Place Maubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
5e arrt
Place Maubert
Place Maubert vue de la rue Monge
Place Maubert vue de la rue Monge
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne et Saint-Victor
Début Rue Maître-Albert et boulevard Saint-Germain
Fin Rue Lagrange et rue Frédéric-Sauton
Morphologie
Forme Pentagonale
Historique
Création début du XIIIe siècle
Ancien(s) nom(s) Place Aubert
Géocodification
Ville de Paris 6096
DGI 6181

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place Maubert
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 51′ 00″ N 2° 20′ 56″ E / 48.850117, 2.3488 ()

La place Maubert est une place située dans les quartiers de la Sorbonne et Saint-Victor du 5e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

La place est créée au début du XIIIe siècle avec l'édification de maisons en 1210. Le nom de la place provient dès sa création d'une déformation soit du nom d'Aubert, abbé de Sainte-Geneviève qui créa les étaux de bouchers sur ce site au XIIe siècle[1], soit de Maître Albert[2].

Étienne Dolet, martyr de la libre pensée[modifier | modifier le code]

Le , c'est sur cette place qu'est érigée la toute première barricade des Ligueurs soutenant le duc de Guise lors de la journée des barricades[1]. Elle est aussi un ancien lieu d'exécutions publiques des imprimeurs au XVIe siècle siècle dans Paris, notamment celle d'Étienne Dolet, torturé, pendu et brûlé sur cette place avec ses livres le . Une statue en bronze lui est élevée par le conseil municipal de Paris, et inaugurée par Émile Chautemps le devant une foule de six mille personnes. Elle devient un symbole de la libre pensée, et de la laïcité, avec d'importantes manifestations dans les années 1890 et 1900, chaque premier dimanche d'août[3]. Progressivement les autorités religieuses contre-attaquent en proposant l'installation d'une statue en marbre de Michel Servet, médecin et théologien brûlé vif par les protestants en 1553, juste en face de celle d'Étienne Dolet en 1904. Celle-ci fut installée dans le square Aspirant-Dunand dans le 14e arrondissement.

La statue d’Étienne Dolet fut enlevée puis fondue par les autorités françaises en 1942 sous le prétexte de réclamation du métal par les Allemands[4] et jamais remplacée malgré certaines tentatives malheureuses[3],[5]. Après l'enlèvement de la statue et des reliefs de son piédestal, les employés des maisons d'édition parisiennes se rassemblèrent pour y déposer une gerbe de fleur[6].


Marché de la place Maubert[modifier | modifier le code]

Ce marché est l'un des plus vieux marchés de Paris, institué à cet endroit en 1547 après le transfert du marché Palu de l'île de la Cité devenu trop exigu[7]. Il occupe alors la place où étaient prodigués en plein air des cours de théologie et de philosophie et a pour rôle d'approvisionner la rive gauche de la ville. Marché au pain et fruits et légumes, il sera un temps supprimé avec l'ouverture du marché des Carmes sur le site tout proche de l'ancien Carmel de la place Maubert en 1818[1], avant d'être réinstitué à la fin du XIXe siècle. De nos jours ce marché a lieu tous les mardis, jeudis, et samedis. Il est techniquement situé sur l'espace du boulevard Saint-Germain bien que portant le nom de la place située sur l'autre côté de la voie publique.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Il existait en 1638, sur cette place, un hôtel à l'enseigne de l'« Hôtel des Deux Anges », où fut signé le contrat de mariage de Louis d'Ailleboust, futur Gouverneur de Montréal et constructeur du fort de Trois-Rivières avec de Barbe de Boullongne le [8]. Le peintre Abel Gerbaud est né dans un immeuble de la place en 1888.

Accès[modifier | modifier le code]

La place est accessible par la ligne de métro (M)(10) à la station Maubert - Mutualité, ainsi que par les lignes de bus RATP 23 63 86 47.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris,‎ 1844 (lire en ligne), p. 427
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit,‎ 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 2 vol. , 1 476 p. [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 112
  3. a et b Jacqueline Lalouette, « Du bûcher au piédestal : Étienne Dolet, symbole de la libre pensée », Romantisme, vol. 19, no 64,‎ 1989, p. 85-100 (lire en ligne).
  4. (en) Kirrily Freeman, Bronzes to Bullets : Vichy and the Destruction of French Public Statuary, 1941–1944, Stanford, Stanford University Press,‎ 2009 (ISBN 978-0804758895, OCLC 225875959, notice BnF no FRBNF41470940g).
  5. L'écrivain surréaliste André Breton, dans son récit Nadja, évoque l'« insupportable malaise [...] qu'attire et cause » la statue d'Étienne Dolet. Y figure une photographie anonyme de cette statue. « Nadja », in Œuvres complètes, tome 1, éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1988, p. 653 et 656.
  6. June Ellen Hargrove (trad. Marie-Thérèse Barrett), Les Statues de Paris : la représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Albin Michel,‎ 1989 (ISBN 90-6153-208-6, notice BnF no FRBNF35063531p), p. 305.
  7. Nicolle Aimée-Meyr et Amanda Pilar-Smith (trad. Sylvie Escat-Montreynaud, préf. Paul Bocuse), Paris dans un panier : marchés, marchands et marchandises, Cologne, éditions Könemann,‎ 2000 (ISBN 3-8290-5285-5, OCLC 443514995), p. 41.
  8. Claire Boudreau, Auguste Vachon et al., Genealogica & Heraldica : proceedings of the 22nd International Congress of Genealogical and Heraldic Sciences in Ottawa, August 18-23, 1996, Ottawa, Presses universitaires d'Ottawa, coll. « Actexpress »,‎ 1998 (ISBN 978-0-7766-0472-5), p. 183.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :