Pino Pascali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pino Pascali (19 octobre 1935 à Bari - 11 septembre 1968 à Rome) est un artiste italien lié au mouvement de l'Arte Povera.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de scénographie et la réalisation de décors, Pino Pascali débute véritablement une carrière artistique en 1964 qui s’achève seulement quatre ans plus tard avec sa mort des suites d’un accident de moto.

Son travail s’est élaboré par cycles, développant chaque fois de nouvelles propositions où, entre fiction et réalité, se jouent faux-semblants et justesse du simulacre.

Les Quadri-Ogetti (Tableaux-Objets) de 1964, structures de bois recouvertes de toile tendue peinte à l’émail, déclinent des détails de l’anatomie féminine. Les Armi (Armes) de 1965, assemblages d’objets disparates recouverts d’une couche de peinture verte, sont des leurres pour jouer à la guerre qui deviennent, selon le critique Maurizio Calvesi, un « meeting pacifiste, un spectacle de récitation, une séance de jeu, une mauvaise aventure de la fantaisie ».

Les Finte Sculture (Fausses Sculptures) de 1966 s’attachent à inventorier « les animaux naturels » et la « nature vierge », leurs formes tronquées, qui, sous prétexte d'évoquer la « décapitation du rhinocéros » ou « de la girafe », parleraient plutôt de celle de la sculpture. Enfin, les Elementi et la Ricostruzione della natura (1967-1968) s’interrogent sur le dialogue entre la nature et la culture, par exemple en revisitant avec humour les mythes de Tarzan et d’Ulysse.

À Polignano a Mare, dans la province de Bari, le palais Pino Pascali abrite un musée communal d'art contemporain (Museo comunale d'arte contemporanea) créé en 1988 et consacré à l'œuvre de l'artiste[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paula Hardy, Abigail Hole, Olivia Pozzan, Puglia & Basilicata 1st Edition, Lonely Planet, 2008, 248 pages, p. 133.