Plan Burnham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Civic Center fut l'un des projets phares du plan de 1909.

Le Plan Burnham est un nom populaire qui fut donné dans les années 1900 pour définir le vaste plan de restructuration urbaine de la ville de Chicago aux États-Unis. D'abord appelé « Plan de Chicago de 1909 », le plan Burnham a été conduit par les architectes paysagistes et urbanistes Daniel Burnham et Edward H. Bennett.

Histoire[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

En 1906, Burnham et Bennett sont chargés par la municipalité de Chicago d'un vaste projet d'embellissement de la ville. Les deux architectes-urbanistes proposent une série de projets innovants pour la restructuration urbanistique du centre ville de Chicago (Downtown) et de certains quartiers excentrés du nord (North Side) et du sud (South Side), notamment avec la construction de nouvelles rues, la rénovation et l'élargissement de boulevards déjà existants, la création et l'agrandissement de nouveaux parcs (y compris dans les quartiers sud), la mise en place d'un nouveau chemin de fer, la construction de plusieurs installations portuaires, la création puis l'aménagement de la jetée Navy (Navy Pier), la reconversion de Northerly Island et la construction de plusieurs bâtiments municipaux. Bien que le plan n'est qu'en partie réalisé, les documents ont été conservés et sont devenus une source d'inspiration d'une grande influence dans les plans d'urbanisme du Département de Zonage et de l'Aménagement du Territoire de la ville de Chicago (Chicago Department of City Planning).

Le projet a été lancé en 1906 par le Merchants Club, qui a fusionné avec le Commercial Club of Chicago[1], un groupe d'hommes d'affaires influents qui a pour vocation de promouvoir le développement économique de Chicago et de sa région. La commission du Commercial Club of Chicago a reconnu la nécessité d'apporter des améliorations à la ville alors en plein essor, et a retenu l'architecte-urbaniste Daniel H. Burnham, qui avait été le concepteur et le directeur de la construction et de la mise en place de l'Exposition universelle de 1893 à Chicago.

Burnham était connu pour avoir présenté des plans de restructuration urbaine pour améliorer le bassin de vie des habitants des quartiers de Chicago situés en bordure du lac Michigan, et avait également travaillé sur les plans des villes de Washington, Cleveland, San Francisco, ainsi qu'à Manille et Baguio aux Philippines. Burnham a recommandé Edward Bennett auprès de la commission comme assistant pour le Plan de Chicago et a nommé une petite équipe au sein du Chicago Plan Commission pour l'élaboration du plan.

William Hale Thompson, maire de Chicago élu en 1915, s'est servit des projets du Plan Burnham pour promouvoir l'image de sa ville comme un booster économique. Le Plan a été critiqué pour son accent sur les transformations physiques, vu par certains comme "une tentative de transformer Chicago en un nouveau Paris", dont l'expression était connue sous le nom de « Paris on the Prairie » (« Paris dans une prairie ») pour faire référence au Chicago de l'époque, alors entouré d'une vaste campagne. Le projet manuscrit du Plan Burnham contenait un rapport approfondi sur les besoins sociaux des habitants, mais la publication finale n'en fit pas référence[2].

Les améliorations et changements les plus importants prônaient par le Plan des deux architectes avaient cruellement besoin d'une ville en pleine expansion, à un moment où l'assiette fiscale de Chicago, alors en pleine expansion, permit d'entreprendre de grands projets. L'enthousiasme pour les propositions concrètes du Plan Burnham commençaient à faner avec le début de la Grande Dépression qui secoua le pays, mais de nombreux projets du Plan, comme l'élargissement des avenues, la création de nouveaux parcs, la construction de nouveaux ponts, et l'aménagement d'un réseau d'autoroute se sont concrétisés.

Détails du Plan[modifier | modifier le code]

Le Plan Burnham inclut six projets majeurs, comprenant la construction d'un Civic Center bordé d'une très grande place publique (1), de la restructuration générale des avenues et rues (élargissement, extension et embellissement) du centre-ville ainsi que des quartiers adjacents et de la construction d'avenues en diagonale entremêlée d'un plan en damier pour faciliter les déplacements et décongestionner le centre ville (2), de la création de vastes parcs urbains ou d'agrandissement et d'embellissement de parcs déjà existants, de l'intégration du littoral aux quartiers sud et nord, et de le rendre accessible à tous les habitants par la création d'une bande verte longue de 41 km, délimitant les lotissements du lac Michigan (3) et (4), de la création et l'agrandissement de terminaux ferroviaires (5), et de la création d'un réseau routier régional (6).

1) Civic Center et institutions culturelles[modifier | modifier le code]

La grande place et le Civic Center figuraient parmi les projets du Plan Burnham, mais n'ont pas vu le jour

L'image la plus emblématique de ce plan était le nouveau centre civique (Civic Center) proposé pour le secteur autour des rues Congress et Halsted. Cependant, les fonctionnaires municipaux sont réticents quant à l'emplacement prévu du Civic Center, ils préfèrent qu'il soit situé dans le quartier du Loop, pour des raisons de commodité. Toutefois, ce projet n'a jamais été sérieusement poursuivi. L'extrémité Est de Congress Street allait devenir l'axe central de la ville remodelée.

Burnham a propose un centre culturel à Grant Park, composé du nouveau Musée Field d'Histoire Naturelle et de nouveaux bâtiments pour l'Institut d'art de Chicago et la Bibliothèque Crerar. Cette proposition a placé Burnham et d'autres dirigeants municipaux en conflit suite à une décision de la Cour suprême de l'Illinois qui interdit toute nouvelle construction dans Grant Park.

2) Remodelage et élargissements des rues[modifier | modifier le code]

Carte du nouveau plan de restructuration des rues et avenues pour le centre de Chicago.

L'élargissement d'artères déjà existantes a été prévu par le Plan pour soulager la congestion du trafic et embellir la ville, qui connaîssait un accroissement démographique sans précédent (la ville gagnait 500 000 habitants tous les 10 ans). Les deux urbanistes prévoient aussi un plan en damier, où les rues sont rectilignes et se croisent à angle droit, créant des îlots de forme carrée ou rectangulaire. Une fois le quadrillage urbain établi, de nouvelles rues en diagonales vont entrelacer ce quadrillage et seront reliées par un large boulevard formant une ceinture autour de Downtown afin de décongestionner la circulation et rendre plus facile l'accés au centre ville. Plusieurs rues majeures ont été construites en diagonale à travers la ville.

Des artères majeures comme la Michigan Avenue, la Roosevelt Road, la Wacker Drive et la Congress Parkway ont été créées ou étendues comme la Ogden Avenue. Bon nombre des recommandations du plan dans la restructuration des rues et avenues du centre de Chicago ont été appliquées. Une fois la ville remodelée, élargie et étendue, une politique d'embellissement a vue le jour, comme la plantation de milliers d'arbres le long des rues et avenues du centre ville et des quartiers adjacents.

En outre, quelques 108 miles (174 km) d'artères sont élargies entre 1915 et 1931, et les travaux sont vite lancés par la croissance phénoménale de l'utilisation de l'automobile. En 1908, Burnham a écrit dans son journal qu'il voyait l'automobile comme un véhicule récréatif qui permettrait aux citadins de quitter la ville pour aller se promener à la campagne. Il ne pouvait pas prévoir que le marché de l'automobile exploserait et qu'il serait submergé par son projet de transformation de la deuxième plus grande ville et l'une des plus importantes du monde à l'époque.

3) Améliorations du littoral[modifier | modifier le code]

L'un des principaux objectifs du plan a été de rendre les bords du lac Michigan accessibles aux habitants. "Les bords du lac font partie du domaine public et appartiennent aux Chicagoans", écrit Burnham dans un journal, "pas un mètre carré de ses rives ne doit être affecté à l'exclusion des habitants". Le plan recommandait donc d'élargir les parcs le long de la rive du lac Michigan, ce qui fut réalisé au début du XXe siècle. Sur les 29 miles (47 km) de littoral se trouvant à l'intérieur des limites de la ville de Chicago, environ 41 kilomètres sont aujourd'hui bordés de parcs publics.

Burnham et Bennett prévoyaient également de vastes installations portuaires en bordure du lac, ce qui a été rendu possible grâce à leur plan, avec notamment le développement d'installations dans la région du lac Calumet (tout près du lac Michigan), dans le sud de la ville, mais également directement sur le littoral, dans le nord de la ville.

4) De nouveaux espaces verts[modifier | modifier le code]

Dessin d'un grand parc urbain figurant dans le Plan de 1909

Les mouvements d'achats et de préservation des espaces naturels engendrés par la Conservation du patrimoine forestier du comté de Cook était déjà bien entamé avant même que le Plan ne soit rédigé. Le Plan consistait en un réseau de parcs et de larges avenues qui transcendaient le quadrillage des rues dans un schéma qui rappelle la tradition baroque française déjà initié à Paris au XIXe siècle. L'intégration physique des systèmes de transport et des loisirs a été le schéma permettant à son tour l'intégration des bâtiments, des rues et des parcs.

Dans les décennies suivantes, à la suite d'un processus de planification flexible et très médiatisé, le Plan de Chicago a inspiré la création d'une ceinture de verdure permanente autour de Chicago, dont la sauvegarde des forêts dans le nord-ouest de la ville. De nombreux parcs et espaces verts ont vu le jour au fur et à mesure que le Plan se dessina. L'un des projets phares fut le développement des nombreux parcs qui serpentent sur une quarantaine de kilomètres, formant une bande verte en bordure du lac Michigan, mais aussi par la création de grands parcs urbains comme par exemple Jackson Park, l'un des plus grands parcs des quartiers sud, le célèbre Grant Park et Burnham Park, pour ne citer qu'eux.

5) Améliorations des terminaux ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le Plan s'est appuyé sur des études techniques déjà effectuées par d'autres urbanistes, y compris un plan de chemins de fer concurrent mettant en commun l'utilisation des voies pour une plus grande efficacité dans le transport du fret. En outre, le plan détaillé qu'une fusion de six terminaux de chemin de fer interurbains de Chicago serait envisageable afin de créer de nouveaux complexes à l'ouest du quartier du Loop et au sud de Roosevelt Road. Cela pourrait permettre l'expansion du quartier d'affaires au sud. La construction de la nouvelle gare d'Union Station dans le centre de Chicago a été achevée en 1925. D'autres gares en revanche ont été consolidées ou déplacées.

En 1929, la branche sud de la rivière Chicago a été canalisée entre les rues Polk et la 18e, ce qui aida à démêler les différentes approches des chemins de fer tel que recommandé par le Plan.

6) Un réseau routier régional[modifier | modifier le code]

Le plan imaginé par Burnham et Bennett voudrait que Chicago devienne le centre d'une région s'étendant à 75 miles (120 km) du centre-ville. À l'aube de l'ère de l'automobile, le plan schématise deux autoroutes radiales et circonférentielles dans la région. Toutefois, les organismes qui ont pris en charge la construction et l'amélioration des routes dans les années 1910 et 1920 ne semblaient pas avoir été guidé pour mettre en place les itinéraires spécifiques recommandés par le plan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Commercial Club of Chicago, Purpose and History
  2. Schaffer, Kristin. Introduction to Plan of Chicago (reprint), Princeton Architectural Press, 1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]