Plan Solo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Plan Solo est un ensemble de mesures prévues à partir de 1964 par le gouvernement italien, et destinées à être mises en œuvre en cas de coup de force communiste ou de guerre entre les pays occidentaux (OTAN) et les démocraties populaires (Pacte de Varsovie).

Historique[modifier | modifier le code]

Demandé par le président de la République italienne, Antonio Segni, il est préparé par le commandant des carabiniers Giovanni De Lorenzo, début 1964, en collaboration avec le SIFAR. Il est prêt le 25 mai : il consiste en un ensemble de mesures de protection des institutions (Quirinal à Rome) et des organes essentiels de communication (télévision, radio), et de neutralisation du parti communiste (mise à l’écart des cadres du parti communiste italien, prise de contrôle des bâtiments du PCI, du PSI, du PSIUP et du journal L’Unità).

Il est prévu de déporter les cadres du PCI en Sardaigne, dans des locaux utilisés par le plan Gladio à Capo Marrargiu. La liste des personnes à déporter comprenait aussi des intellectuels comme Pier Paolo Pasolini.

Le secret est mal gardé, puisque dès l’été, des rumeurs de coup d’État circulent, lors des difficiles négociations qui aboutissent à la formation du gouvernement Aldo Moro (26 juin-17 juillet). Par la suite, il est un enjeu lors de procès entre De Lorenzo et Scalfari et l’objet d’une enquête parlementaire, et provoque de nombreux fantasmes dans la presse et chez les auteurs d’ouvrages à sensation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mimmo Franzinelli, Il Piano Solo : i servizi segreti, il centro-sinistra e il "golpe" del 1964, Mondadori, 2010.
  • Alessandro Giacone, Le « Plan Solo » : anatomie d’un « coup d’État, in Parlement[s] / N˚ 12, 2009/2, p. 67-86