Piper PA-38

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Piper PA-38 Tomahawk)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tomahawk.
Piper PA-38 Tomahawk
Image illustrative de l'article Piper PA-38

Constructeur aéronautique Drapeau : États-Unis Piper Aircraft
Type Biplace école
Mise en service 1977
Nombre construit 2 500
Motorisation
Moteur Lycoming O-235 de 112 ch
Dimensions
Envergure 10,36 m
Longueur 7,04 m
Hauteur 2,77 m
Surface alaire 11,6 m2
Nombre de places 2
Masses
Masse à vide env. 510 kg
Masse maximum 760 kg
Performances
Décollage 440 m
Atterrissage 445 m
Vitesse de croisière 176 km/h
Vitesse maximale (VNE) 255 km/h
Vitesse de décrochage 85 km/h
Plafond 4 000 m
Vitesse ascensionnelle 6,65 m/s
Distance franchissable 880 km
Autonomie 4,5 h

Le Piper PA-38 Tomahawk, est l’avion biplace école lancé par Piper en 1975 afin de concurrencer l’hégémonique Cessna 150 dans ce domaine. Les premiers exemplaires sont livrés dès 1977. 2 500 PA-38 seront produits jusqu’à l’arrêt de sa fabrication en 1982. Son empennage en T est emblématique de l’époque.

Les origines[modifier | modifier le code]

La première tentative de Piper pour concurrencer le Cessna 150 se met en place avec le PA-28-140. Mais celui-ci ne répond pas exactement aux attentes d’un avion école avec sa vaste cabine, son moteur de 150 ch, des qualités de vol moins démonstratives, une consommation supérieure et un besoin supérieur en maintenance. Le PA-38, est donc élaboré sur la base d’une enquête marketing auprès des instructeurs afin de définir les points du cahier des charges définissant l’avion école de nouvelle génération.

Construction et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Construction métallique à ailes basses sans profil évolutif contient les réservoirs à carburant structurels, les gouvernes sont commandées par câble. Le train principal est à lames et offre une large voie, la roue avant est conjuguée et amortie. Les freins (aux palonniers) sont à commande différentielle. La visibilité sur 360° rendue par la verrière répond parfaitement à la demande des instructeurs. Il est à noter que les ailes sont soumises à potentiel, ce qui en fait un point important lors d’un achat d’occasion. Cet appareil a fait l’objet de Consignes de Navigabilité (CN) et Bulletin Services (BS) jusqu’à la fin des années 1990, principalement sur les attaches de train (principale et avant), de direction, de plan fixe arrière, mais aussi de renforcement du longeronnet de voilure. Son moteur est un O-235 Lycoming de 112 ch. Ce moteur fait aussi l’objet de CN et BS dont l’inspection répétitive des embases de cylindres et du vilebrequin.

De par la configuration de l’empennage en T, le flux de l’hélice ne rend la profondeur active que vers 35 à 40 kt. Cette caractéristique peut amener le pilote à une situation de surcontrôle lors des évolutions aux basses vitesses et grands angles. À partir des modèles livrés en 1980, des améliorations sont portés au niveau de la maniabilité générale de l’appareil. En 1981 avec l’apparition du modèle Tomahawk II, le confort est amélioré avec une insonorisation plus efficace, un chauffage cabine revu et une nouvelle manette des gaz est installée.