Placentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Placentin (en latin Petrus Placentinus, « Pierre de Plaisance », en italien Piacentino) est un juriste italien du XIIe siècle, né à Plaisance vers 1130/35, étudiant d'abord à Mantoue, puis à Bologne à partir de 1158 environ, professeur de droit à Bologne entre 1165 et 1170, parti pour Montpellier à la suite d'un conflit entre collègues bolonais, revenu à Bologne de 1183 à 1189, puis reparti définitivement à Montpellier, mort sans doute le 12 février 1192[1]. Il fut l'un des brillants héritiers des « quatre docteurs » de l'école de Bologne (glossateurs), notamment de Martinus Gosia, et fonda la première école de droit romain dans le sud de la France, à Montpellier.

Il a laissé plusieurs summæ : la Summa Mantuana (ou De varietate actionum ; éd. à Mayence en 1530), œuvre de jeunesse, la Summa Institutionum, la Summa Codicis (éd. à Lyon en 1536), la Summa trium librorum Codicis. Sinon, on a de lui des Additiones au commentaire de Bulgarus sur le titre De regulis juris, des Distinctiones où se manifeste la subtilité de son analyse des textes, et un ensemble de gloses sur le Corpus juris civilis.

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • Hermann Kantorowitz (éd.), The Poetical Sermon of a mediaeval jurist : Placentinus and his "Sermo de legibus", Bruges, Saint Catherine Press, 1938.
  • Francesco Calasso (éd.), Placentini Summa Codicis, Turin, Bottega d'Erasmo, 1962.
  • Ludwig Wahrmund (éd.), Die Summa "De actionum varietatibus" des Placentinus, Aalen, 1962.
  • Friedrich Wilhelm Konrad Beckhaus (éd.), Bulgari Ad digestorum titulum de diversis regulis juris antiqui commentarius et Placentini Ad eum additiones sive exceptiones, Francfort-sur-le-Main, Minerva, 1967.
  • Placentini Summa Institutionum, Turin, Bottega d'Erasmo, 1973.
  • Mario Viora (éd.), Corpus glossatorum juris civilis I, Turin, Bottega d'Erasmo, 1978.
  • John Douglas Adamson, Placentini Summa Institutionum, edition with introduction, Ottawa, 1992 (thèse).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Tourtoulon, Placentin, Paris, Chevalier-Marescq, 1896.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cependant voir André Gouron, « La date de la mort de Placentin : une fausse certitude » (1993). Placentin serait mort une dizaine d'années plus tard.