Plan dur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En premiers secours, un plan dur est un dispositif utilisé en prompt-secours, servant d'intermédiaire de relevage ainsi qu'à immobiliser la colonne vertébrale. C'est une planche en bois ou en plastique avec armature métallique (lavable et invisible aux rayons X), ou éventuellement en aluminium, légèrement plus grande qu'un corps humain adulte. On parle aussi de planche dorsale (long spine board), de planche « Olivier » ou « Berbier-Kind ». La plupart sont munies de poignées facilitant la manutention.

Le plan dur peut aussi être glissé sous le dos d'une personne en arrêt cardio-respiratoire, pour faciliter les manœuvres de réanimation cardio-pulmonaire, par exemple sur un support mou, ou pour isoler électriquement la victime du sol lors de l'utilisation d'un défibrillateur semi-automatique.

Description[modifier | modifier le code]

Dans l'Union européenne, le plan dur est décrit dans la norme EN 1865 de décembre 1999 « Spécifications des brancards et équipements d’ambulance pour le transport des patients ».

Cette norme parle d'un « équipement permettant de soulever et d’immobiliser un patient atteint de blessure à la colonne vertébrale ». La planche doit faire entre 1,83 et 1,98 m de long, 40 à 50 cm de large, doit peser moins de 8 kg et pouvoir supporter une charge de 150 kg. Elle doit avoir au moins trois poignées sur chacun des grands côtés, ainsi que deux à la tête et deux aux pieds. Elle doit être lavable, imperméable (eau, pétrole, huile), radiotransparente, être difficilement inflammable et supporter des températures comprises entre -30 et +70 °C. Elle doit être munie de trois sangles de maintien à ouverture rapide.

Intermédiaire de relevage[modifier | modifier le code]

Relevage d'urgence avec un plan dur

La planche est un portoir léger, solide et prenant peu de place, ce qui permet son utilisation dans des endroits étroits et accidentés. Comme elle est peu épaisse, il suffit de lever la victime de quelques centimètres seulement, contrairement à un brancard classique, ce qui limite les mouvements dangereux lors du relevage. Par contre, si l'on place par la suite la victime dans un matelas immobilisateur à dépression (MID), il faut retirer la planche pour que l'immobilisation soit efficace : cela nécessite de resoulever la victime (principe du pont amélioré), il faut donc évaluer les avantages et les inconvénients :

  • relevage directement avec un brancard et un MID : une seule manipulation mais levage d'environ 50 cm ;
  • relevage avec une planche : deux manipulations mais levage de quelques cm seulement à chaque fois.

Par ailleurs, la planche permet de faire glisser la victime dessus, elle est de ce fait utilisée quasiment systématiquement pour l'extraction d'un véhicule.

La planche permet de faire un relevage d'urgence du type de ceux qui sont pratiqués en Amérique du Nord (on ne fait jamais un relevage d'urgence en France).

Immobilisation de la colonne vertébrale[modifier | modifier le code]

On peut se servir du plan dur comme moyen d'immobilisation du rachis (attelle) : la victime est conditionnée avec un collier cervical, des cales latérales empêchent les mouvements de rotation de la tête, et la victime est sanglée à la planche au niveau du front, du menton, des épaules, des genoux et des pieds (si possible, selon les traumatismes).

Immobilisation plan dur.png

L'ensemble est ensuite posé sur le brancard pour le transport, ou bien utilisé directement avec les poignées, voire pour une descente en rappel (alternative au brancard Piguillem).

L'inconvénient majeur du plan dur en tant qu'immobilisation est le manque de confort pour la victime, la dureté du dispositif pouvant potentiellement aggraver certains traumatismes, et le sanglage qui est problématique si un membre est fracturé. Les personnes obèses peuvent également poser problème. Par contre, c'est un dispositif léger, robuste et peu encombrant, et permet un gain de temps et de manipulation s'il est utilisé pour le relevage et l'immobilisation. C'est une alternative au matelas immobilisateur à dépression dont il est complémentaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]