Pinte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anciennes bouteilles de lait du Québec : une pinte, une chopine et un demiard

Une pinte est une unité de mesure de volume pour des liquides. La pinte se subdivise en deux chopines.

  • la pinte de Paris est une unité antérieure au système métrique, qui valait 48 pouces du Roi cubes, soit environ 952,146 millilitres ; la pinte de Châlus (Haute-Vienne, France) contenait 2,380 litres ; la pinte de Bar contenait 1,07 litre[1]
  • au Canada, une pinte désigne le quart impérial (unité anglo-saxonne), égal à 40 onces liquides, soit exactement 1,136 522 5 litre ;
  • au Québec, on fait encore référence de nos jours à un litre de lait comme étant une pinte de lait.
  • dans le Roman de Renart, Pinte est la compagne préférée de Chanteclerc.

Les pintes anglo-saxonnes[modifier | modifier le code]

  • La pinte impériale, symbole pt (Imp), est une des unités de mesure anglo-saxonnes, qui vaut 20 onces liquides impériales, soit exactement 0,568 261 25 litre ;
  • une pinte US, symbole pt (US fl), est une unité américaine pour mesurer le volume des liquides, qui vaut 16 onces liquides US, soit exactement 0,473 176 473 litre. C'est le volume, par exemple, des canettes de RedBull.
  • une pinte US, symbole pt (US dry), est une unité américaine pour mesurer le volume des matières sèches. Elle vaut exactement 0,550 610 471 357 5 litre.

Notez que, au Canada, les pintes impériales et américaines sont appelées « chopines », car une pinte impériale est exactement la moitié de la pinte canadienne, la pinte US cinq douzièmes.

Autres acceptions de la pinte[modifier | modifier le code]

En Suisse et dans le sud de l'Allemagne, une pinte désigne un débit de boissons. En France, il est d'usage qu'une pinte désigne le verre à bière d'un demi-litre ou chope. En Angleterre, c'est le terme « pint » qui est utilisé. En néerlandais (Pays-Bas et Belgique), une « pintje » ou « pinte » en Belgique francophone désigne un verre à bière, appelée aussi bibine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La bière en Lorraine à l'époque des Lumières, Philippe Voluer, Editions Serpenoise, p. 133

Voir aussi[modifier | modifier le code]