Plaidoyer pour John Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Remarques après la pendaison de John Brown
Auteur Henry David Thoreau
Genre Essai
Version originale
Langue originale Anglais
Pays d'origine États-Unis
Lieu de parution original Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1859
Version française
Traducteur Thierry Gillyboeuf
Éditeur Mille et une nuits
Date de parution 2006
Chronologie
Précédent 'Walden ou la vie dans les bois
(
Walden or Life in the Woods) (août 1854)
''De la marche (Walking) (1862) Suivant

Plaidoyer pour John Brown (A Plea for Captain John Brown, parfois sous le titre anglais Remarks After the Hanging of John Brown) est un essai écrit par Henry David Thoreau et publié en 1859.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le capitaine John Brown est un abolitionniste radical qui, avec l'aide de 21 hommes investit l'arsenal d'Harper's Ferry, une place forte qui recèle plus de 100 000 fusils. Son objectif est d'armer les mouvements antiesclavage et de créer une violente révolte contre les États du Sud. Cependant, après 36 heures, les insurgés sont surpris par les forces fédérales menées par Robert E. Lee et Brown est emprisonné. Le raid fait 13 morts, dont 12 rebelles et 1 marine fédéral. Brown est ensuite jugé et condamné à mort. Il est pendu le 2 décembre 1859. Son geste préfigure la guerre civile américaine.

La conférence de Thoreau[modifier | modifier le code]

Le texte est basé sur la conférence faite par Thoreau à Concord le 30 octobre 1859, deux semaines après le raid de John Brown à Harpers Ferry. Thoreau en donne plusieurs séances, jusqu'à l'exécution du capitaine, le 2 décembre 1859. Le texte est ensuite publié sous le titre Echoes of Harper's Ferry, en 1860.

Il s'agit de l'un des derniers ouvrages de Thoreau, dans lequel il prend la défense du capitaine abolitionniste John Brown, après que celui-ci est capturé à Harpers Ferry, après l’attaque ratée de l’arsenal[1]. Adoptant « une attitude agressivement militante »[2], il donne alors des conférences intitulées « Le Martyre de John Brown ».

En 1859, Thoreau prononce l'éloge funèbre de l'abolitionniste, lors d'un office à Concord, le 2 décembre 1859, date de son exécution, puis à Boston et à Worcester. Le texte forme en partie l'ouvrage Plaidoyer pour John Brown. Thoreau fustige ceux du mouvement abolitionniste qui en sont venus à renier John Brown suite à son raid à Harpers Ferry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lors des reconduites d'esclaves dans le Sud, il descend dans l'arène politique, prononce des discours enflammés, publie des essais corrosifs et défend un abolitionniste fanatique qui avait pris les armes et tué au nom de sa cause ». Thoreau se serait identifié au capitaine John Brown, in Michel Granger (1994), p. 84.
  2. Michel Granger (1994), p. 85.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Henry David Thoreau (trad. Thierry Gillyboeuf), Remarques après la pendaison de John Brown [« Remarks After the Hanging of John Brown »], Mille et une nuits, coll. « La petite collection »,‎ 2006 (1re éd. 1859), 127 p. (ISBN 978-2842059668)
    Intégré au recueil : De l'esclavage : Plaidoyer pour John Brown
  • (fr) Michel Granger, Henry David Thoreau : paradoxes d'excentrique, Paris, Belin,‎ 1994, 126 p. (ISBN 9782701124087)