Plan de bits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En informatique, un plan de bits de l'anglais bitplane est une structure mémoire qui stocke un seul bit pour chaque pixel d'une image numérique. Il s'agit donc d'une image monochrome mais qui peut être combinée avec d'autres plans de bits pour faire varier la profondeur de couleur de l'image. Ainsi, le nombre de bits codant la couleur d'un pixel peut être défini finement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce mode était utilisé sur les ordinateurs de marque américaine Amiga et soviétique Elektronika, à partir des années 1980.

avantages et inconvénients techniques[modifier | modifier le code]

Il permet une certaine souplesse dans l'occupation de la mémoire et les transferts d'informations nécessaire à la remplir, puisque le nombre de plans utilisé peut être choisi en fonction du nombre de couleurs nécessaire à faire fonctionner l'application. Cela permettait également, dans les représentation graphique animée de diviser les image en plusieurs ensemble de plans indépendants, particulièrement adaptés aux défilements parallèles à des vitesses différentes, puisqu'ils ne nécessitaient pas de remplir la mémoire vidéo par les différentes recomposées.

L'Amiga qui utilisait ce système était un des premier micro-ordinateur familiaux à présenter des applications en trois dimensions, en raison des capacités du blitter à accélérer le remplissage de polygones. L'utilisation de plans de bits devint rapidement un handicap dans ce domaine lorsque les cartes VGA sortirent. Les cartes VGA comportaient un octet (donc 256 couleurs) par point. Le remplissage des polygones pouvait donc se faire faire point par point, tandis que dans le mode bitplan, il fallait décomposer les points par plans et les assembler avec les points adjacent sur le même octet.

La scène de la démo démontra que si le blitter continuait à décharger le microprocesseur pour ce type de calcul. Le microprocesseur était plus efficace, lorsque programmé en assembleur spécifiquement pour cette tâche, en raison de la complexité de la décomposition puis recomposition du mode plan de bit.

Les Amiga 4000, sorti en 1992 apporta une grosse évolution dans le domaine graphique après sept années de complète stagnation des évolution de l'Amiga depuis la sortie de l'Amiga 1000 en 1985. Le nouveau jeu de puce AGA intègre en effet un mode nommé chunky, similaire au mode VGA, ou un point est représenté sur un octet indépendant, permettant de rattraper partiellement le retard accumulé avec le monde des compatibles IBM-PC.

Le mode de représentation en bitplan est maintenant considéré comme obsolète en raison de la profondeur en nombre de bits des images actuelles (souvent 24 bits) pour lesquelles le mode en plan de bits ne serait pas imaginable. En effet, lorsque beaucoup de bits sont nécessaires, ce système de représentation devient vite déficient en raison du nombre d'accès mémoire nécessaires pour modifier un pixel. Il faut en effet accéder à tous les plans de bits avec des masques coûteux en termes d'instructions du processeur.