Ploemel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ploemel
L'église Saint-André.
L'église Saint-André.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Belz
Intercommunalité Auray Quiberon Terre Atlantique
Maire
Mandat
Jean-Luc Le Tallec
2014-2020
Code postal 56400
Code commune 56161
Démographie
Gentilé Ploemélois, Ploeméloise
Population
municipale
2 576 hab. (2011[1])
Densité 102 hab./km2
Population
aire urbaine
43 981 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 04″ N 3° 04′ 13″ O / 47.651112, -3.070278 ()47° 39′ 04″ Nord 3° 04′ 13″ Ouest / 47.651112, -3.070278 ()  
Altitude Min. 5 m – Max. 53 m
Superficie 25,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Ploemel

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Ploemel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ploemel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ploemel
Liens
Site web http://www.ploemel.com/

Ploemel [plemɛl] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

En venant de Rennes, Nantes ou Quimper

Ploemel est situé en France en Bretagne Sud dans le département du Morbihan, au cœur d'un triangle entre Auray, La Trinité-sur-Mer et Étel. Ploemel se situe à 137 km de Rennes, 138 km de Nantes et 105 km de Quimper.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom Ploemel vient du breton «  Ploe  » (paroisse) et de «  Emel  », chef d'émigrés bretons venus s'implanter vers le VIIe siècle. Il pourrait s'agir d'une paroisse placée sous l'invocation de la Vierge Marie (Meir en vieux breton). Mais les ploues, paroisses primitives remontant au haut Moyen Âge, sont généralement dédiées à leur saint fondateur, et les dédicaces à la vierge sont rares avant le Bas Moyen Âge. Il s'agit plus vraisemblablement de la ploue fondée par Saint Meir, inconnu par ailleurs, mais qui pourrait être rapproché du latin Marius.

Présentation[modifier | modifier le code]

Canton de Belz

Arrondissement de Lorient

Superficie : 2 516 hectares

Population : 2576 habitants (en 2011)

Habitants : les Ploemelois

Historique[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des communes du canton, Ploemel est occupé au Néolithique, puis par les Celtes, les Vénètes, les Romains, puis les Bretons au VIIe siècle. La principale seigneurie est celle de Locmaria, anciennement possédée par les Broérec au XIIIe siècle, branche cadette des anciens comtes de Vannes, et par la famille de Trévegat au XVe siècle. Il existe par ailleurs sept autres seigneuries portant des noms d'origine bretonne comme Kerbenès, Kerbrézel, Kergo, Kéristes, Kerverrec..., dix chapelles paroissiales en plus de l'église, deux chapellenies - Notre-Dame-de-Pitié et Saint-Goal - et sept frairies - Saint-André, Locmaria, Saint-Goal, Saint-Méen, Saint-Laurent, Saint-Cado, Saint-Michel. En 1790, Ploemel est érigé en commune et chef-lieu de canton du district d'Auray, avec Erdeven pour unique dépendance. Pendant les tourmentes révolutionnaires, le recteur refuse de prêter serment et s'exile en Espagne. Les royalistes, nombreux à Ploemel, fournissent alors de vigoureux partisans à Georges Cadoudal. En 1801, la commune perd son titre de chef-lieu de canton et est rattachée à celui de Belz.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 François Kermeur    
1795 1796 Louis Le Gloahec    
1796 1799 Jérôme Gallo    
1799 1805 Martin Camenen    
1805 1826 Nicolas Le Lorec    
1826 1828 Jean Le Bider    
1828 1830 Étienne Le Baron    
1830 1852 Pierre Marie Morvant    
1852 1862 Jean Marie Le Baron    
1862 1874 Georges Rio    
15.03.1874 07.10.1876 Jean François Ézanno    
05.06.1876 04.06.1887 Pierre Marie Morvant    
05.06.1887 19.05.1900 Guillaume Hervé    
20.05.1900 09.01.1908 Vincent Le Pendu    
23.02.1908 07.10.1944 Joseph Le Pevedic AD Député
08.10.1944 13.10.1945 Pierre Le Bourdiec    
14.10.1945 25.10.1947 Armel Le Falher    
26.10.1947 09.10.1964 Joseph Le Pevedic    
10.11.1964 20.03.1971 Théophile Quer    
21.03.1971 1983 Robert David    
1983 1995 Jean-Luc Le Douarin    
Depuis 1995   Gildas Belz    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 576 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 144 1 061 978 1 145 1 210 1 130 1 164 1 261 1 311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 331 1 262 1 255 1 242 1 275 1 359 1 362 1 462 1 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 456 1 433 1 538 1 504 1 532 1 506 1 508 1 503 1 605
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 512 1 378 1 396 1 640 1 892 2 047 2 287 2 388 2 508
2011 - - - - - - - -
2 576 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue sur le plan d'eau et du Parc de Mané Bogad.
Le quai et la voie en direction de Quiberon.
  • Le parc de Mané-Bogad, son plan d’eau, ses jeux pour enfants et son parcours sportif.
  • Le dolmen à galerie de Mané-Bogad, avec base de tumulus, classé Monument Historique.
  • L’église Saint-André du XIXe siècle.
  • La chapelle de Locmaria du XVIe siècle, comportant la pierre tombale gravée de Pierre Broerec, du XIVe siècle.
  • La Grotte à la Vierge de Kerivin, érigée avec les monuments mégalithiques de la commune en 1922.
  • La chapelle de Recouvrance du XVIe siècle, qui abrite des peintures murales représentant la passion du Christ.
  • La chapelle Saint-Méen constituée de deux édifices accolés, les fonds pour la restauration sont récoltés lors de la fête champêtre du premier dimanche d'août chaque année, et son pardon le 3 août 2008.
  • Les randonnées : chapelles et fontaines (10 km) et circuit de Mané-Bogad (6 km).
  • Le golf de Saint-Laurent.
  • Les Olympiades de Ploemel réunissant chaque été depuis 2005 certains des meilleurs joueurs mondiaux de pétanque.
  • Gare de Belz - Ploemel desservie[4] par le Tire-Bouchon en saison estivale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. données officielles 2010 sur le site de l'Insee
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. Site SNCF TER Bretagne, Halte ferroviaire de Belz-Ploemel lire en ligne (consulté le 2 août 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :