Plélauff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plélauff
La chapelle Notre-Dame de la Croix.
La chapelle Notre-Dame de la Croix.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Gouarec
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
Bernard Rohou
2014-2020
Code postal 22570
Code commune 22181
Démographie
Gentilé Plélauffien, Plélauffienne
Population
municipale
690 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 26″ N 3° 12′ 30″ O / 48.2072222222, -3.2083333333348° 12′ 26″ Nord 3° 12′ 30″ Ouest / 48.2072222222, -3.20833333333  
Altitude 139 m (min. : 123 m) (max. : 273 m)
Superficie 25,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plélauff

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plélauff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plélauff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plélauff

Plélauff [plelof] est une commune française située dans le « pays » du Kost ar c'hoad du département des Côtes-d'Armor de la région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Bro Kost ar c'hoad (le pays à côté du bois) désigne un ensemble de trois communes des Côtes-d'Armor : Gouarec, Plélauff et Perret et d'une commune du Morbihan : Sainte-Brigitte. Le bois en question, bordé à l'ouest par ce "pays" est la forêt de Quénécan, au nord-ouest de Pontivy. Le Kost ar c'hoad est aussi le nom d'une danse bretonne traditionnelle, une gavotte en 8 temps[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Plélauff vient du mot breton ploe qui veut dire paroisse et de lann qui veut dire ermitage. Le digramme -ff indiquait que la voyelle précédente était nasalisé.

Les formes anciennes du nom de la ville sont : Par. de Plelauff (en 1283), Ploelann (en 1289), Ploelan (en 1311), Plelan (en 1315), Ploilan (en 1316), Plelann (en 1333), Ploelauf (en 1448), Ploelauff (en 1464, en 1481), Ploelan, Plelauff (en 1477), Pellac (en 1536), Pellan (de 1471 jusque vers 1660, dans un aveu de la vicomté de Rohan), Plouslauff, Ploelauf, Pleslauff, Pellauf, Pellof et Plélauff (dès 1790).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 septembre 1980 Ernest Thomas    
septembre 1980 octobre 1998 Marie Thomas[2]    
novembre 1998 mars 2007 Marcel Le Panse PCF Retraité
mars 2007 mars 2014 Daniel Le Coz   Retraité
mars 2014 mars 2020 Bernard Rohou   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 690 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 191 1 101 1 249 1 143 1 362 1 358 1 300 1 440 1 448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 290 1 275 1 578 1 257 1 286 1 382 1 430 1 490 1 554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 520 1 530 1 596 1 623 1 636 1 545 1 406 1 190 1 049
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
957 842 741 695 679 689 688 688 690
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église est remarquable, ses deux cloches sont situées à l'extérieur du bâtiment. Elles sont aujourd'hui placées sur trois poteaux de béton. À l'origine, elles étaient supportées par des arbres.
  • La chapelle Notre-Dame-de-la-Croix dresse son petit clocher en haut du bourg. Elle renferme un superbe jubé orné de panneaux peints représentant les sept péchés capitaux. Elle est inscrite aux monuments historiques[5].
  • La maison de la statue. Près du canal, une statue de granite irrévérencieuse représentant un homme urinant orne une maison particulière.
  • Le canal de Nantes à Brest. Sa présence donne au lieu un authentique cachet. L'écluse est régulièrement occupée, en été, par un club de canoë-kayak.
  • Équitation : le centre équestre Camina accueille toute l'année les jeunes cavaliers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :