Place des femmes en sciences

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
« Femme enseignant la géométrie »
Illustration en introduction d'une traduction médiévale des Éléments d'Euclide (c. 1310 AD)
Ellen Richards, chimiste américaine proéminente du XIXe siècle

Les contributions des femmes à la science sont recensées depuis les débuts de l'histoire. L'étude historique, critique et sociologique de ces rapports est elle-même devenue une discipline en soi.

Étude historique, sociale et critique[modifier | modifier le code]

L'effet Matilda : attribution des découvertes scientifiques à un collègue masculin

Les historiens qui s'intéressent au genre et la science, dont notamment Margaret W. Rossiter, Londa Schiebinger, Éric Sartori et Yaël Nazé, et ont mis en lumière les efforts scientifiques et les réalisations des femmes, les obstacles rencontrés et les stratégies mises en œuvre pour que leur travail soit accepté par leurs pairs.

Rossiter, une historienne américaine, a développé les concepts de ségrégations hiérarchique et territoriale[1]. Aux États-Unis, les statistiques démontrent que 60 % des femmes professionnelles de race blanche sont des infirmières, des technicienne de garde préscolaire ou des enseignantes aux niveaux de base[2]. En 1993, Rossiter commence l'étude de l'effet Matilda, par lequel les contributions des femmes scientifiques sont dévaluées et enfin attribuées à des collègues masculins. Ce phénomène avait été observé par Matilda Joslyn Gage vers la fin du XIXe siècle. Ce peut être considéré comme un cas particulier de l'effet Matthieu, par lequel les plus favorisés tendent à accroître leur avantage sur les autres. Concrètement, l'effet Matilda a été observé entre autres pour les travaux de trois scientifiques importantes : Lise Meitner, Rosalind Franklin et Marietta Blau.

Un autre phénomène connu en histoire et sociologie des sciences et également décrit par Rossiter, est l'effet de harem (en)[3],[4]. Les Harvard Computers en sont un exemple. Il est admis que Edward Charles Pickering, le directeur du Harvard College Observatory, a engagé des femmes plutôt que des hommes, parce que celles-ci était moins bien payées et que la quantité d'informations à traiter dépassait les capacité de traitement de l'observatoire[5]. À cette époque, les femmes astronomes qui faisaient ce travail de chercheur à l'Observatoire de Harvard étaient payées 0,25$ de heure, ce qui était inférieur au salaire d'une secrétaire à la même université [6]. Certaines femmes astronomes s'illustrent alors, telle que l'Américaine Annie Jump Cannon [7].

Article principal : Place des femmes en astronomie.

En 2008, une étude portant sur un test de mathématiques réalisé par 300 000 adolescent(e)s dans 40 pays montre que l’écart de performance en mathématiques entre les garçons et les filles est corrélé à l'index d'émancipation des femmes, soulignant ainsi l'influence de l’éducation et de la culture (notamment l'estime de soi et les stéréotypes de genre)[8]. Ainsi, la culture égalitaire aux États-Unis explique la disparition entre 1990 et 2008 de l’écart de performance en mathématiques entre les deux sexes[9]. Ces études remettent en cause l’idéologie du déterminisme biologique pour expliquer la sous-représentation des femmes dans les sciences.

Histoire dans le monde occidental[modifier | modifier le code]

Article détaillé : monde occidental.

Ancien Monde[modifier | modifier le code]

Marie la Juive, à qui on crédite l'invention de plusieurs instruments de chimie, dont le bain-marie et un type d'alambic

Plusieurs civilisations anciennes ont retenu l'implication des femmes en médecine. En Égypte ancienne, Méryt-Ptah (2700 av. J.-C.), décrite comme « médecin en chef », est la première femme scientifique explicitement nommée de l'histoire des sciences[10].

Agamédé est citée par Homère en tant que guérisseuse, dans la Grèce antique d'avant la guerre de Troie (vers 1194–1184 av. J.-C.). Agnodice est la première femme médecin à pratiquer légalement, à Athènes, en 350 av. J.-C. Celle-ci doit se déguiser en homme pour suivre les cours de médecine, passe brillamment l'examen et devient gynécologue, mais sans révéler sa véritable identité. Les malades viennent en grand nombre la voir et les autres médecins lancent une rumeur disant qu’elle userait de son métier pour séduire les femmes mariées. Agnodice est alors obligée de révéler sa véritable identité, faisant qu'elle est accusée de violer la loi athénienne - en pratiquant une branche de la médecine - et risque une forte condamnation. La reconnaissance et l'intérêt personnel portent les femmes des principaux citoyens à se réunir pour prendre sa défense arguant du fait que les femmes préféraient se laisser mourir plutôt que de recourir à un médecin homme. Les magistrats acquittent Agnodice et lui permettent de continuer à exercer la médecine. L’année suivante, une loi est créée pour autoriser les femmes à étudier la médecine.

L'étude de la philosophie naturelle en Grèce antique était ouverte aux femmes. Aglaonike, qui prédisait des éclipses, et Théano, mathématicienne et médecin, une étudiante de Pythagore (et possiblement aussi sa femme), ainsi qu'une école à Crotone fondée par Pythagore qui incluait plusieurs autres femmes, en sont des exemples historiques[11]. Plusieurs femmes se sont jointes à l'école de philosophie de Pythagore en tant qu'enseignantes ou érudites. Les membres de cette école vivaient de façon communautaire et publiaient leurs travaux sous le nom commun de Pythagore. Donc, il est difficile de déterminer à qui en attribuer les travaux. Des écrits apocryphes existent toutefois au nom de Théano.

On recense plusieurs femmes ayant contribué au développement de la protoscience de l'alchimie à Alexandrie vers les Ier et IIe siècles av. J.-C., où la tradition gnostique faisait de sorte que les contributions féminines étaient considérées avec valeur. La femme la plus connue est Marie la Juive, à qui on crédite l'invention de plusieurs instruments de chimie, dont le bain-marie et un type d'alambic[12]. Elle est considérée comme l'une des fondatrices de l'alchimie, ayant vécu à l'époque hellénistique, probablement entre le IIIe et IIe siècles av. J.-C..

Hypatie d'Alexandrie (c.|350–415 AD), fille de Théon, était une érudite et la directrice de la bibliothèque d'Alexandrie. Ses écrits touchent à la géométrie, l'algèbre et l'astronomie et on lui crédite plusieurs inventions, dont l'hydromètre, un astrolabe et un instrument pour la distillation de l'eau[11].

Europe médiévale[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : science du Moyen Âge et femmes au Moyen Âge.
« Le chevalier de La Tour Landry offrant son livre à ses filles », estampe sur bois attribuée à Albrecht Dürer, Der Ritter vom Turn, imprimé par Michael Furter, Bâle, 1493

La première partie du Moyen Âge européen est marquée par le déclin de l'Empire romain d'Occident. La portion latine occidentale de la civilisation gréco-romaine est alors aux prises avec de grandes difficultés affectant négativement la production intellectuelle du continent. Bien que la nature était toujours vue comme un système qui est compréhensible par la raison, il y a peu d'initiative ou d'innovation scientifique[13]. Toutefois, les siècles suivant l'an mil ont amené davantage de prospésité et une augmentation rapide de la population, ce qui a entraîné plusieurs changements et donné une poussée à la production scientifique.

Malgré les succès de certaines femmes, le biais culturel a affecté leur éducation et leur participation à la science du Moyen Âge. Par exemple, saint Thomas d'Aquin, un érudit chrétien a écrit, sur la femme : « Elle est mentalement incapable de tenir une position d'autorité »[14]. Par ailleurs, à la fin du Moyen Âge, les femmes sont peu à peu évincées du travail artisanal, à cause de la concurrence qu’elles créent. Deux siècles plus tard, en 1688, une loi est créée par Adrian Beier interdisant aux femmes d’exercer une activité artisanale[15].

Éducation[modifier | modifier le code]

Dans l'Europe médiévale occidentale, les principes de vertu, de piété et de bienséance que l'on tentait d'inculquer aux filles se retrouvent, entre autres, dans le Livre pour l'enseignement de ses filles de Geoffroy de La Tour-Landry, un traité didactique écrit par un noble français pour ses filles dans le dernier tiers du XIVe siècle.

Dans les couvents[modifier | modifier le code]

Hildegarde de Bingen

Durant cette période, les couvents était un lieu central pour l'éducation des femmes et dans certaines communautés, il était possible aux femmes de s'adonner à la recherche scientifique. Un exemple est l'abbesse allemande Hildegarde de Bingen, dont les écrits prolifiques incluent des traitements d'une variété de sujets scientifiques, dont la médecine, la botanique et l'histoire naturelle (c.1151–58)[16]. Un autre exemple est celui de Herrade de Landsberg qui devient célèbre en tant qu'auteure et illustratrice de l'Hortus deliciarum (Le Jardin des délices), composé entre 1169 et 1175. Première encyclopédie écrite par une femme, c'était un superbe manuscrit à vocation essentiellement didactique.

Au XIe siècle, émergent les premières universités, bien que les femmes y étaient en général exclues[14]. Il existe des exceptions, dont l'université de Bologne, qui a permis l'accès des femmes aux cours, dès sa fondation en 1088[17].

Femmes médecins italiennes[modifier | modifier le code]

Pour ce qui est de la place des femmes en médecine en Italie, elle apparaît avoir joui d'une attitude davantage libérale qu'ailleurs en Occident. On croit que la femme médecin Trotula de Salerne a tenu une chaire à l'école de médecine de Salerne au XIe siècle où elle enseignait à des italiennes nobles, d'où le surnom de ses étudiantes : « les dames de Salerno »[12]. On attribue à Trotula plusieurs textes d'influence sur la médecine féminine, couvrant les champs de l'obstétrique et de la gynécologie, entre autres sujets.

Dorotea Bocchi, une autre femme médecin italienne, a détenu une chaine de philosophie et de médecine à l'université de Bologne dès 1390 et pendant plus de 40 ans[17],[18],[19],[20]. D'autres Italiennes de l'époque dont les contributions en médecine sont notées sont en autres : Abella, Jacqueline Félicie de Almania, Alessandra Giliani, Rebecca de Guarna (en), Margarita (en), Mercuriade (XIVe siècle), Constance Calenda (en), Calrice di Durisio (XVe siècle), Constanza (en), Maria Incarnata (en) et Thomasia de Mattio (en)[18],[21].

Révolution scientifique des XVIe et XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

Portrait de M. et Mme Lavoisier : Marie-Anne Pierrette Paulze a traduit des textes pour les travaux de chimie de son mari

Margaret Cavendish est une aristocrate anglaise du XVIIe siècle qui a pris part à la plupart des débats scientifiques de son époque. Par contre elle n'a pas été admise à la Royal Society, bien qu'on lui ait permis d'assister une fois à une réunion. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur des sujets scientifiques, tels Observations upon Experimental Philosophy et Grounds of Natural Philosophy. Dans ces écrits, elle est particulièrement critique de la croyance croissante que les humains, via la science, étaient les maîtres de la nature.

Au siècle des Lumières, lors de la révolution scientifique en Allemagne aux XVIe siècle et XVIIe siècle, la tradition de la participation des femmes à la production artisanale permet à certaines femmes de s'impliquer dans les sciences d'observation, en particulier l'astronomie. Entre 1650 et 1710, les femmes représentaient 14 % de tous les astronomes allemands[22]. La plus célèbre des astronomes en Allemagne à l'époque était Maria Winkelmann, dont les problèmes avec l'Académie de Berlin sont une réflexion des obstacles auxquels font face les femmes à se faire accepter dans le travail scientifique, qui était considéré comme exclusif aux hommes[23].

Aucune femme n'a été invitée soit à la Royal Society de Londres, ni à l'Académie des sciences jusqu'au XXe siècle. La plupart des gens du XVIIe siècle voit une vie consacrée à tout type d'érudition comme étant en contradiction avec les tâches domestiques que les femmes sont appelées à accomplir. En 1673, en réponse au biais culturel de l'époque, François Poullain de La Barre fait paraître anonymement De l'égalité des deux sexes, discours physique et moral où l'on voit l'importance de se défaire des préjugez. Il y dénonce l'injustice du traitement réservé aux femmes, soutient qu'il faut leur permettre de suivre les mêmes études que les hommes et qu'il faut leur ouvrir toutes les carrières, y compris scientifiques. On lui doit la célèbre formule l'esprit n'a point de sexe.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Frontispice de la traduction des Principia de Newton. Émilie du Châtelet y est dépeinte comme la muse de Voltaire.

Le XVIIIe siècle est caractérisé par trois points de vue divergents à l'égard des femmes : que les femmes étaient mentalement et socialement inférieures aux hommes, qu'ils étaient égaux mais différents, et que les femmes étaient potentiellement égales en termes de capacités mentales et pour leur contribution à la société. Bien que les rôles de genre ont été largement défini au XVIIIe siècle, les femmes ont connu de grands progrès en science.

En 1762, Jean-Jacques Rousseau conseille aux femmes l'étude de la botanique, seule discipline qu'il juge accessible à l'esprit féminin : La recherche des vérités abstraites et spéculatives, des principes, des axiomes dans les sciences, tout ce qui tend à généraliser les idées n'est point du ressort des femmes, leurs études doivent se rapporter toutes à la pratique; c'est à elles à faire l'application des principes que l'homme a trouvés, et c'est à elles de faire les observations qui mènent l'homme à l'établissement des principes (dans Émile ou De l'éducation).

C'est aussi à cette époque que Émilie du Châtelet traduit et commente les Principia de Newton[24] : la traduction française est publiée à Paris en 1756, sous le titre Principes mathématiques de la philosophie naturelle. C’est Voltaire qui par son influence, l’encourage à approfondir ses connaissances en physique et en mathématiques, matières pour lesquelles il lui reconnaissait des aptitudes particulières, la considérant supérieure à lui-même en ce domaine de la « Philosophie Naturelle», car c'est ainsi qu'on appelait à l'époque les sciences physiques. Dans un domaine qui fut longtemps presque exclusivement masculin, Émilie du Châtelet est considérée comme l'une des premières femmes scientifiques d'influence dont on ait conservé les écrits.

Institutions[modifier | modifier le code]

Malgré ces obstacles, certaine hommes supportaient les femmes en sciences et plusieurs y ont apporté des contributions significatives au XVIIIe siècle. Notamment, deux femmes ont participé aux institutions de leur époque : Laura Bassi et la princesse russe Catherine Dachkov. Bassi était une physicienne ayant reçu son doctorat de l'université de Bologne et qui y devient professeur en 1732. Dachkov est devenue directrice de l'académie impériale de Russie en 1783 grâce à ses relations avec la tsarine Catherine la Grande, marquant la première embauche d'une femme à la direction d'une académie scientifique[25]. En Italie du XVIIIe siècle, deux femmes ont été nommées professeurs à l'université (par le même Benoît XIV d'ailleurs), dans le contexte des Lumières catholiques : Laura Bassi, puis la mathématicienne Maria Gaetana Agnesi.

Du côté de la Suède, Eva Ekeblad est la première femme admise à l'Académie royale des sciences de Suède. Elle a découvert comment produire de la fécule et de l'alcool (brännvin) à partir des pommes de terre (1746). Grâce à elle, la pomme de terre, plante introduite en Suède en 1658 mais jusque-là cultivée uniquement dans les serres de l'aristocratie, est entrée dans l'alimentation de base du pays, permettant de réduire les épisodes de famine. Auparavant, l'alcool était produit à partir de céréales, notamment le blé et le seigle, et dès lors les céréales ont pu être réservées à la production de pain. Elle a également découvert des méthodes pour blanchir les fils et tissus en coton avec du savon (1751), et pour remplacer certains composants dangereux dans les cosmétiques de l'époque en utilisant une poudre tirée des pommes de terre (1752).

Hors des institutions[modifier | modifier le code]

Représentation de la Voie Lactée selon Caroline Herschel. À noter qu'il désormais établi qu'il est incorrect de placer le Soleil au centre de notre galaxie.

De façon plus commune, des femmes ont participé à l'avancement des science en association avec un parent masculin ou un époux. Caroline Herschel a débuté sa carrière d'astronome, initialement à contrecœur, en assistant son frère William Herschel. Elle est est reconnue pour la découverte de huit comètes ainsi que pour sa publication Index to Flamsteed’s Observations of the Fixed Stars (1798). Du côté de la chimie, Marie-Anne Pierrette Paulze a traduit des textes pour les travaux de son mari, Antoine Lavoisier. Elle assistait aussi à ses recherches et a illustré plusieurs de ses publications, dont son Traité élémentaire de chimie (1789).

Beaucoup d'autres femmes sont illustratrices ou traductrices de textes scientifiques. En traduisant la Principia de Newton en français, Émilie du Châtelet inclut également des progrès récents de physique mathématique[25]. Le Journal des savants consacre deux grands articles[26] à l'analyse de ses Institutions de Physique et écrit d'elle : « Quel encouragement pour ceux qui les cultivent (les sciences), de voir une Dame qui, pouvant plaire dans le monde, a mieux aimé s'instruire dans sa retraite, qui dans un âge où les plaisirs s'offrent en foule, préfère à leur erreur malheureusement si douce, la recherche de la vérité toujours si pénible, qui, alliant enfin la force aux grâces de l'esprit et de la figure, n'est point arrêtée par ce que les sciences ont de plus abstrait »[27]. Voltaire, affecté par la mort d'Émilie, écrit au roi de Prusse, en 1749 : « J'ay perdu un amy de vingt-cinq années, un grand homme qui n'avoit de défaut que d'être une femme, et que tout Paris regrette et honore »[28].

De côté de la l'histoire naturelle, la Française Françoise Basseporte est employée par les jardins botaniques royaux comme illustratrice. En Angleterre, Mary Delany développe une méthode d'illustration, également pour la botanique. Des aristocrates telles Mary Somerset et Margaret Harley cultivaient leur propre jardin botanique. En 1766, le philosophe suisse Jean-Jacques Rousseau rencontre cette dernière et admire ses connaissances en botanique, malgré sa croyance que les femmes ne pouvaient pas faire carrière en sciences. Les Anglaises Mary Delany et Margaret Harley sont également membres de la Blue Stockings Society, liée au bas-bleuisme.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La science est demeurée une profession largement amateur pendant la première partie du XIXe siècle. La contribution des femmes a été limitée du fait de leur exclusion de la plupart de l'enseignement scientifique formel, mais a commencé à être reconnue par l'admission dans des sociétés savantes au cours de cette période.

En France[modifier | modifier le code]

Thèse de Madeleine Brès
par Jean Béraud, en 1875.
Mathématiques[modifier | modifier le code]

En 1816, Sophie Germain, mathématicienne et philosophe issue d'une ancienne famille distinguée de la bourgeoisie parisienne, réussit le concours de l'Académie des sciences qui vise à donner la théorie mathématique des surfaces élastiques et de la comparer à l'expérience. Elle est alors admise à assister aux séances de l'Académie, interdite jusqu'alors aux femmes. Sur la suggestion de Gauss, l’université de Göttingen lui décerne en 1830 un titre honorifique, mais elle meurt avant de pouvoir le recevoir.

L’insuffisance de certains travaux de Sophie Germain s’explique, selon certains, par une mise à l’écart de la vie scientifique. Au début du XIXe siècle, les femmes étaient jugées incompétentes pour comprendre des travaux scientifiques ; elles ne pouvaient traditionnellement avoir accès à la connaissance des progrès scientifiques qu’au cours de discussions mondaines ou à la lecture des livres de vulgarisation qui leur étaient spécifiquement destinés. Sophie Germain se distingue avant tout par son refus de se soumettre aux mœurs de son époque[29].

Médecine[modifier | modifier le code]

En 1868, les jeunes filles sont enfin autorisées à étudier la médecine. Madeleine Brès est la première femme inscrite au concours des hôpitaux, tandis qu'Emma Chenu devient la première licenciée ès sciences de France. Brès est la fille d'un fabricant de charrettes et, mariée à 15 ans, elle doit avoir le consentement de son mari pour obtenir son diplôme, les femmes mariées étant jugées irresponsables par le droit français de l'époque. Son inscription à la faculté de médecine est tout un symbole et il faut le soutien de l'impératrice Eugénie et du ministre de l'Instruction publique, Victor Duruy, pour qu'elle l'obtienne. Elle officie ensuite comme professeur d'hygiène et enseigne notamment aux directrices des écoles maternelles de la ville de Paris. Elle dirige le journal Hygiène de la femme et de l'enfant et elle est l'auteur de plusieurs livres de puériculture. Elle n'est toutefois pas la première femme à obtenir le diplôme de médecin en France, l'Anglaise Elizabeth Garrett Anderson l'ayant devancée de cinq ans.

Le 10 décembre 1862 cette dernière écrivait à Julie-Victoire Daubié qui menait en France un combat similaire au sien pour permettre l'accès des études supérieures aux femmes[30]:

« J'ai accepté le rôle de pionnière pour les autres femmes et pour cela je vais continuer à ouvrir la voie en Grande-Bretagne plutôt que de me permettre les opportunités offertes par les universités étrangères ou américaines.[31] »

Ses efforts se heurtèrent d'abord à de nombreux refus d'admission aux examens universitaires, notamment à l'Université de Londres et au Royal Colleges of Physicians and Surgeons, mais elle obtint finalement de l'Académie de Pharmacie le droit de passer sa licence en pharmacie qu'elle obtint en 1865. Elle devint ainsi la deuxième femme inscrite au tableau de l'Ordre des médecins aux côtés de Elizabeth Blackwell.

En Angleterre[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]
La Gouvernante, Rebecca Solomon, 1854

Concernant l'éducation à dispenser aux femmes, on considère qu'il n'est pas nécessaire de leur donner accès à l'instruction de type classique, scientifique et commercial reçue par les hommes. L'accent étant mis sur l'apprentissage du rôle de mère et de maîtresse de maison, certaines matières — notamment l'histoire, la géographie et la littérature — sont couramment enseignées aux femmes, dans la mesure où l'on estime que des connaissances dans ces domaines leur sont utiles pour épauler la vie sociale de leurs enfants et de leur mari. En revanche, d'autres matières, tel le latin et le grec, sont réputées inutiles dans leur cursus. Les femmes désirant étudier le droit, la physique, l'ingénierie, les sciences ou les arts sont généralement l'objet de sarcasmes et de dédain. Les études universitaires sont tenues pour inutiles dans le parcours des femmes, et l'on dit même que le fait d'étudier n'est pas dans leur nature, voire peut les rendre malades. Elles doivent se cantonner plus ou moins à un rôle d'« ornement social » auprès de leur époux, à qui elles rendent obéissance, la soumission étant considérée comme une qualité primordiale de la femme.

Donc, au début de l'époque victorienne, l'éducation des jeunes filles est essentiellement tournée vers la préparation au mariage et à l'acquisition des accomplishments, ces talents d'agrément (aquarelle, broderie, chant, connaissance du français...) destinés à leur permettre d'orner dignement la maison de leur époux.

En 1883, les Indiennes Kadambini Ganguly et Chandramukhi Basu sont les premières femmes diplômées d'une université de tout l'Empire britannique. En effet, les femmes ne sont admises en tant qu'étudiantes à l'université d'Oxford qu'en 1879, un an après leur admission à l'université de Calcutta[32]. Le cours de mathématiques tripos de l'université de Cambridge est quant à lui ouvert aux femmes en 1881[33].

Métiers[modifier | modifier le code]
Portrait à l'aquarelle d’Ada Lovelace, fille du poète Byron, parfois considérée comme le premier programmeur
Florence Nightingale, une pionnière des soins infirmiers modernes et de l'utilisation des statistiques médicales
Diagramme des causes de mortalité au sein de l'armée en Orient par Florence Nightingale.

Du fait de son éducation, les métiers qu'une femme désireuse de gagner sa vie peuvent alors exercer — outre le métier d'écrivain — se limitent en pratique à l'enseignement, maîtresse d'école ou gouvernante.

Puis, au cours du XIXe siècle, trois professions médicales sont ouvertes aux femmes : le métier d'infirmière, celui de sage-femme, ainsi que, en théorie, celui de médecin. Toutefois, seules les femmes infirmières sont acceptées sans difficulté par la société, ce métier étant exercé sous la houlette et sous l'autorité de médecins de sexe masculin. À l'époque victorienne, on pense en effet que la médecine est le bastion des hommes, sur lequel les femmes ne doivent pas empiéter, et qu'elles ne devaient pas déroger au rôle de subalterne leur ayant été dévolu par Dieu. En réalité, les Britanniques ne veulent pas de chirurgiens ou de médecins de sexe féminin, et les femmes demeurent cantonnées dans leur rôle d'infirmière. Dans cette profession, Florence Nightingale (1820-1910) est une figure importante du XIXe siècle, en ce qu'elle permet de moderniser l'image traditionnelle de l'infirmière modèle n'ayant d'autre but que celui de se sacrifier pour veiller au bien-être de ses patients, en œuvrant pour l'éducation des femmes et en leur enseignant la bravoure, la confiance en soi et l'affirmation de soi[34]. C'est une pionnière des soins infirmiers modernes et de l'utilisation des statistiques dans le domaine de la santé.

Miranda Stuart est en quelque sorte la première femme médecin britannique[35]. Née de sexe féminin (en), elle choisit de vivre en tant qu'homme, sous le nom de James Barry, pour étudier et poursuivre une carrière médicale. Usuellement, Elizabeth Garrett Anderson est reconnue comme la première femme médecin en Grande-Bretagne.

Vers le milieu du XIXe siècle, l'histoire de l'informatique est marquée par les travaux de la comtesse Ada Lovelace. En note du mémoire du mathématicien italien Federico Luigi, comte de Menabrea sur la machine analytique qu'elle traduit en français pour Charles Babbage elle décrit une méthode très détaillée pour calculer les nombres de Bernoulli avec la machine. Elle est ainsi considérée comme l'inventeur du premier programme informatique de l'Histoire.

En 1835, on voit la première femme membre honoraire de la Royal Astronomical Society : Caroline Herschel. C'est une astronome britannique d'origine allemande ayant travaillé avec son frère, Sir William Herschel. En 1886, Isis Pogson est la première à tenter de officiellement joindre la Society[36], mais des avocats font valoir qu'une femme y est illégale[37]. Elle y arrive en 1920, soit cinq ans après que les femmes y aient été admises[38],[39].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Elizabeth Blackwell, la première femme médecin américaine certifiée

La fin du XIXe siècle aux États-Unis est marquée par l'importance accrue des collèges pour femmes, laquelle a engendré des emplois pour les femmes scientifiques ainsi que davantage de possibilités d'éducation. À cette époque, les autres collèges et universités ont commencé à permettre l'admission des femmes : on y recense environ 3 000 femmes en 1875, et presque 20 000 en 1900[40].

Médecine[modifier | modifier le code]

Un exemple est Elizabeth Blackwell, la première femme médecin certifiée aux États-Unis, diplômée du Hobart and William Smith College (en) en 1849[41]. Blackwell songe pour la première fois a la carrière médicale à l'occasion de la douloureuse maladie d'une amie, qui succombe probablement d'un cancer de l’utérus. Cette amie lui confie qu’être soignée par un docteur femme aurait probablement rendu son traitement beaucoup plus confortable. Blackwell est également convaincue que les qualités féminines sont très adaptées à l'exercice de la profession médicale[42]. À cette époque pourtant, "elle déteste tout ce qui a trait au corps, et ne supporte pas les livres traitant de médecine"[43]. Un autre élément qui la pousse toutefois dans cette voie est le sens attribué en ce temps à l'expression "femme médecin", par lequel sont désignées les faiseuses d'anges. Blackwell souhaite se dresser contre cette idée reçue qui ne rend pas justice a ce dont elle croit les femmes capables[44]. Embrasser la carrière médicale constitue également un moyen d’acquérir l’indépendance matérielle qu'elle recherche, en dehors des chaînes du mariage[43]. Elle se rabat alors sur des écoles moins prestigieuses et est finalement admise au Hobart and William Smith College de New York. Bravant les préjugés des professeurs et des étudiants, elle termine, le 23 janvier 1849, première de sa classe et devient la première femme à obtenir un diplôme médical aux États-Unis.

Refusée dans la plupart des hôpitaux, Blackwell fonde son propre établissement appelé New York Infirmary for Indigent Women and Children en 1857. Au déclenchement de la guerre civile américaine, elle forme des infirmières et, en 1868, fonde un collège médical réservé aux femmes pour former officiellement des femmes-médecins/doctoresses. En 1869, elle abandonne à sa sœur Emily la responsabilité du Collège pour retourner en Angleterre. Là, avec Florence Nightingale, elle ouvre le London School of Medicine for Women et devient la première femme-médecin/doctoresse et médecin enregistrée en Grande-Bretagne. Elle prend sa retraite à l’âge de 86 ans. Son guide d’éducation sexuelle (The Moral Education of the Young), est publié en Angleterre, tout comme son autobiographie (Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women, 1895).

Génie[modifier | modifier le code]
La Helmick House, un bâtiment (1916) de l'Arrowmont School of Arts and Crafts (en), conçu par les sœurs Wilson

En 1876, Elizabeth Bragg (1858-1929) est la première femme américaine à être diplômée en génie civil, de l'Université de Californie à Berkeley[45]. Toutefois, celle-là ne fait pas carrière en génie et ce sont les sœurs Elmina T. et Alda H. Wilson, diplômées de l'université d'État de l'Iowa qui, en 1892, sont les premières[46]. Elmina Wilson (1870-1918) est aussi la première femme américaine à obtenir une maîtrise (1894) et un poste de professeur à temps plein dans ce domaine.

Selon l'Encyclopædia Britannica, ce serait plutôt Nora Stanton Blatch Barney qui la première aux États-Unis, aurait détenu le titre d'ingénieure. Elle est diplômée de l'université Cornell en 1905 et acceptée dans la American Society of Civil Engineers la même année[47].

Chimie[modifier | modifier le code]

Ellen Richards est une chimiste américaine proéminente du XIXe siècle.

En Russie[modifier | modifier le code]

Anna Volkova (Анна Фёдоровна Волкова, 1800-1876) est une chimiste russe, première femme membre de la Société russe de chimie.

En Allemagne[modifier | modifier le code]

À l'université de Göttingen, la mathématicienne d'origine russe Sofia Kovalevskaïa travaille sur les équations aux dérivées partielles, corrigeant et améliorant un résultat de Cauchy (énonçant et démontrant ce que l'on appelle aujourd'hui le théorème de Cauchy-Kowalevski). Elle écrit un mémoire sur les intégrales abéliennes (en). Enfin, un troisième mémoire porte sur la forme des anneaux de Saturne. Pour ces trois mémoires, elle obtient le titre de docteur de l'université de Göttingen en 1874, la première femme à obtenir ce titre en Allemagne, mais pas au monde (Maria Gaetana Agnesi en avait obtenu un à Bologne au XVIIIe siècle). Chacun des trois mémoires aurait suffi pour une thèse, a dit Weierstrass. La thèse se passe in absentia. Avec son mari, traducteur de Darwin en russe, Sofia va en Angleterre où elle fait notamment la connaissance de George Eliot et de Herbert Spencer.

Histoire hors du monde occidental[modifier | modifier le code]

Monde Ancien[modifier | modifier le code]

Sarasvatī, déesse de la connaissance, sagesse, éloquence et arts, apparaît à Yājñavalkya

Proche-Orient ancien[modifier | modifier le code]

La civilisation de Sumer a produit quelques-uns des tout premiers astronomes historiques, assemblant ainsi des étoiles et leur position en constellations, dont plusieurs survivent aujourd'hui et qui étaient également reconnues par les grecs anciens[48]. Du côté des femmes du IIe millénaire av. J.‑C., des astronomes sumériennes sont dirigeantes des grands temples observatoires[7]. Par exemple, Enheduanna (v. 2285-2250 avant J.-C.) est une astronome et poétesse sumérienne.

En Mésopotamie, Tapputi-Belatekallim est considérée comme la première chimiste. C'est une parfumeuse mentionnée sur une tablette babylonienne en cunéiforme vers 1200 avant J.-C[49]. On y trouve aussi la plus vieille mention d'un alambic[50].

Inde ancienne[modifier | modifier le code]

Du côté de l'Inde ancienne, Gargi Vachaknavi est une philosophe honorée comme l'un des grands philosophes naturels[51]. On la mentionne dans les sixième et huitième Brahmana de Bṛhadāraṇyaka Upaniṣad, où le brahmayajna, un congrès philosophique organisé par le roi Janaka de Vedeha, est décrit : elle s'oppose aux vues du sage Yājñavalkya au sujet de questions sur l'atman (notion de l'âme dans l'hindouisme)[52],[53].

Monde chinois[modifier | modifier le code]

Huang Daopo, une des fondatrices de l'industrie textile chinoise

Leizu (嫘祖) est une impératrice chinoise légendaire qui a découvert la soie et inventé le métier à tisser la soie au XXVIIe siècle avant J.-C. Une autre figure semi-légendaire est celle de Huang Daopo (黃道婆), qui a vécu à l'époque de la dynastie Yuan. Celle-ci aurait grandement contribué au développement des techniques de tissage et de filature, établissant ainsi les premières fondations de l'industrie textile chinoise et même de tout l'Extrême-Orient.

Les femmes étaient exclues du mode d'enseignement maître-disciple, mais elles pouvaient étudier à l'intérieur de leur famille ou de leur clan, de telle sorte que vers la fin de la dynastie Ming, des familles de femmes médecins se distinguent par leur érudition et leurs ouvrages sur des sujets médicaux[54].

Monde indien[modifier | modifier le code]

Chandramukhi Basu, Kadambini Ganguly et Anandi Gopal Joshi furent les premières femmes indiennes à obtenir des diplômes universitaires. En 1883, Kadambini Ganguly et Chandramukhi Basu, diplômées du Bethune College (en), sont aussi les premières femmes graduées universitaires de l'Empire britannique. Les femmes sont admises en tant qu'étudiantes à l'université d'Oxford en 1879, un an après leur admission à l'université de Calcutta[32]. Le tripos est ouvert aux femmes à Cambridge seulement en 1881[33].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Femmes scientifiques influentes du début du XXe siècle : Marie Curie, Lise Meitner et Emmy Noether.

En 1902 au Royaume-Uni, la mathématicienne, inventeur et ingénieur Hertha Ayrton est la première femme à être proposée en tant que fellow de la Royal Society, mais celle-là est rejetée grâce aux avocats de la Society qui arrivent à justifier qu'une femme ne peut pas être un fellow. Le Sex Disqualification (Removal) Act 1919 et un Privy Council établissent, en 1929, l'égalité de la femme et rendent ces arguments archaïques, mais ce n'est qu'en 1943 que, mise en action par un article critique du Daily Worker par Jack Haldane, la Royal Society considère dorénavant l'acceptabilité des femmes en tant que fellows. Après un vote par lequel une large majorité de fellows votent pour l'admissibilité des femmes, Kathleen Lonsdale est élue en 1945, en même temps que Marjory Stephenson[55].

Au tout début du siècle, Marie Curie est la première femme à recevoir le prix Nobel de physique[56]. Elle devient également en 1911 la première femme à recevoir un second prix Nobel (chimie) et l'une des deux seules personnes à l'avoir reçu dans plus d'une discipline. En 2013, il y a deux femmes ayant obtenu le prix Nobel de physique, Curie, en 1903, et Maria Goeppert-Mayer, en 1963.

Sous la République de Weimar, seulement 1 % des chaires universitaires étaient occupées par des femmes. Le 8 juin 1937, un décret stipule que seuls les hommes peuvent être nommés à ces chaires, si ce n'est dans le domaine social. Néanmoins, le 21 février 1938, « à titre individuel et exceptionnel » suite au lobbying de la Reichsfrauenführerin, la plus haute responsable de la branche féminine du parti nazi, Gertrud Scholtz-Klink[57], on accorde à Margarete Gussow une chaire d'astronomie[58].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Valentina Terechkova avec Valeri Bykovski (juin 1963, Agence Novosti).

En 1963, Valentina Terechkova est la première femme dans l'espace. Elle a effectué 48 orbites autour de la terre à bord de Vostok 6, en 70 heures et 41 minutes, du 16 juin 1963 à 12 h 30 au 19 juin 1963 à 11 h 11. Cette durée de vol de 2 jours 22 heures et 41 minutes représentait en une seule mission, plus que le total des heures de vol des astronautes américains de l'époque.

Tandis que Terechkova est acclamée, Maria Goeppert-Mayer, récompensée du prix Nobel de physique la même année, est prise moins au sérieux par la société américaine de l'époque :

Certaines [écoles] daignent lui donner du travail, mais elles refusent de la payer, et les sujets de travail sont typiquement « féminins », comme déterminer les causes des couleurs. L'Université de Chicago l'a finalement prise suffisamment au sérieux, en faisant un professeur de physique. Même si elle a obtenu son propre bureau, le département ne lui paie toujours pas de salaire. Lorsque l'Académie suédoise annonce en 1963 qu'elle avait remporté la plus haute distinction de sa profession, le journal San Diego accueille son grand jour avec le titre "SD Mother Wins Nobel Prize", i.e. « Une mère de San Diego remporte le prix Nobel ».[59]

Son mari, Joseph Edward Mayer avait été congédié en 1937, pour des raisons qu'il estimait liées à Goeppert-Mayer et la misogynie du doyen des sciences physiques. Il prend alors un nouvel emploi à l'université Columbia[60]. Le doyen du département de physique, George Pegram (en) s'arrange pour que Goeppert-Mayer ait un bureau, mais elle ne reçoit pas de salaire. Elle devient rapidement bons amis avec Harold Urey et Enrico Fermi, qui est arrivé à l'université Columbia en 1939. Fermi lui demande d'enquêter sur la valence des éléments transuraniens inconnus. En utilisant le modèle de Thomas-Fermi (en), elle prédit qu'ils formeraient une nouvelle série similaire à celle des terres rares. Cela s'est avéré être correct[61].

Shirley Ann Jackson au Forum économique mondial de 2010.

Shirley Ann Jackson est une physicienne américaine, spécialisée dans le domaine de la physique des matières condensées et des matériaux opto-électroniques. Elle est la première femme afro-américaine à obtenir un doctorat du MIT en physique nucléaire. Arrivée au MIT en 1964, elle a été pendant une bonne partie de sa scolarité victime d'ostracisme et d'insultes, ses camarades, même les autres filles, refusant de s'asseoir à côté d'elle[62]. On lui a craché et jeté des objets dessus[63]. Seule femme noire de sa promotion qui ne comprenait que 43 femmes et 20 noirs seulement parmi tous les undergraduates en cours de physique elle demeure isolée[64], jusqu'à ce qu'elle finisse par faire partie d'une sororité (uniquement composée de femmes noires). Elle finit présidente de cette sororité à la fin de ses études au MIT[65]. De ses recherches, elle a admit qu'il a été difficile d'obtenir le respect de ses pairs, du fait d'un environnement typiquement blanc et masculin[66]. Jackson a fait et fait encore partie de multiples conseils d'administration de grands groupes et entreprises, faisant partie des présidents d'institutions universitaires les plus occupés par ces postes annexes. Au cours de sa carrière, Shirley Ann Jackson a aussi été présidente de la commission de réglementation nucléaire des États-Unis (NRC). Dans le cadre de sa démarche anti-discriminatoire, Jackson a servi pendant un mandat au National Society of Black Physicists[67]. Durant sa carrière aux laboratoires d'AT&T Bell, Jackson s'est impliquée particulièrement dans la promotion des minorités et des femmes dans les sciences et a dans ce cadre, participé à des comités dédiés à ces sujets à la National Academy of Sciences, l'American Association for the Advancement of Science et la National Science Foundation[68].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'américo-iranienne Anousheh Ansari est la première femme à travailler à la SSI

En 2013, la revue Nature, illustre le fossé entre les sexes en sciences. D'une part, les femmes professeurs universitaires en physique et astronomie ont en moyenne moins d'enfants que les hommes, soit 1,2 par rapport à 1,5. Plus à la base, les étudiantes en biologie, chimie et physique peuvent s'attendre à être moins bien payées en tant qu'assistantes que leurs confrères masculins, soit d'en moyenne 3 730 $ américains par année. Enfin, les salaires professionnels des femmes en physique et en astronomie sont 40 % moindres que ceux des hommes, aux États-Unis[69].

Aux États-Unis en 2001, les femmes en science ou en génie ayant un doctorat sont principalement employées dans le secteur de l'éducation, et moins dans le commerce ou l'industrie que les hommes[70].

Un rapport de mars 2014 de la Fondation L'Oréal montre que dans le système éducatif de 14 pays, dont les États-Unis, la France, l'Espagne, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine et le Japon, la baisse de proportion des femmes en sciences commence dès l'université. Au premier cycle, 32% des diplômes en sciences sont décernés à des femmes. La proportion descend à 30% pour le 2e cycle et à 25% pour le 3e[71].

Mondialisation[modifier | modifier le code]

L'astronome Farzana Aslam souligne que les femmes pakistanaises sont aptes à contribuer à tous les aspects économiques de leur société, tout en maintenant les valeurs de l'Islam et que cela pourra contribuer à bâtir une société plus forte et plus saine[72] . À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, on compte aussi déjà un certain nombre d’astronautes musulmans : l'américo-iranienne Anousheh Ansari est la première femme à travailler à la SSI et le quatrième touriste spatial. De façon plus générale, en Iran, le nombre de femmes inscrites en études supérieures dépasse parfois celui des hommes dans les études scientifiques, qui leur étaient traditionnellement réservées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

En général
Par discipline
Analyse
Prix

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Schiebinger Londa, Has Feminism Changed Science, United States of America, First Harvard University Press,‎ 2001 (ISBN 0-674-38113-0), p. 34–35
  2. « Science and Engineering Indicators 2006 »
  3. Margaret W. Rossiter, ""Women's Work" in Science", ISIS 71 (1980): 381-398.
  4. Margaret W. Rossiter, "Women Scientists in the United States Before 1920," American Scientist 62 (1974).
  5. (en) Margaret W. Rossiter, Women Scientists in America, vol. 1, JHU Press,‎ 2006 (ISBN 0801857112)
  6. (en) George Johnson, Miss Leavitt's Stars, W. W. Norton & Company, Incorporated,‎ 2005 (ISBN 0-393-32856-2)
  7. a et b Université de l'Alabama, Département de physique et d'astronomie : CANNON, ANNIE JUMP, astronomer (1863-1941)
  8. (en) L. Guiso, F. Monte, P. Sapienza et L. Zingales, « Diversity : Culture, Gender, and Math », Science, vol. 320, no 5880,‎ 30 mai 2008, p. 1164-1165 (lien DOI?)
  9. (en) J. S. Hyde, S. M. Lindberg, M. C. Linn, A. B. Ellis et C. C. Williams, « Diversity : Gender Similarities Characterize Math Performance », Science, vol. 321, no 5888,‎ 25 juillet 2008, p. 494-495 (lien DOI?)
  10. (en) M. W. Hubbell, The Fundamentals of Nuclear Power Generation: Questions & Answers
  11. a et b 4000 years of women in science: listing by century (accessed 17 May 2006)
  12. a et b Feminist approaches to technology: Reframing the question
  13. The End of the Classical World, (Lecture 12), in Lawrence M. Principe (2002) History of Science: Antiquity to 1700. Teaching Company, Course No. 1200
  14. a et b Whaley, Leigh Ann. Women's History as Scientists. Santa Barbara, California: ABC-CLIO, INC. 2003.
  15. Georges DUBY et Michelle PERROT, Histoire des femmes, le Moyen Âge, Plon, 1990, p. 317
  16. Hildegard von Bingen (Sabina Flanagan)
  17. a et b J. S. Edwards, « A Woman Is Wise: The Influence of Civic and Christian Humanism on the Education of Women in Northern Italy and England during the Renaissance », Ex Post Facto: Journal of the History Students at San Francisco State University, vol. XI,‎ 2002 (lire en ligne)
  18. a et b Howard S. The Hidden Giants, p. 35, (Lulu.com; 2006) (Retrieved 22 August 2007)
  19. Brooklyn Museum: Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art: The Dinner Party: Heritage Floor: Dorotea Bucca (Retrieved 22 August 2007)
  20. Jex-Blake S (1873) 'The medical education of women', republished in The Education Papers: Women's Quest for Equality, 1850–1912 (Spender D, ed) p. 270 (Retrieved 22 August 2007)
  21. Walsh, J. J. 'Medieval Women Physicians' in Old Time Makers of Medicine: The Story of the Students and Teachers of the Sciences Related to Medicine During the Middle Ages, ch. 8, (Fordham University Press; 1911)
  22. Spielvogel, Jackson J., Western Civilization, Volume B: 1300-1815. Thomson / Wadsworth, 2009. ISBN 978-0-495-50289-0.
  23. (en) Londa Schiebinger, « Maria Winkelmann at the Berlin Academy: A Turning Point for Women in Science », Isis, Journal of the History of Science Society, Berlin, Springer-Verlag, vol. 78, no 292,‎ 1987, pp. 174–200.
  24. (fr) La présentation des Principia d'Isaac Newton par la marquise du Châtelet, texte et analyse sur le site BibNum.
  25. a et b Burns, William E. 2003. Science in the Enlightenment. Santa Barbara, CA: ABC-CLIO. Entry: 253.
  26. Journal des savants, décembre 1740 et mars 1741.
  27. Le journal des savants, décembre 1740, p. 2144.
  28. Lettres à Frédéric II, Édition de Theodore Besterman, D4039.
  29. Amy Dahan-Dalmedico, Sophie Germain, Les mathématiciens.
  30. Children of the Revolution: The French, 1799-1914, p. 166, Robert Gildea, ed.Harvard University Press, 2008
  31. Lettres à Julie-Victoire Daubié (1824-1874) La première bachelière et son temps. Raymonde Albertine Bulger. ed. Peter Lang N.Y 1992
  32. a et b Women at Oxford
  33. a et b Numbers of graduates of the University of Cambridge sur la Davis archive of female mathematicians.
  34. Elaine Showalter a qualifié Cassandre, une contribution au féminisme et à la littérature de Florence Nightingale, de « texte majeur du féminisme anglais, un lien entre Wollstonecraft et Woolf. », traduction de "a major text of English feminism, a link between Wollstonecraft and Woolf." dans : Sandra M. Gilbert et Susan Gubar, The Norton Anthology of Literature by Women: The Traditions in English, éditions W.W. Norton, 1996, pages 836-837.
  35. Hercules Michael du Preez, « Dr James Barry: The early years revealed », South African Medical Journal, Vol 98, No 4 (2008), South African Medical Journal,‎ 14 janvier 2008 (consulté le 3 avril 2008)
  36. (en) Mary Brück, Women in Early British and Irish Astronomy, Springer,‎ 2009 (ISBN 978-90-481-2472-5, lire en ligne), p. 157
  37. (en) Marilyn Bailey Ogilvie, Women in science : antiquity through the nineteenth century : a biographical dictionary with annotated bibliography, Cambridge, Mass., MIT Press,‎ 1986 (ISBN 026265038X)
  38. (en) Roger Hutchins, Pogson, Norman Robert (1829–1891), Oxford University Press,‎ 2004 (lire en ligne)
  39. (en) Thomas Hockey, The biographical encyclopedia of astronomers, New York, NY, Springer,‎ 2007 (ISBN 9780387310220)
  40. Contributions of 20th Century Women to Physics
  41. Changing the Face of Medicine: Dr. Elizabeth Blackwell (NLM)
  42. Nathan Roth, « The Personalities of Two Pioneer Medical Women: Elizabeth Blackwell and Elizabeth Garrett Anderson », Bulletin of the New York Academy of Medicine, vol. 47, no 1,‎ 1971, p. 67–79 (lien PubMed Central?)
  43. a et b Blackwell, Elizabeth, and Millicent Garrett Fawcett. Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women. London: J. M. Dent & Sons, 1914. Print.
  44. (en) Nancy Ann Sahli, Elizabeth Blackwell, M.D., (1871-1910): a biography, New York, Arno Press,‎ 1982 (ISBN 0-405-14106-8)
  45. « WEP Milestones », Berkeley Engineering, University of California, Berkeley (consulté le 2011-11-24)
  46. Richard G. Weingardt, P.E., The first lady of structural engineering, juillet 2010.
  47. « Nora Stanton Blatch Barney », Encyclopædia Britannica Online (consulté le 2014-03-09)
  48. Gary Thompson : History of Constellation and Star Names.
  49. (en) Strathern, Paul, Mendeleyev's Dream - The Quest For the Elements, New York, Berkley Books,‎ 2000
  50. (en) Martin Levey, Early Arabic Pharmacology: An Introduction Based on Ancient and Medieval Sources, Brill Archive,‎ 1973 (ISBN 90-04-03796-9), p. 9
  51. « Gargi » (consulté le 2006-12-24)
  52. « Vedic Women: Loving, Learned, Lucky! » (consulté le 2006-12-24)
  53. « Gargi - The Virgin Philosopher » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-15 Swami Sivananda
  54. TJ Hinrichs, Linda L Barnes, [Chinese Medicine and Healing: An Illustrated History http://books.google.fr/books?id=dtsYe0ZFORcC], Harvard University Press, 2013-01-01 - 464 pages, p. 144.
  55. J. Mason 1996 Marjory Stephenson, 1885–1948. In E. Shils and C. Blacker (eds.) Cambridge Women. Cambridge: Cambridge University Press, 113-135.
  56. Pour la liste des femmes du laboratoire Curie, voir N. Pigeard-Micault Le laboratoire Curie et ses Femmes (1906–1934), Ann of Scs, 08 février 2012
  57. Anna Maria Sigmund, Les femmes du IIIe Reich, 2004, page 180.
  58. François Delpla, Les femmes ont-elles été nazies ?, extrait du chapitre 10 des «Tentatrices du diable »
  59. Kean 2010, p. 27–28, 31.
  60. Dash 1973, p. 283-285.
  61. Sachs 1972, p. 317.
  62. Warren 1999, p. 128
  63. Petrie 2000, p. 26-27
  64. Kessler et al. 1996, p. 178
  65. Kessler et al. 1996, p. 179
  66. Warren 1999, p. 129
  67. Kessler et al. 1996, p. 181
  68. Warren 1999, p. 130
  69. Inequality quantified: Mind the gender gap, dans Nature, 6 mars 2013.
  70. Hahm, Jo. Women, Minorities and Persons With Disabilities in Science and Engineering, NSF 2004.
  71. (en) Kathryn Buschman Vase, « Women Still Missing in Sciences -- What it Means for Business », FOXBusiness,‎ 19 mars 2014 (lire en ligne).
  72. (en) Pride of Pakistan : « Farzana Aslam » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-15.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joan Dash, A life of One's Own: Three Gifted Women and the Men they Married, New York, Harper & Row,‎ 1973 (ISBN 9780060109493, lien OCLC?)
  • (en) Sam Kean, The Disappearing Spoon and Other True Tales from the Periodic Table of the Elements, New York, Little, Brown and Co,‎ 2010 (ISBN 9780552777506)
  • (en) Robert Sachs, Maria Goeppert Mayer 1906 – 1910, National Academy of Sciences,‎ 1972 (Biographical Memoir lire en ligne)
  • (en) Wini Warren, Black Women Scientists in the United States, Indiana University Press,‎ 1999, 366 p. (lire en ligne)
  • (en) Phil W. Petrie, « The triumph of excellence », The Crisis, The Crisis Publishing Company, Inc., vol. 107, no 2,‎ mars-avril 2000 (ISSN 0011-1422, lire en ligne)
  • (en) James H. Kessler, J. S. Kidd, Renée A. Kidd et Katherin A. Morin, Distinguished African American Scientists of the 20th Century, Greenwood Publishing Group,‎ 1996, 382 p. (lire en ligne)