Ploiești

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ploiesti)
Aller à : navigation, rechercher
Ploiești
Blason de Ploiești
Héraldique
Image illustrative de l'article Ploiești
Administration
Pays Roumanie Roumanie
Région Valachie
Département Stema Prahova.svg Prahova
Maire
Mandat
Iulian Badescu
2012-
Code postal 100 008
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 229 285 hab. (2009)
Densité 3 940 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 36″ N 26° 01′ 05″ E / 44.943305, 26.018166 ()44° 56′ 36″ Nord 26° 01′ 05″ Est / 44.943305, 26.018166 ()  
Altitude 160 m
Superficie 5 820 ha = 58,2 km2
Divers
Cours d'eau Teleajen
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (administrative)

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Ploiești

Géolocalisation sur la carte : Roumanie (relief)

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Ploiești
Liens
Site web http://www.ploiesti.ro

Ploiești est une ville roumaine, chef-lieu du județ de Prahova, en Valachie, dans la région de développement du sud. Cette ville, capitale du pétrole roumain, est située à 50 km au nord de Bucarest. Sa population s'élevait à 230 240 habitants en 2007[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Ploiești est située au centre de la Munténie (ou Grande Valachie), sur la rivière Teleajen, dans le nord de la grande plaine roumaine au contact avec les premiers contreforts des Carpates.

La ville est située à 56 km au nord de Bucarest, à 69 km au sud-est de Buzău, à 49 km à l'est de Târgoviște et à 108 km au sud de Brașov. C'est la neuvième ville roumaine par sa population et le deuxième centre industriel du pays après Bucarest. Ploiești se trouve au centre d'une zone métropolitaine en formation de quelque 350 000 habitants qui englobe 14 communes environnantes.

Climat[modifier | modifier le code]

Ploiești est soumise à un climat continental. La moyenne des températures y est de 10,5 °C, les précipitations de 600 mm et les vents dominants soufflent du nord-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Raffinerie de pétrole de Ploiesti après le bombardement (1943).

Selon Nicolae Iorga, grand historien roumain, le nom de la ville vient de "Ploie". Le nom est celui d'un ancêtre de la petite bourgade initiale[2].

La première mention écrite de la ville date de 1503 mais Ploiești a réellement entamé son développement sous le règne de Mihai Viteazul, prince de Valachie à la fin du XVIe siècle.

Pendant les XVIIe siècle et XVIIIe siècle, Ploiești est un centre d'échanges pour les produits agricoles de la plaine roumaine, c'est aussi un lieu de commerce et d'artisanat.

Au XIXe siècle, avec l'ouverture de la route Bucarest-Brașov en 1864 et la construction de la ligne de chemin de fer en 1882, le développement s'accélère. Mais c'est surtout la découverte, peu avant 1890, de nappes de pétrole proches de la surface, qui fera sa fortune et son malheur. Après un demi-siècle de développement rapide, Ploiești sera soumise, comme toute la Roumanie, au demi-siècle de régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

En 1870, Ploiești est le théâtre d'un événement peu connu de l'histoire roumaine appelé "République de Ploiești". Le 8 août, des libéraux, opposés au prince Charles Ier et influencés par les idées libérales françaises, emmenés par leur leader Alexandru Candiano-Popescu tentent un coup de force, arrêtent le préfet, s'emparent du central télégraphique et proclament la République. Cependant, dès le 9 août, ils sont arrêtés par des renforts arrivés de Bucarest et emprisonnés. Leur procès donnera lieu à de nombreuses polémiques et inspirera l'écrivain Ion Luca Caragiale.

Construite dans une zone sismique, Ploiești n'a pas été épargnée par les tremblements de terre. Ils l'ont durement touché en novembre 1940, plus faiblement en 1977. Nombre de ses bâtiments faisant partie de son patrimoine architectural ont été très endommagés ou fragilisés.

En 1930, la ville compte 69 139 Roumains (87,3 %), 3 708 Juifs (4,6 %), 1 591 Hongrois (2,0 %) et 1 307 Allemands (1,6 %).

