Place de la Bourse (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place de la Bourse.
2e arrt
Place de la Bourse
Place de la Bourse avec le palais Brongniart, au carrefour des rues du 4 septembre et de Notre-Dame-des-Victoires
Place de la Bourse avec le palais Brongniart, au carrefour des rues du 4 septembre et de Notre-Dame-des-Victoires
Situation
Arrondissement IIe
Quartier Vivienne
Voies desservies Rues de la Banque,
du Quatre-Septembre,
de la Bourse,
Vivienne,
Notre-Dame des Victoires.
Morphologie
Forme Rectangulaire
Historique
Création 1809
Géocodification
Ville de Paris 1224
DGI 1216

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place de la Bourse
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 09″ N 2° 20′ 29″ E / 48.869167, 2.341389

La place de la Bourse est une place de Paris située dans le IIe arrondissement.

Elle doit son nom au palais de la Bourse, édifié sur son emplacement entre 1807 à 1825. Décidée par décret du 15 février 1809, elle absorbe une partie de la rue des Filles-Saint-Thomas.

(M) Ce site est desservi par la station de métro Bourse.

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Argent, roman d'Émile Zola publié en 1891, décrit minutieusement l'intense activité de la place de la Bourse peu avant son apogée : arrivant par les quatre coins, alors que la rue du quatre-septembre et la rue Réaumur n'ont pas encore été percées, un ballet fiacres et d'omnibus sillonne une grande place couverte de marronniers et de bancs[1], parcourue de rumeurs et négociations, dans les commerces (papetier, pâtissier), banques, médias, cafés et restaurants disposés tout autour. Au milieu, les prestigieux coulissiers sont assis en arc de cercle, autour de l'horloge, sous les arcades du Palais Brongniart, tandis qu'une Bourse des pieds humides se tient de manière plus informelle mais tout aussi régulière dans le jardin en contrebas, pour l'échange des "titres déclassés". À l'intérieur du Palais Brongniart, le très convoité marché à terme de la corbeille, et un peu plus loin celui du comptant, moins recherché car il permet des gains moins rapides.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Argent, par Émile Zola, édition de Philippe Hamon et Marie-France Azéma, dossier financier par Bernard Cieutat, Le livre de poche, chapitre I
  2. "Paris aujourd'hui" page 68 par Jacques Louis Delpal - 1975
  3. Publication de 1884 [1]
  4. "Les Rougon-Macquart: histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire", par Henri Mitterand, dans la Nouvelle Revue Française, 1967