Pitohui bicolore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pitohui bicolore (Pitohui dichrous) est une espèce de passereaux de la famille des Oriolidae. C'est l’une des rares espèces d'oiseaux à être vénéneuse[1],[2].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cet oiseau se trouve sur l'île de Nouvelle-Guinée[3].

Découverte de sa toxicité[modifier | modifier le code]

Le Pitohui bicolore est si commun que cette espèce a été décrite il y a plus d’un siècle et demi. Cependant, il a fallu attendre 1990[1] pour que sa toxicité soit enfin découverte.

L'ornithologue Jack Dumbacher fut griffé d’un coup de patte par un individu. Alors qu’il léchait sa blessure, il se rendit compte que ses lèvres et sa langue commençaient à picoter et à brûler. L’effet du poison dura plusieurs heures[4],[5],[6]. Plus tard, il mit une plume de pitohui dans sa bouche et le même effet se produisit, mais en plus fort : « comme une pile de V »[4].

Il publia plus tard sa découverte[1], car aucun oiseau vénéneux n’était alors connu par la communauté scientifique[1],[4].

L'une des principales toxines de cet oiseau est l'homobatrachotoxine, un alcaloïde de structure stéroïde[1],[2] analogue à la batrachotoxine que l'on retrouve dans le venin de certaines grenouilles tropicales.

Structure chimique de l'homobatrachotoxine.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Les travaux phylogéniques de Jønsson et al. (2008, 2010), Dumbacher et al. (2008) et Dumbacher (2013) montrent que le genre Pitohui est polyphylétique, et entraînent sa révision complète dans la classification (version 3.4, 2013) du Congrès ornithologique international[3]. Il est démontré que le genre Pitohui est apparenté au genre Oriolus, et il est par conséquent déplacé dans la famille des Oriolidae. Le genre étant aussi polyphylétique, il est démembré et ne conserve que deux de ces anciennes espèces, le Pitohui variable (Pitohui kirhocephalus) et le Pitohui bicolore (Pitohui dichrous)[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) J.P. Dumbacher, B.M. Beehler, T.F. Spande, H.M. Garraffo et J.W. Daly, « Homobatrachotoxin in the genus Pitohui: chemical defense in birds? », Science, vol. 258, no 5083,‎ 30 octobre 1992, p. 799-801 (résumé, lire en ligne [PDF]). PMID 1439786
  2. a et b (en) J.P. Dumbacher, T. Spande et J.W. Daly, « Batrachotoxin alkaloids from passerine birds: A second toxic bird genus (Ifrita kowaldi) from New Guinea », PNAS, vol. 97, no 24,‎ 21 novembre 2000, p. 12970-12975 (résumé, lire en ligne [PDF])
  3. a, b et c Congrès ornithologique international, 19 juillet 2013
  4. a, b et c (en) Le texte « A Poisonous Bird », dans une page consacrée à Jack Dumbacher sur le site de l'Académie des sciences de Californie.
  5. [vidéo] (en) « Rare Poisonous Birds », dans une page consacrée à Jack Dumbacher sur le site de l'Académie des sciences de Californie.
  6. (en) [vidéo] Jack Dumbacher: Hooded Pitohui sur YouTube (La même vidéo, placée sur YouTube par l'Académie des sciences de Californie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dumbacher J.P. & R.C. Fleischer (2001), « Phylogenetic evidence for colour pattern convergence in toxic pitohuis: Mullerian mimicry in birds? », Proc. Royal Society of London, Series B: Biological Sciences, vol. 268, p. 1971-1976.
  • Dumbacher J.P., K. Deiner, L. Thompson & R.C. Fleischer (2008), « Phylogeny of the avian genus Pitohui and the evolution of toxicity in birds », Mol. Phy. Evol., vol. 49, p. 774-781.
  • Dumbacher J.P. (2013), « A taxonomic revision of the genus Pitohui, with historical notes on names », BBOC, publication à venir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :