Planche à dessin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une planche à dessin est une planche de bois ou de contreplaqué de dimensions variables, rigoureusement rectangulaire, sur laquelle on fixe une feuille de papier afin d'y faire un dessin technique ou artistique.

Planche à dessin équipée de règle à dessiner

Dessin technique[modifier | modifier le code]

En dessin technique ou d'architecture, aujourd'hui remplacé par la CAO, le DAO et les diverses applications informatiques, la planche à dessin permettait d'appliquer sur ses bords un , grâce auquel on pouvait tracer avec un tire-ligne ou, plus tard, un stylo à pointe tubulaire, des droites parallèles ou perpendiculaires.

Des planches à dessin en matière plastique, comportant un système de fixation du papier par pincement, et une règle mobile incorporée, ont été commercialisées pour le dessin technique scolaire ou amateur.

Le degré supérieur de la planche à dessin est la table à dessin, facilement réglable en hauteur et en inclinaison grâce à un contrepoids et une pédale, un levier ou une poignée, pouvant être équipée d'une « règle parallèle », elle-même équipée d'outils à dessiner, longtemps en usage chez les dessinateurs industriels, les architectes et les graphistes avant l'avènement de l'informatique. La règle parallèle est une règle de la largeur de la table, maintenue de chaque côté par des câbles métalliques, qui peut coulisser à volonté en restant strictement parallèle aux bords supérieur et inférieur de la table. On peut y adapter un appareil supplémentaire consistant en une équerre à angle droit, pouvant s'incliner à volonté selon l'angle voulu, ce qui permet de tracer des traits parallèles, dans toutes les directions. Dans d'autres appareils sans règle parallèle, l'équerre montée sur une sorte de parallélogramme articulé peut être déplacée sur la table en conservant la même inclinaison.

Dessin artistique[modifier | modifier le code]

En dessin artistique, la planche à dessin joue le rôle de support : simple pour les techniques sèches (crayon, fusain, pastels, etc.), auquel cas la feuille de papier peut être maintenue par des punaises ou des pinces à dessin, la planche étant posée sur une table, sur les genoux de l'artiste, ou posée sur un chevalet ; indispensable avec les techniques humides (aquarelle, gouache, etc.), dans lesquelles le papier doit être tendu préalablement : le papier abondamment mouillé est fixé sur tout son pourtour avec du papier adhésif, agrafé ou pincé, de manière à ce qu'en séchant, il se tende parfaitement et ne gondole plus sous l'effet de l'aquarelle ou des encres. Des blocs de papier aquarelle sont commercialisés avec les feuilles collées sur leur pourtour, ce qui évite d’avoir à les tendre sur une planche.