Comme toute la Roumanie, Ploiești a subi les régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989, mais connaît à nouveau la démocratie depuis 1990.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut une cible importante dans le cadre de la campagne de bombardements stratégiques alliés contre les ressources pétrolières de l'Axe. En effet, ses raffineries de pétrole sont contrôlées par l'Allemagne nazie qui tient là sa première source de carburant après la déclaration de guerre à l'URSS. C'est donc un objectif crucial, et les Alliés tentent de les détruire à de nombreuses reprises. Par exemple, l'armée de l'air russe lança un raid le 13 juillet 1941, les Allemands s'emparant l'année suivante de la Crimée notamment pour empêcher les raids soviétiques. Toutefois avec l'arrivée du B-24 Liberator, bombardier à long rayon d'action, le site est de nouveau à portée des Alliés depuis la Libye. Ainsi, il a été le théâtre de l'opération Tidal Wave le 1er août 1943. Entre le 5 avril 1944 et le 19 août 1944, Ploiești sera dix-neuf fois la cible des bombardiers de la 15th USAAF[3]. Cependant, c'est une cible très bien défendue, et les aviateurs américains y subissent des pertes importantes en particulier lors de Tidal Wave. Ploiești est, pour les aviateurs de la 15th USAAF, un des objectifs les plus redoutés de tout le MTO.

Ce que les camions de la Wehrmacht n'ont pas emporté en se retirant et ce que les bombes américaines n'ont pas détruit, sera pillé par l'Armée rouge entre 1944 et 1949, et démoli par le régime communiste notamment sous la présidence de Nicolae Ceaușescu, qui, en revanche, y construira d'immenses silos, usines pétrochimiques et immeubles collectifs.

Après le rétablissement de la démocratie fin 1989, la ville se relèvera lentement de ces secousses et deviendra même un pôle de développement à partir de 2000. Le pétrole est à peu près épuisé et couvre à peine la consommation locale, mais la diversification économique et la position de carrefour routier, ferroviaire et commercial proche de la capitale roumaine (56 km de Bucarest) ont favorisé l'essor actuel de la ville.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil municipal de Ploiești compte 27 sièges de conseillers municipaux. À l'issue des élections municipales de 2012, Iulian BADESCU a été élu maire de la ville.

Élections municipales de 2008[4]
Parti Nombre de conseillers
Parti démocrate-libéral (PD-L) 10
Parti social-démocrate (PSD) 8
Parti national libéral (PNL) 4
Parti de la Nouvelle Génération - Chrétien-démocrate 3
Parti national chrétien-démocrate 2

Religions[modifier | modifier le code]

En 2002, la composition religieuse de la ville était la suivante[5] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Après l'explosion démographique due à la découverte du pétrole au XIXe siècle, Ploiești a connu un important développement démographique tout au long du XXe siècle, grâce à son expansion industrielle continue. Les événements qui ont suivi la révolution de 1989 (privatisations, restructurations) ont eu pour conséquence une diminution de la population de la ville intra-muros mais Ploiești est en train de connaître ce que les cités d'Europe occidentale ont connu depuis 50 ans, à savoir un dépeuplement du centre de la ville et une expansion des banlieues.

Évolution démographique
1837 1859 1899 1912 1930 1948 1956 1966 1977
3 000 26 468 45 107 56 460 79 149 96 229 114 544 146 922 199 699
1992 2002 2007 - - - - - -
252 715 232 527 230 740 - - - - - -


En 2002, la composition ethnographique de la cité était la suivante[5] :

Économie[modifier | modifier le code]

Ploiești est une grande ville industrielle qui a connu de nombreux investissements de groupes étrangers ces dernières années. Le secteur prédominant est celui de l'industrie pétrochimique avec

  • le raffinage du pétrole (3 raffineries : Petrobrazi (Petrom, groupe OMV), Astra-Romana (Petrotel groupe Lukoil), Vega (Rompetrol, groupe KazMunayGas)) ;
  • les industries avoisinantes : pompes, matériel de forage, d'extraction, pipelines, matériel de recherche, de stockage.

Autres secteurs industriels :

Ploiești dispose également de 2 034 ha de terres arables, principalement affectées aux cultures maraîchères.

Transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La Gare du Sud de Ploiești.

Ploiești est au centre d'un réseau dense de routes nationales. La plus importante est la route nationale DN1 (Route européenne 60)Bucarest-Brașov.

Autres routes nationales :

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Ploiești est un très important nœud ferroviaire et dispose de deux gares ferroviaires Ploiești-Nord et Ploiești-Sud. Plusieurs lignes des Chemins de Fer Roumains (Căile Ferate Române) y convergent, notamment les lignes magistrales :

Autres lignes :

Aéroport[modifier | modifier le code]

La ville ne dispose pas d'aéroport mais l'aéroport international de Bucarest n'est qu'à 45 km au sud.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Ploiești dispose d'un réseau complet de transports en commun gérés par la RATP Ploiești[6] et composé de bus (33 lignes, 415 km) de trolleybus (2 lignes, 19,9 km) de tramways (2 lignes, 23,8 km)

Culture[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Ploiești possède une Université Technique du Pétrole et du Gaz.

Musées[modifier | modifier le code]

Le Palais de la Culture, originellement Palais de Justice, construit par les architectes Emile Doneaud et Toma T. Socolescu
  • le Palais de la Culture.

Le bâtiment du Musée d'art de la ville de Ploiești date essentiellement de novembre 1931, suite aux efforts d'un groupe d'intellectuels influents de l'époque, comme l'avocat, homme politique et collectionneur d'art Ion Ionescu-Quintus, l'architecte Toma T. Socolescu, l'historien Dumitru Munteanu-Râmnic, et l'aide des autorités locales, sous l'égide de Nicolae Iorga. Depuis 1969, le Musée d'art actuel de la ville de Ploiesti est situé au 1, Boulevard Independenței[7].

  • le Musée d'Histoire ;
  • le Musée National du Pétrole ;
  • le Musée de l'Horlogerie ;
  • le Musée Hagi Prodan de 1785, sur l'architecture roumaine, construit autour des collections privées de Hagi Prodan ;

Monuments[modifier | modifier le code]

La halle aux poissons, dans les halles centrales, dues à Toma Socolescu.

La ville a beaucoup souffert des destructions dues aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale mais aussi des destructions dues au régime communiste et à la modernisation forcée qui l'a accompagnée. Quelques édifices du début du XXe subsistent tout de même.

L'édifice le plus ancien est la petite église des Sts Pierre et Paul datant de 1639, construite sous le règne de Matthieu Basarab.

Le bâtiment le plus remarquable est certainement les Halles Centrales datant de 1930 et dues au grand architecte Toma T. Socolescu. Cet architecte fut très actif à Ploiești après la Première Guerre mondiale. Malheureusement, beaucoup de ses créations ont été détruites d'abord par les bombardements anglo-américains de 1943-44, puis par le régime communiste.

La cathédrale, due à Toma T. Socolescu.

Autre bâtiment remarquable aussi imaginé par Toma T. Socolescu: la cathédrale St Jean-Baptiste (1923-1937).

Sports[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Plusieurs clubs de football ont marqué l'histoire de ce sport à Ploiești, le "United Ploiești" champion de Roumanie en 1912, le "Prahova Ploiești", champion en 1916 et surtout le FC Petrolul Ploiești, fondé en 1924, champion à quatre reprises en 1930, 1958, 1959 et 1966. Ce club joue actuellement en deuxième division roumaine.

Ploiești possède un autre club de football qui joue durant la saison 2009-2010 en première division du Championnat de Roumanie de football. Il s'agit du SC Astra Ploiești, fondé en 1934.

Basket-ball[modifier | modifier le code]

Fondé en 1998, le CSU Asesoft Ploiești est le grand club de la ville et le club roumain le plus titré. Il fut le champion national de 2003 à 2008 et il fut vainqueur de l'EuroCup Challenge en 2005.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Arts et sciences[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

- Liste officielle des monuments historiques de Prahova : Drapeau : Roumanie Lista Monumentelor Istorice 2004
- Annexe officielle des corrections sur liste officielle des monuments historiques de Prahova : Drapeau : Roumanie Lista Monumentelor Istorice 2004 - Modificări Si Completări

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Population en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistiques de Roumanie
  2. Toma T. Socolescu, Arhitectura in Ploiesti - Studiu istoric, Imprimerie "Cartea Romanesc" n°16725, Bucuresti, 1937, page 3
  3. Liberator - Philippe Castellano ISBN 2-9508755-0-5 Page 25
  4. Résultats des élections municipales de 2008
  5. a et b Statistiques officielles du recensement de 2002
  6. Carte du réseau sur le site de la RATP
  7. Art Museum Ploiești : The building's history

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dugan et Stewart, Opération "raz de marée" sur les pétroles de Ploiești, Robert Laffont, 1964