Piotr Iakovlevitch Tchaadaïev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Piotr Tchaadaïev
Tombe de Tchaadaïev au monastère Donskoï

Piotr Iakovlevitch Tchaadaïev[1] est un écrivain et philosophe russe né en 1794 et mort en 1856.

Famille[modifier | modifier le code]

Blason de la famille Tchaadaïev

Fils de Iakov Petrovitch Tchaadaïev (?-1807) et de la princesse Natalia Mikhaïlovna Chtcherbatova. Par sa mère, il fut le petit-fils de l'historien Mikhaïl Mikhaïlovitch Chtcherbatov[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une carrière militaire débutée pendant les guerres napoléoniennes, il entame une série de voyages en Europe, tout en se consacrant à l'écriture.

C'est vers 1829 qu'il achève ses huit Lettres philosophiques. Il expose dans ces textes, rédigés en français, une philosophie de l'histoire influencée, notamment, par Schelling, Bonald et de Maistre. La plus notable de ses conclusions est la nullité historique et culturelle de la Russie. Celle-ci, située à l'intersection de l'Orient et de l'Occident, n'appartient ni à l'un ni à l'autre: elle est hors-civilisation. Un avenir radieux lui est pourtant promis, moyennant un renouveau moral.

Des copies manuscrites des Lettres circulent longtemps dans les salons moscovites. Lorsque la première d'entre elles est publiée en 1836, dans la revue Le Télescope, un scandale éclate pourtant. Il est probable qu'une partie de celui-ci résulte du fait que, séparée des autres, cette première lettre ait parut particulièrement critique[3]. Mais la réaction extrêmement sévère des autorités ne surprend pas sous le règne répressif de Nicolas Ier. Tchaadaïev, déclaré fou, est assigné à domicile et mis sous contrôle médical, avec interdiction d'écrire (imposée pendant une année).

Ceci n'empêcha pas son œuvre d'avoir une influence considérable en Russie. Elle est l'une de celles qui donnèrent naissance aux polémiques entre slavophiles (défenseurs du génie propre de la Russie et de sa destinée historique) et occidentalistes (défenseurs de l'idée que la Russie doit se mettre à l'école de l'Europe), qui n'ont toujours pas pris fin.

Alexandre Pouchkine a écrit une célèbre lettre en réponse à Tchaadaïev dans laquelle il défend le mérite historique de la Russie, rempart de l'Europe contre la barbarie tartare[4]. Le poète renonca, cependant, à la publier, lorsqu'il apprit les sanctions qui allaient être imposées à son ami de jeunesse.

En 1837, Tchaadaïev publiera encore L'Apologie d'un fou, pour tenter de justifier ses écrits précédents.

Il est enterré au cimetière du monastère de Donskoï à Moscou.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve fréquemment l'orthographe Tchaadaev dans les ouvrages en français.
  2. rusgenealog.ru
  3. Alexandre Bourmeyster, L'idée russe entre Lumières et spiritualité sous le règne de Nicolas Ier, ELLUG, 2001, p. 108.
  4. Pouchkine, Lettre à Pierre Tchaadaïev, La Pléiade, 1973, p. 890 et 891.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]