Piotr Ivanovitch Bagration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bagration.
Piotr Ivanovitch Bagration
Portrait de Piotr Ivanovitch Bagration de George Dawe, musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg.
Portrait de Piotr Ivanovitch Bagration de George Dawe, musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg.

Naissance 1765
Tbilissi ou Kizliar
Décès 24 septembre 1812 (à 47 ans)
Sima (Bataille de la Moskova)
Mort au combat
Origine Géorgien
Allégeance Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Arme Infanterie
Grade Général
Années de service 17821812
Conflits Guerre russo-turque de 1787-1792, Insurrection polonaise (1794), Guerre de la Troisième coalition, Guerre de la Quatrième coalition, Guerre de Finlande, Guerre russo-turque de 1806-1812), Campagne de Russie (1812)
Commandement 6e régiment de Chasseurs
Distinctions Ordre de Saint-André Ordre de Saint-André
Saint vladimir (bande).png Ordre de Saint-Vladimir
Band to Order St Alexander Nevsky.png Ordre d'Alexandre Nevski
St George Ribbon Ordre de Saint-Georges
Order of Saint Anne Ribbon.PNG Ordre de Sainte-Anne
Croix Croix du Mérite ordre de Malte militaire.PNG Grand-Croix pro Merito Melitensi
Cavaliere SSML BAR.svg Ordre des Saints-Maurice-et-Lazare
PRU Roter Adlerorden BAR.svg Ordre de l'Aigle rouge
Order of Orange ribbon.gif Ordre de l'Aigle noir

Le prince Piotr Ivanovitch Bagration (en russe : Пётр Иванович Багратион) ou Pétré Ivanis dzé Bagrationi (en géorgien : პეტრე ივანეს ძე ბაგრატიონი), plus communément appelé Pierre de Bagration, né en 1765 à Kizliar et mort le 7 septembre 1812 près de Mojaïsk, fut l'un des généraux les plus distingués de Russie.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils du prince Ivan Alexandrovitch Bagration. Il était issu de la famille des Bagrations, l'une des plus anciennes dynasties au monde, qui régna longtemps sur la Géorgie et l'Arménie. Son frère cadet, le prince Roman Ivanovitch Bagration servit également dans l'armée russe au grade de lieutenant-général, son neveu, le prince Piotr Romanovitch Bagration (1818-1876), fit également carrière dans l'armée impériale de Russie, il devint un éminent administrateur et devint célèbre pour ses travaux sur la galvanoplastie, et, en 1843, il trouva la façon d'extraire l'or d'un minerai (cyanuration)[1] Elle fut expérimentée pour la première fois en Afrique du Sud.

Mariage[modifier | modifier le code]

La comtesse Iekaterina Pavlovna Skavronskaïa, une œuvre de Jean-Baptiste Isabey, musée du Louvre

Le 2 septembre 1800, le prince Piotr Ivanovitch Bagration épousa la comtesse Ekaterina Pavlovna Skavronskaïa (1783-1857).

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré au service de la Russie, il servit sous les ordres du général Souvarov en Pologne (1794) et en Italie (1799), avec le grade de colonel. Le 10 avril 1799, il s'empare de Brescia ; le 15, il défait Sérurier; le 16, il fait reculer Moreau à Marengo[réf. nécessaire]. À Trebbia, il commande l'avant-garde des forces combinées austro-russes. Il fut surnommé « le dieu de la bataille » par ses contemporains. À la suite de quelques revers, il fut disgracié avec Souvarov par Paul Ier. Rappelé en 1805 par Alexandre Ier, il commanda un corps de l'armée envoyée au secours de l'Autriche sous les ordres de Koutouzov, fit une belle retraite sur la Moravie. Encerclé par les corps de Murat et de Soult, il doit affronter une force numérique quatre fois supérieure. Bagration refuse de se rendre. Il met le feu au village d'Hollabrunn et combat au corps à corps. Enfin, stratagème de désespéré, il fait marcher en colonne sur l'ennemi et s'écrie "Ne tirez pas, nous sommes Français". Il passe, bien qu'il ait perdu près de la moitié de ses hommes.

Promu lieutenant-général, il se distingua aux batailles d'Austerlitz, d'Eylau, de Friedland. C'est lui qui, le 20 juin 1807, entama les pourparlers avec Murat qui débouchèrent sur le Traité de Tilsit entre la France et la Russie. Bagration, dans l'armée qui combat les Suédois, accumule les victoires. Le tsar le dote de terres et lui confie l'armée de Moldavie. Mais, défait à Tartaritza contre les Turcs, il est remplacé.

En 1812, quand les Français entrent en Russie, Alexandre Ier le place à la tête de l'aile gauche de l'armée. Bagration parvient à se faufiler entre les corps de Davout et de Jérôme et à joindre le gros de l'armée russe, juste à temps pour la bataille de Smolensk. Il combat également à Valentino. À Borodino, le 7 septembre, il subit l'essentiel de l'attaque française, sur la gauche de son armée. Il résiste vaillamment mais reçoit une blessure mortelle en fin de journée. Transporté à Moscou puis à Sima quand les Français entrent dans la capitale, il meurt après une agonie de quinze jours.

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Napoléon lui rend hommage, après que Piotr Bagration meurt de sa blessure: "Il n'y a pas de bon généraux russes, à l'exception de Bagration !".
  • Le tsar Nicolas Ier fit élever un monument en son honneur sur le champ de bataille de Borodino. Les restes du général y furent transférés à l'endroit où il fut mortellement touché. La tombe, détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, fut reconstruite.
  • Staline nomma l'opération Bagration, du nom du général, la grande offensive soviétique lancée le 22 juin 1944 et qui détruisit le groupe d'armée Centre allemand et repoussa les forces allemandes hors de Biélorussie. Comme Bagration, Staline était originaire de Géorgie.
  • Après la guerre, les Soviétiques annexèrent le nord de la Prusse orientale et la ville alors allemande de Preußisch Eylau (Iławka entre 1945 et 1946), lieu de la bataille de 1807 fut renommé Bagrationovsk.
  • Un astéroïde découvert le 27 septembre 1973 par l'astronome russe Lioudmila Tchernykh reçut le nom de (3127) Bagration.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • borodinoru.ru Tombeau du prince Piotr Ivanovitch Bagration situé au sommet de la colline rouge près du village de Borodino.