Pinsons de Darwin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinson (homonymie).
Pinsons de Darwin

Les pinsons de Darwin (connus aussi sous le nom de pinsons des Galápagos) sont 13 ou 14 espèces différentes mais apparentées que Charles Darwin a récoltées en recensant la faune sur les îles Galápagos durant son voyage sur l'HMS Beagle. Treize espèces résident sur les îles Galápagos et une sur les îles Cocos.

Ces oiseaux sont tous de la même taille : entre 10 et 20 cm. Les plus importantes différences entre ces espèces se trouvent dans la taille et la forme du bec. Ces variations s'expliquent par les pratiques alimentaires propres à chaque espèce. Les oiseaux sont tous bruns ou noirs. Leurs comportements sont différents, tout comme leurs chants.

Les pinsons et la théorie darwinienne[modifier | modifier le code]

Bien que ces oiseaux aient joué un grand rôle dans la conception de la théorie darwinienne de l'évolution par la sélection naturelle, Darwin, durant son voyage autour du monde à bord de l'HMS Beagle, n'avait pas conscience de leur importance. On suppose souvent que c'est la découverte de ces oiseaux dans l'archipel des Galapágos qui inspira la théorie de l'évolution à Darwin mais ce n'est pas tout à fait exact : ce n'est qu'à son retour et à la suite de nombreux échanges scientifiques que Darwin s'apercevra de l'intérêt que présentent ces multiples espèces d'oiseaux pour comprendre les phénomènes de spéciation et d'évolution par sélection naturelle. L'expression "pinsons de Darwin" est d'abord apparue en 1936 mais elle fut véritablement popularisée en 1947 à travers les écrits de David Lack.

À son retour en Angleterre, Darwin, qui n'est pas un expert sur le sujet, présente les pinsons capturés aux Galápagos[1] durant la réunion du 4 janvier 1837 de la Société géologique de Londres, parmi d'autres spécimens de vertébrés récoltés durant ce même voyage. C'est John Gould (1804-1881), célèbre ornithologue de la Société zoologique de Londres, qui se charge de l'identification et de la classification des spécimens rapportés par Darwin[2]. Gould conclut alors qu'il s'agit là d'un cas rare d'espèces appartenant toutes à un même groupe malgré leurs différences morphologiques apparentes.

N'ayant pas pris soin de noter systématiquement le lieu de capture de chaque spécimen, Darwin se base sur les collectes effectuées par les autres membres de l'équipage du capitaine FitzRoy pour identifier l'origine géographique de chaque espèce. Ce faisant, il prend conscience que chaque espèce occupe une île différente et en conclut que l'isolement géographique a pu mener à la formation d'espèces distinctes à partir d'ancêtres communs (spéciation allopatrique). Par la suite, ses réflexions sur ces pinsons l'amènent à établir un lien direct entre la végétation et donc le régime alimentaire de chaque espèce et ses caractéristiques morphologiques, la forme du bec notamment : Le fin bec de Geospiza scandens lui permet de se nourrir de la chair des cactus ainsi que de ses fleurs, alors que Geospiza magnirostris a un gros bec adapté à la casse de solides graines. Certhidea olivacea a un bec pointu et étroit, typique des insectivores.

Les pinsons des Galápagos font toujours l'objet de travaux de recherches. Les époux Peter et Rosemary Grant étudient ainsi depuis 1973 ces populations d'oiseaux dans leur milieu naturel. Ils ont ainsi pu mettre en évidence des évolutions dues à la sélection naturelle au sein de ces espèces en réponse à des changements environnementaux. Par exemple, suite à un épisode de sécheresse sur l'île Daphne Major, ils observèrent une augmentation de la taille du bec chez les pinsons due au fait que les animaux à large bec étaient plus capables de se nourrir des graines enveloppées dans une coquille très résistante qui avaient elles-mêmes mieux survécu à la sécheresse. Le travail des époux Grant a fait l'objet d'un livre de vulgarisation, The Beak of the Finch, par Jonathan Weiner, couronné par le Prix Pulitzer en 1994.

Même s'il est l'un des plus célèbres, le cas de la spéciation des pinsons est loin d'être unique. On retrouve par exemple ce phénomène chez une autre sous-famille, les drépanis des îles Hawaï (Drepanidinae) et chez la famille des Vangidae de Madagascar[3].

Les espèces[modifier | modifier le code]

Remarquez en gras les espèces identifiées par Gould.


Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces oiseaux ont été en fait capturés par le jeune assistant de Darwin, Syms Covington (1816-1861), chargé de leur recherche et de leur capture, Darwin préférant observer la géologie et les invertébrés des régions traversées (voir Steinheimer, 2004).
  2. Voir Steinheimer, 2004.
  3. O. Langrand, Guide des Oiseaux de Madagascar, Delachaux & Niestlé, Lausanne, Paris, 1995, 415 p.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Frank D. Steinheimer (2004). Charles Darwin’s bird collection and ornithological knowledge during the voyage of H.M.S. Beagle, 1831–1836, Journal für Ornithologie, 145 : 300-320.