Pleins pouvoirs (Jean Giraudoux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pleins pouvoirs est le titre d'un essai de Jean Giraudoux paru en 1939 chez Gallimard.

Cet ouvrage, à la lecture, fait montre d'antisémitisme et de racisme, comme l'indique par ailleurs les travaux de Léon Poliakov (cf. biblio.).

Citation[modifier | modifier le code]

« Concluons. Dans l'équipe toujours remarquable des hommes d’État qui prétendent à la conduite de la France, le seul qui aura compris, celui auquel il conviendra de tresser plus tard des couronnes aussi belles qu'au ministre de la paix, sera le ministre de la race […]. Qu'importe que les frontières du pays soient intactes, si les frontières de la race se rétrécissent et si la peau de chagrin française est le Français ! […] Le pays ne sera sauvé que provisoirement par les seules frontières armées : il ne peut l'être définitivement que par la race française, et nous sommes pleinement d'accord avec Hitler pour proclamer qu'une politique n'atteint sa forme supérieure que si elle est raciale, car c'était aussi la pensée de Colbert et de Richelieu. »

Mais voici la suite de ce passage - juste pour éviter la manipulation intellectuelle :

« … de Colbert et de Richelieu. Mais il y a race et race. Il y a les races naturelles, déterminées par des caractéristiques physiques primaires, et il y a les races constituées, produit de la fusion de divers éléments ethniques. Les Prussiens - non les Allemands - peuvent prétendre appartenir à la première variété. Nous appartenons à la seconde. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Vidal-Naquet, Les Juifs, la mémoire et le présent. Réflexions sur le génocide.
  • Léon Poliakov : Histoire de l’antisémitisme, Calmann-Lévy, 1977, vol. 4, p. 334.
  • R. Y. Dufour, Actualité du racisme de Jean Giraudoux, 1986, pp. 49-70