis de reconfigurer l'ensemble de la voirie et des espaces publics et d'y introduire une note paysagère que n'autorisait pas son usage routier précédent. Avec une chaussée rétrécie, les bas-côtés ont ainsi pu être plantés de diverses essences.

Maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
605 1 078 1 020 1 200 1 129 1 244 1 296 1 353 1 363
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 326 1 313 1 323 1 350 1 418 1 406 1 529 1 702 1 134
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 219 1 235 1 314 1 255 1 176 1 095 1 011 1 003 967
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
946 936 1 161 1 373 1 426 1 417 1 687 2 067 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1971 Corentin Bozec - -
1971 1977 Olivier de Carné Marcein - -
1977 1995 Pierre Deudé - -
1995 2014 Pierre le Berre - -
2014 en cours Christian Corroller   -
Les données manquantes sont à compléter.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :