Plaisance (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Plaisance-du-Gers)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Plaisance.
Plaisance
Blason de Plaisance
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Plaisance
Intercommunalité Communauté de communes Bastides et vallons du Gers
Maire
Mandat
Régis Soubabère
2014-2020
Code postal 32160
Code commune 32319
Démographie
Population
municipale
1 466 hab. (2011)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 24″ N 0° 02′ 50″ E / 43.6066666667, 0.047222222222243° 36′ 24″ Nord 0° 02′ 50″ Est / 43.6066666667, 0.0472222222222  
Altitude 131 m (min. : 122 m) (max. : 186 m)
Superficie 13,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plaisance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plaisance

Plaisance (Plasença en gascon) est une commune française située dans le département du Gers et la région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bastide située en Rivière-Basse sur l'Arros à 4 km de sa confluence avec l'Adour et l'ancienne route nationale 646 entre Courties et Riscle, elle fait partie des Côtes-de-saint-mont (AOVDQS).

Rivière-Basse est une région du Gers essentiellement agricole : céréales avec une domination du maïs, soja, vignes et élevage de bovins.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Larté, affluent gauche de l'Arros, conflue sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaisance fut fondée par le Comte Jean Ier d'Armagnac et l'abbé de la Case-Dieu. Cette bastide succédait à un village préexistant.

Bastide tardive, Plaisance se développe mal. Elle connut, en outre, les vicissitudes liées aux affrontements entre Anglais et Français. Plaisance fut ainsi détruite une première fois en 1338 par les Anglais. Elle fut de nouveau incendiée en 1355 par le Prince Noir qui s'opposait à la famille d'Armagnac.

La bastide fut reconstruite mais dans des proportions bien plus modestes et fut baptisée Plaisance en lieu et place de son ancien nom : Ribaute ( = Rive Haute ou Ripa Alta).

Plaisance végéta pendant toute la période de l'Ancien Régime faute d'importantes fonctions administratives ou religieuses.

Cependant au XIXe siècle, grâce à une forte poussée démographique et à une bourgeoisie active, Plaisance connait un réel essor et retrouve les dimensions de l'ancienne bastide.

Au XXe siècle, l'activité de la ville tourne autour de l'agriculture et de la viticulture.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux agneaux paissants d'argent en chef et au dogue du même en pointe[1].
Commentaires : (à vérifier).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Olivier de Latterade    
1791 1792 Arnaud Laffont    
1792 1793 Dominique Broca    
1793 1795 Etienne Ferré    
1795 1796 François Ducos    
1796 1797 Bernard Bacquier    
1797 1807 Guillaume Payssé    
1807 1814 Bernard Bacquier    
1814 1818 Alexandre Magenc    
1818 1819 Louis Lanafoert    
1819 1821 Alexandre Magenc    
1821 1842 Joseph Lanafoert    
1842 1848 Pierre Ducos    
1848 1852 J.F. Marie Doat    
1852 1864 Pierre Maur    
1864 1870 Bernard Granier de Cassagnac    
1870 1871 Alfred Sabail    
1871 1874 Bernard Granier de Cassagnac    
1874 1879 Léopold Urbain Verdier    
1879 1881 Jean Pierre Vibès    
1881 1882 Bernard Dupuy    
1882 1884 Joseph Destouet    
1884 1886 Théodore Loubathère    
1886 1908 Frédéric Maur    
1908 1920 Alfred Sabail    
1920 1929 Auguste Labadie    
1929 1944 Bernard Jaymes    
1944 1969 Louis Pérès    
1969 1989 Jean-Louis Quéreillahc    
1989 2001 Jean Izaac    
2001 2014 Régis Soubabère[2] UMP Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 466 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 206 1 239 1 198 1 555 1 644 1 791 1 859 1 990 1 954
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 922 2 028 1 996 2 055 2 095 2 102 1 904 1 834 1 683
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 725 1 548 1 415 1 391 1 299 1 379 1 346 1 412 1 490
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 535 1 576 1 575 1 657 1 479 1 468 1 465 1 466 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église, de style néo-gothique, construite au XIXe siècle par l'architecte Durand, reprend le plan de Notre-Dame de Lourdes.
  • À quelques kilomètres de Plaisance, par la D 318, le village de Lasserade fut très prospère jusqu'en 1260, année de sa destruction lors des guerres de succession du comté de Bigorre. Celles-ci durèrent de 1256 à 1283 et virent s'entredéchirer les héritiers de la comtesse Pétronille qui fut mariée cinq fois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :