Place Royale (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place Royale.
Place Royale
Image illustrative de l'article Place Royale (Québec)
L'Église Notre-Dame-des-Victoires (Québec) et (à gauche) le buste de Louis XIV selon Le Bernin
Situation
Coordonnées 46° 48′ 47″ N 71° 12′ 10″ O / 46.813087, -71.20279546° 48′ 47″ Nord 71° 12′ 10″ Ouest / 46.813087, -71.202795  
Pays Drapeau du Canada Canada
Région Province de Québec
Ville Ville de Québec
Morphologie
Type Place
Forme Rectangulaire

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Québec-Ville]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Québec-Ville|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Québec-Ville]])]]
Place Royale

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Place Royale

Géolocalisation sur la carte : Amérique

(Voir situation sur carte : Amérique)
Place Royale

La place Royale (en anglais Royal Place) est une place de Québec à laquelle on accède par la rue Notre-Dame, la rue des Pains Bénits et la Ruelle de la Place. Située dans la Basse-Ville dans l'arrondissement historique du Vieux-Québec; elle est considérée comme le plus ancien établissement français en Amérique[1]. Elle est au centre du site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain[2], classé en 2008, qui correspond à l'emplacement de la fondation de Québec. On y trouve l’église Notre-Dame-des-Victoires, la plus vieille église en pierre d'Amérique du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Habitation de Québec, 1608, par Samuel de Champlain

Surnommée « le berceau de la civilisation française en Amérique », la place Royale s'étend à l'emplacement où Samuel de Champlain a lancé la construction d'un poste fortifié en 1608, la première habitation de Québec. Les bâtiments qui sont alors édifiés, comme les magasins du Roy, servent notamment au commerce de la fourrure avec les Amérindiens, qui occupaient épisodiquement les lieux pour pêcher et échanger leurs produits.

Le poste de Québec se développe rapidement au cours du XVIIe siècle et forme alors ce qu'on appelle aujourd'hui la basse-ville de Québec. Après l'incendie de 1682, les bâtiments sont reconstruits avec des murs coupe-feu en pierre qui donnent son cachet à l'espace, lequel porte encore le nom de place du Marché. Un buste du Roi-Soleil, Louis XIV, y est érigé en 1686[3] par l'intendant Champigny. La place prend alors son nom de place Royale.

La place est alors un centre de commerce d'importance en Nouvelle-France. C'est de ses bâtiments que partent les produits à destination de l'Europe, et c'est dans ses rues que sont débarqués les produits importés du vieux continent.

En 1759, l'armée anglaise du général James Wolfe détruit une grande partie de la ville, laissant la place Royale en ruine. Les Anglais, désormais maîtres des lieux, remettent en état la place et développent son activité : commerçants, armateurs, marchands et architectes s'installent dans les plus beaux bâtiments.

Au XIXe siècle, avec la révolution industrielle qui privilégie le métal au bois et l'essor du port de Montréal, la place Royale perd son rôle de plaque tournante du commerce. Le quartier sombre progressivement dans l'isolement et la ruine jusqu'en 1967, date à laquelle le gouvernement du Québec décide de réhabiliter le quartier. Le nom de Place-Royale est alors donné au secteur qui entoure la place Royale.

Les opérations de restauration, de reconstruction et de déconstruction (démolition de structures ajoutées du XIXe siècle et du XXe siècle en vue de privilégier les strates architecturales du XVIIe et du XVIIIe), amène la chercheuse Isabelle Faure à affirmer : « Un dessein idéologique et politique a soutenu le projet de Place-Royale. Ce dernier visait la création dans le Vieux-Québec d'un patrimoine canadien-français auquel les Québécois pussent s'identifier. »[1].

Description[modifier | modifier le code]

Quebec-La-Cite-3.svg

Située dans l'arrondissement historique du Vieux-Québec, qui a été classé patrimoine mondial en 1985 par l'Unesco, la Place-Royale est délimitée par la rue Saint-Pierre, la côte de la Montagne et la rue du Petit-Champlain. Elle comporte plusieurs édifices historiques, touristiques et culturels, parmi lesquels :

Maison Louis-Fornel
Buste de Louis XIV

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Poirier, Histoire de la ville de Québec 1608-1871, Éditions Boréal, 1987
  • Ministère des Affaires culturelles, Place-Royale berceau d'une ville, Les Publications du Québec, 1986
  • Renée Côté, Place-Royale. Quatre siècles d'histoire, Musée de la Civilisation, 2000

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autour de la place Royale[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :