Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pirates des Caraïbes :
Jusqu'au bout du monde

Réalisation Gore Verbinski
Scénario Ted Elliott
Terry Rossio
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Sortie 2007
Durée 168 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde (version originale : Pirates of the Caribbean: At World's End) est un film américain d'aventure, troisième film de la franchise Pirates des Caraïbes. Le film a été réalisé par Gore Verbinski.

La première mondiale du film s'est tenue dans le parc Disneyland d'Anaheimen Californie (aux États-Unis) le 19 mai 2007. Il a ensuite été diffusé en France le 23 mai 2007 et le 25 mai 2007 aux États-Unis. L'histoire suit Will Turner, Elizabeth Swann et l'équipage du Black Pearl partant au secours du capitaine Jack Sparrow (Johnny Depp). Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde est la suite de Le Secret du coffre maudit (2006).

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'âge d'or de la piraterie touche à sa fin. Même le terrifiant Vaisseau Fantôme et son capitaine maudit Davy Jones servent à présent Lord Cutler Beckett et la Compagnie Anglaise des Indes Orientales (E.I.T.C.). L'invincible Hollandais Volant écume désormais les sept mers, massacrant sans pitié pirates de tous bords et sabordant leurs navires. Will Turner, Elizabeth Swann et le Capitaine Barbossa n'ont qu'une seule chance de résister à Beckett et à son armada destructrice : ils doivent rassembler les Neuf Seigneurs de la confrérie des pirates. Mais l'un de ses membres les plus éminents, le capitaine Jack Sparrow, manque à l'appel, englouti avec le Black Pearl dans le deuxième opus. Will, Elizabeth et Barbossa, secondés par Tia Dalma, Pintel et Ragetti, doivent faire voile vers des mers orientales inconnues pour affronter un pirate chinois, le Capitaine Sao Feng, et s'emparer des cartes qui les conduiront au-delà des limites du monde connu, là où Jack est retenu...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Johnny Depp reprend son rôle du personnage protagoniste Jack Sparrow dans le film.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs secondaires[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur Voxofilm[1]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Pirates of the Caribbean:
At World's End

Album par Hans Zimmer
Enregistré 2007
Durée 56:15
Label Walt Disney Records

La bande originale du film composé par Hans Zimmer sous le label Walt Disney Records.

Il existe deux versions de cet album, une produite pour les États-Unis et l'autre pour l'Europe. Toutes deux comportant les mêmes titres et les mêmes durées.

No Titre Auteur(s) Durée
1. Hoist The Colours Hans Zimmer et Gore Verbinski 1:31
2. Singapore Hans Zimmer 3:40
3. At Wit's End Hans Zimmer 8:05
4. Multiple Jacks Hans Zimmer 3:51
5. Up Is Down Hans Zimmer 2:42
6. I See Dead People In Boats Hans Zimmer 7:09
7. The Brethren Court Hans Zimmer 2:21
8. Parlay Hans Zimmer 2:10
9. Calypso Hans Zimmer 3:02
10. What Shall We Die For Hans Zimmer 2:02
11. I Don't Think Now Is The Best Time Hans Zimmer 10:45
12. One Day Hans Zimmer 4:01
13. Drink Up Me Hearties Hans Zimmer 4:31
56:15

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Pirates des Caraïbes : Jusqu'au bout du monde marque le retour des deux officiers de la Compagnie des Indes orientales Mullroy et Murtogg, incarnés respectivement par Angus Barnett et Giles New, vus dans La Malédiction du Black Pearl. Leur absence totale de Le Secret du coffre maudit est donc justifiée par l'ouragan essuyé par James Norrington au large de Tripoli. Ils finissent pirates dans le troisième volet et on peut les apercevoir dans la bande-annonce sur le Black Pearl lorsque Elizabeth Swann adresse à Jack Sparrow : « Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous. »

Une partie du film a été censurée par les autorités chinoises qui considèrent que le personnage du capitaine Chow renvoie à une image de diabolisation du Chinois. Le temps d'apparition de Chow est réduit de moitié[2]. Ce film s'oriente plus vers le sérieux que le comique, à l'inverse des deux premiers opus. En version originale, Tia Dalma mentionne, dans Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit, « A touch of destiny » à propos de Will, or elle mentionne à nouveau ses mots lorsqu’elle utilise ses morceaux de crabe afin de savoir où se trouve le Hollandais volant et, dans Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde, elle déclare, à l’attention de Will, « le doigt du destin » alors qu’il est en train de regarder les esprits des morts dont Davy Jones devrait normalement s’occuper. Dans la version française de Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit, le doublage se révèle assez différent bien que l’on retrouve dans les sous-titres français, « le doigt du destin » lors des deux passages dont il a été fait mention précédemment. Il est donc possible que Tia Dalma connaisse le destin de Will qui sera d’être capitaine du Hollandais volant et de reprendre la tâche que Davy Jones refuse d’accomplir. Cependant, en version québécoise, Tia Dalma dit "une aura de destinée", ce qui s'apparente davantage à la version anglaise.

Le chien Chopper gardant les clés au sein des trois films Pirates des Caraïbes est une référence directe à l’attraction du même nom. En effet, dans le premier film, les prisonniers tentent de l’attirer avec un os afin qu’ils puissent avoir la clé qu'il détient. Dans le second film, Pintel dit à Ragetti qu’ils se sont évadés grâce à sa ruse, or Chopper est dans la barque avec eux, gardant toujours les clés. Il est également présent dans Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde, en possession des clés qui sont cette fois utilisées pour ouvrir le livre du code des pirates. Au début de la scène de la rencontre sur le banc de sable, juste avant le combat final, la caméra filme entre les jambes de Davy Jones, William Turner Et Cutler Beckett l'arrivée de Jack Sparrow, Elizabeth Swann et Hector Barbossa. Ce plan n'est pas sans rappeler Il était une fois dans l'Ouest. La scène est d'ailleurs accompagnée d'une musique de western. Lors de la scène se déroulant à la Baie des naufragés, le capitaine Teague Sparrow joue un peu de guitare. C'est un clin d'œil à la carrière de Keith Richards, guitariste des Rolling Stones et qui incarne ce personnage dans le film. À la fin du générique, une scène montre William Turner qui revient voir Elizabeth 10 ans plus tard, qui est accompagnée d'un enfant.

Durant la scène du film où les pirates hissent leurs pavillons, tous ces derniers sont de vrais pavillons évoquant plusieurs pirates ayant existé. Ainsi, le premier drapeau hissé est celui de Christopher Moody, drapeau rouge avec un crâne jaune, une main blanche brandissant une épée blanche et un sablier jaune. Le second n'est rien d'autre que celui d'Edward Teach, alias Barbe Noire, pavillon représentant un diable tenant dans une main une lance qui s'apprête à transpercer un cœur, et dans l'autre un sablier. Le troisième hissé est le pavillon de Bartholomew Roberts, qui présente un homme trinquant avec la mort. Le célèbre drapeau pirates, le Jolly Roger, apparaît aussi, ce drapeau proche de celui de Edward England. Le pavillon représentant un squelette rouge sur un fond noir est celui de Edward Low. Le pavillon du pirates français est celui de Stede Bonnet, surnommée le "pirates gentleman". Le pavillon du Black Pearl est celui de Jack Rackham. Enfin, le dernier, à la fin du film, lorsque Jack Sparrow prends la mer, le pavillon est très proche de celui d'Henry Every, avec un oiseau rouge en plus et le bijou de Jack sur l'oreille droite[réf. nécessaire].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Voxofilm, consulté le 20 janvier 2013
  2. Chine censure Pirates des Caraïbes, jugé trop « dégradant », Reuters sur Yahoo News, (page consultée le 15 juin 2007)

Liens externes[modifier | modifier le code]