Place D'Youville (Montréal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la place D'Youville à Québec, voir Place D'Youville (Québec).

45° 30′ 03″ N 73° 33′ 20″ O / 45.500837, -73.555642

Édifice des Douanes à l'angle de la rue McGill
Le Centre d'histoire de Montréal est situé dans une ancienne caserne de pompier
Maison de Mère d'Youville au sud de la place D'Youville autrefois connu sous le nom de l'Hôpital général de Montréal.
Cour intérieure des Écuries D'Youville, 300 place D'Youville

La place D'Youville[1] du Vieux-Montréal est une place importante de l'histoire de Montréal. Elle est nommée en l'honneur de Marguerite d'Youville. Elle s'étend de la place Royale à la rue McGill[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est près de cet endroit, autrefois traversé par la petite rivière Saint-Pierre, que s'installèrent les premiers Montréalais en 1642. Mais rapidement, cet endroit fréquemment inondé fut délaissé pour la colline que domine la rue Notre-Dame.

Pendant longtemps, les terrains environnant la place actuelle furent la propriété de l'Hôpital général de Montréal. Cet hospice pour indigents, construit entre 1692 et 1694, fut d'abord dirigé par les Frères Charon puis, à partir de 1747, par la Congrégation des Sœurs de la Charité, ou Sœurs grises, fondée par Marguerite d'Youville.

La proximité du port allait cependant donner un second souffle à ce secteur. En 1833, on y érige le marché Sainte-Anne, pour accommoder les commerçants de produits frais. Mais cet édifice de deux étages a si belle allure qu'on y installe en 1844 le Parlement du Canada-Uni, où siègent les députés des colonies du Haut et du Bas-Canada (le sud de l'Ontario et du Québec actuels). Il est cependant complètement détruit par les flammes le 25 avril 1849. Des manifestants anglophones en chassent les élus et y mettent le feu parce qu'ils s'opposaient à la loi indemnisant les personnes lésées lors des Rébellions de 1837-1838. Il en résulte que Montréal perd son statut de capitale.

Une fois reconstruit, le bâtiment revient à sa vocation originelle, celui d'être un marché public. On y ajoute par la suite un marché aux poissons.

En 1871, le départ des Sœurs grises pour leur maison du boulevard René-Lévesque, alors en pleine campagne, marque un point tournant dans l'histoire de la place d'Youville. L'ouverture de la rue Saint-Pierre vers le port entraîne la démolition de leur ancienne chapelle (il n'en reste que des murs et la trace des anciennes fenêtres). D'autres bâtiments subissent le même sort pour faire place à la rue Normand. En 1901, la démolition du marché Sainte-Anne et du marché aux poissons dégage le cœur du quartier où sont venus s'installer commerces, édifices publics et sièges sociaux. C'est alors que la Ville de Montréal décide de lui donner le nom de place D'Youville en l'honneur de Marguerite d'Youville, une des premières résidentes de l'endroit.

Aménagement contemporain[modifier | modifier le code]

  • Une œuvre d'art public de Gilles Mihalcean intitulée La Peur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]