Pityriasis versicolor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pityriasis versicolor
Tinea versicolor

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Pityriasis versicolor dû à la levure Malassezia furfur

CIM-10 B36.0
CIM-9 111.0
DiseasesDB 10071
MedlinePlus 001465
eMedicine derm/423 
MeSH D014010
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le Pityriasis versicolor, du latin « versicolor » ( qui change de couleur, qui se nuance de différentes couleurs) est une mycose superficielle, liée à la prolifération sur la peau d'un champignon qui appartient au groupe des levures du genre Malassezia commensal : Malassezia furfur.

Microbiologie[modifier | modifier le code]

Cette levure vit normalement à la surface de la peau mais dans certaines situations, elle se multiplie à grande vitesse et occasionne ces petites taches brunes ou décolorées. Du grec πιτυρίασις (de πίτυρον, son de blé grossièrement moulu), littéralement « maladie de peau qui ressemble au son moulu », et du latin versicolor, à couleur changeante (versere, changer ; color, couleur)[1].

Ce champignon affectionne particulièrement les peaux grasses, siégeant sur le thorax mais également sur le cou et les épaules, le haut du dos et sur les membres supérieurs, rarement sur les membres inférieurs.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La maladie est beaucoup plus fréquente dans les pays tropicaux[2]. les facteurs favorisant sont l'humidité (dont la transpiration), la chaleur, la présence d'un déficit immunitaire. On peut aussi l’attraper en allant à la piscine. Elle touche indifféremment l'homme ou la femme. Elle peut atteindre l'enfant mais est plus fréquente chez l'adolescent ou le jeune adulte[3].

Description[modifier | modifier le code]

Il provoque des taches d'aspect allant du blanc au brun, par hypopigmentation de la peau brune et parfois hyperpigmentation sur peau claire. Il atteint essentiellement le torse[2]. Des démangeaisons peuvent survenir lorsque la maladie est plus active. les lésions sont typiquement plus apparentes après grattages ou lors de l'étirement de la peau[4].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La simple description suffit généralement à faire le diagnostic. En cas de doute, une examen au microscope du résultat du grattage d'une lésion peut permettre, après coloration, de visualiser la mycose.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Des lésions d'aspect proche peuvent survenir après une atteinte cutanée inflammatoire.

Le vitiligo concerne d'autres zones (plis) qui sont davantage confluentes.

D'autres maladies dermatologiques peuvent prêter à confusion : pityriasis rosea, papillomatose réticulée, hypomélanose maculaire progressive

Traitement[modifier | modifier le code]

Cette mycose est tout à fait bénigne et le préjudice n'est qu'esthétique. Elle se traite par la suppression des facteurs favorisants ou l'administration d'un antimycosique par voie cutanée[5] ou, plus rarement, par voie orale[6]. L'application d'un shampoing à base de kétoconazole permet de traiter le pityriasis versicolor en une seule application (70 % de guérison un mois après le traitement). Il faudra aussi refaire ce traitement avant et après une baignade en piscine pour éviter toute nouvelle infection puisque les patients l'ayant développée restent sujet à cette maladie.

Certaines préconisations peuvent lutter contre une récidive :

  • porter des sous-vêtements en coton,
  • éviter les saunas et les hammams (endroits chauds et humides),
  • entreprendre un traitement préventif avant la période des grandes chaleurs,
  • entreprendre un traitement curatifs après les expositions solaires.

En l'absence de traitement préventif, le pityriasis versicolor récidive assez souvent, mais il est probablement plus simple d'appliquer à nouveau un traitement à chaque récidive plutôt que de faire systématiquement une prévention contraignante et coûteuse.

Même si le traitement est efficace, le trouble de la pigmentation peut rester visible plusieurs mois[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la Langue Française Informatisé - TFLi
  2. a, b et c (en) Renati S, Cukras A, Bigby M, « Pityriasis versicolor » BMJ 2015;350:h1394.
  3. (en) Kyriakis KP, Palamaras STI, Pagana G, Michailides C, Emmanuelides S, « Pityriasis versicolor prevalence by age and gender » Mycoses. 2006;49:517-8
  4. (en) Han A, Calcara DA, Stoecker WV, Daly J, Siegel DM, Shell A, « Evoked scale sign of tinea versicolor » Arch Dermatol. 2009;145:1078.
  5. (en) Hu SW, Bigby M, « Pityriasis versicolor: a systematic review of interventions » Arch Dermatol. 2010;146:1132-40
  6. (en) Gupta AK, Lane D, Paquet M, « Systematic review of systemic treatments for tinea versicolor and evidence-based dosing regimen recommendations » J Cutan Med Surg. 2014;18:79-90

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :