Pippa Passes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pippa Passes est une « pièce dramatique » (dramatic piece), à la fois pièce de théâtre et poème, de Robert Browning, publiée en 1841 en tant que premier volume de sa série poétique Bells and Pomegranates (« Clochettes et grenades »).

L'auteur décrit son œuvre comme étant « le premier d'une série de pièces dramatiques ».

Résumé[modifier | modifier le code]

L'idée de base en est l'histoire d'une jeune fille innocente, traversant les faubourgs d'Asolo, peuplés de criminels, sans en être elle-même souillée. L'ouvrage créa un scandale lorsqu'il fut publié pour la première fois, du fait de sa description sans fard des personnages les plus méprisables de l'endroit — en particulier l'adultère Ottima — et pour la façon crue dont les questions sexuelles y sont abordées.

Passage notoire[modifier | modifier le code]

Le passage le plus connu de Pippa Passes est sans doute celui-ci, dont les deux derniers vers sont fréquemment cités (God's in his Heaven - / All's right with the world!, Dieu est dans son Paradis — / Tout va bien dans le monde !)

The year's at the spring,
And day's at the morn;
Morning's at seven;
The hill-side's dew-pearled;
The lark's on the wing;
The snail's on the thorn;
God's in his Heaven -
All's right with the world!

L'année est à son printemps,
Et le jour à son matin ;
Et le matin est à sept heures ;
Le flanc de la colline est perlé de rosée ;
L'alouette vole dans les airs ;
L'escargot est sur la ronce ;
Dieu est là-haut dans son Ciel —
Tout va bien dans le monde !

Vocabulaire de Robert Browning[modifier | modifier le code]

La recherche de mots rares par Robert Browning a pu l'amener à faire des erreurs fâcheuses, comme en témoignent ces vers de Pippa Passes :

Then owls and bats
Cowls and twats
Monks and nuns in a cloister's moods
Adjourn to the oak-stump pantry,

Puis chouettes et chauves-souris
Capuchons et twats
Moines et nonnes d'humeur cloîtrée
Se rendent à l'office[N 1]solivé[N 2] de chêne.

dans lesquels il utilise le mot twat sur la foi d'un poème du XVIIe siècle qu'il avait trouvé[N 3], et où il avait cru — bien à tort — que le mot désignait la coiffe des nonnes (tout comme cowl le capuchon des moines), alors qu'il s'agit d'un mot vulgaire se référant à une partie de leur corps qu'il serait malséant de citer[1].

Adaptations[modifier | modifier le code]

La pièce a été adaptée au cinéma :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Office » au sens de garde-manger, et non de cérémonie religieuse.
  2. Robert Browning ne se privant jamais de jouer avec les mots rares et même parfois d'en prendre à son aise avec les néologismes, il paraît possible de timidement l'imiter.
  3. Le poème que Browning avait trouvé est le suivant : They talked of his having a Cardinal's hat / They'd send him as soon an old nun's twat (« Ils ont parlé de lui donner un chapeau de cardinal. Ils aimeraient encore mieux lui envoyer le c** d'une vieille nonne »). La confusion de Robert Browning se comprend, en effet, puisqu'il a cru que le mot désignait une coiffure.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jesse Sheidlower, Lewis Black, The F-Word,‎ 2009 (lire en ligne), p. XV

Articles connexes[modifier | modifier le code]