Pleure, ô pays bien-aimé (film, 1952)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le roman Pleure, ô pays bien-aimé et le remake du film Pleure, ô pays bien-aimé (film, 1995)

Pleure, ô pays bien-aimé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Panneau bilingue (anglais / afrikaans) formalisant la ségrégation raciale au profit de la population blanche dans le cadre de la politique d'apartheid

Titre original Cry, the Beloved Country
Réalisation Zoltan Korda
Scénario Alan Paton
d'après le roman d'Alan Paton
Acteurs principaux
Sociétés de production London Film Productions
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Sortie 1952
Durée 103 min (1h43)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pleure, ô pays bien-aimé (Cry, the Beloved Country) est un film britannique réalisé par Zoltan Korda, sorti en 1952.

Le film est tiré du roman Pleure, ô pays bien-aimé (1948) de Alan Paton, également scénariste du film, qui dénonce la ségrégation raciale dont sont victimes les Noirs au début de l'apartheid en Afrique du Sud.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début de l'apartheid, dans l'arrière-pays sud-africain, le ministre noir Stephen Kumalo (Canada Lee) entreprend un voyage à la recherche son fils disparu, apparemment devenu un criminel.

Entouré par la misère du peuple, il rencontre le révérend Misimangu (Sidney Poitier), un jeune pasteur sud-africain, qui va l'aider à retrouver son fils.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Apartheid en Afrique du Sud.

La politique d'apartheid se voulait l'aboutissement institutionnel d'une politique et d'une pratique jusque là empirique de ségrégation raciale, élaborée en Afrique du Sud depuis la fondation de la colonie du Cap en 1652. Avec l'apartheid, le rattachement territorial (puis la nationalité) et le statut social dépendaient du statut racial de l'individu.

Le film a été tourné en Afrique du Sud. En 1952, le pays était régi par les lois de l'apartheid strict (imposant la ségrégation raciale).

Les acteurs Noirs Sidney Poitier et le Canada Lee ont pu contourner ces lois en disant aux autorités de l'immigration sud-africaine qu'ils n'étaient pas acteurs, mais des serviteurs du producteur/réalisateur Zoltan Korda.

Dans le cas contraire, les deux acteurs Noirs et le réalisateur blanc n'auraient pas été autorisés à l'associer les uns avec les autres alors qu'ils étaient dans le pays[1].

Remake[modifier | modifier le code]

Ce film a fait l'objet d'un remake réalisé en 1995 par Darrell Roodt, avec James Earl Jones dans le rôle de Stephen Kumalo et Richard Harris dans celui de James Jarvis.

Notons que le roman d'Alan Paton avait déjà été adapté en 1949, sous forme d'une "tragédie musicale" de Kurt Weill et Maxwell Anderson, titrée Lost in the Stars et portée au cinéma en 1974 sous le même titre (réalisation de Daniel Mann).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film a été présenté pour la première fois au Festival de Cannes en 1952[2].

Il fit également partie de la sélection officielle du Festival du film de Berlin la même année, où il remporta l'Ours de bronze (aujourd'hui appelé Ours d'argent du meilleur réalisateur), attribué à Zoltan Korda[3].

Enfin, l'année suivante, il fut nommé aux BAFTA Awards du meilleur film et du meilleur film de toutes sources, et il reçut l'UN Award, prix récompensant les films portant un ou plusieurs des principes de la Charte des Nations unies[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anecdotes du film sur l'IMDB. Consulté le 7 septembre 2009.
  2. (fr) Page du film sur le site du Festival de Cannes. Consulté le 7 septembre 2009.
  3. (en) Page du film sur le site du Festival de Berlin. Consulté le 7 septembre 2009.
  4. (en) Récompenses du film sur le site de la BAFTA. Consulté le 7 septembre 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]