Pinacothèque nationale d'Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 58′ 32″ N 23° 44′ 57″ E / 37.97556, 23.74917 ()

Tiepolo

La Pinacothèque nationale d’Athènes (en grec : Εθνική Πινακοθήκη), officiellement Pinacothèque nationale - musée Alexandre-Soútzos (Εθνική Πινακοθήκη-Μουσείο Αλεξάνδρου Σούτζου), située dans le quartier Mets de la capitale grecque, abrite les chefs-d'œuvre d'art grec moderne et une collection importante de peintures et dessins de divers pays d'Europe occidentale. Elle a été fondée en 1900. Considérée unanimement comme l'un des plus hauts lieux de culture à Athènes, elle est riche aujourd'hui de plus de 15 000 œuvres, grâce à une politique d'acquisition dynamique et à de nombreuses donations.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est sous l'influence de Munich, à l'issue de la guerre d'indépendance, que l'idée de créer une Pinacothèque nationale à Athènes prend forme. La Conférence de Londres a en effet proclamé en 1832 le fils du roi Louis Ier de Bavière, Othon Ier, roi de Grèce, liant ainsi profondément Athènes et Munich.

Les premiers plans pour un musée de peinture, inspirés de l'Alte Pinakothek, sont dessinés par Leo von Klenze, architecte de Louis Ier, mais ils ne furent jamais réalisés. Le noyau de la collection de la future Pinacothèque se forme en 1840 lorsque le directeur de l'École Polytechnique d'Athènes, F. Zenter, y transporte toutes les œuvres rassemblées par le premier gouverneur de Grèce, Ioánnis Kapodístrias. Ce premier ensemble s'enrichit rapidement au fil des années, grâce à de nombreux legs et donations, et notamment en 1878 lorsque l'Université fait don à l'École Polytechnique de quarante-quatre œuvres.

En 1896, le juriste et amateur d'art Alexandre Soútzos lègue toute sa fortune et sa collection pour la création d'un musée de peinture. Cette généreuse donation conduit à la véritable naissance de la Pinacothèque en 1900 avec la création d'un poste de conservateur, occupé par le peintre Georgios Iakovidis, revenu d'Allemagne. La Pinacothèque et l'École Polytechnique se séparent définitivement sur le plan législatif en 1909 et 1910, bien que la collection reste encore conservée dans les bâtiments de l'École.

Les décennies suivantes, de nombreuses donations et legs, provenant autant d'artistes que de collectionneurs grecs établis à l'étranger ou en Grèce, marquent le véritable essor de la Pinacothèque. En 1954, elle entre en possession du legs effectué à la fin du XIXe siècle par Alexandre Soútzos. Dénommée désormais « Pinacothèque nationale - Musée Alexandre Soútzos », elle gagne l'impulsion décisive pour obtenir la construction d'un nouvel édifice pour abriter et présenter ses collections.

Inauguré en 1969, le bâtiment, conçu dans l’esprit de l’architecture brutaliste de Le Corbusier par les architectes Pavlos Mylonas et Dimitris Fatouros, assistés par Dimitris Antonakakis, alors jeune architecte, se compose de deux volumes principaux, un parallélépipède allongé de plusieurs étages, destiné à abriter la Pinacothèque proprement dite, les expositions permanentes, les bureaux et les dépôts, et un cube de deux étages du Musée Alexandros Soutsos, où se trouve l’entrée et qui accueille les expositions temporaires. Les deux volumes sont reliés entre eux par une étroite passerelle, formant un H asymétrique.

Les façades du bâtiment alternent le béton apparent et les surfaces revêtues de marbre blanc. Le volume le plus bas présente sur ses parties antérieure et postérieure des galeries rythmées par des piliers en béton laissé à l’état naturel, tandis que les faces allongées du volume le plus haut se caractérisent par une trame orthogonale de saillies en béton protégeant les espaces intérieurs de l’éclairage direct.

Le musée a été agrandi par un second corps de bâtiments en 1976, dans lequel se déploie la présentation permanente des collections, centrées sur l'art grec depuis l'indépendance.

La pinacothèque sera en travaux de 2010 à 2013. Un étage sera ajouté tandis que des salles d'exposition seront créées au sous-sol. Le coût des travaux est estimé à 30 millions d'Euros[1].

Collection[modifier | modifier le code]

La Pinacothèque nationale d'Athènes possède également une importante collection de peintures grecques du XVe au XIXe siècle, ainsi que des icônes post-byzantines, et un certain nombre de chefs-d'œuvre du peintre espagnol d'origine grecque Domenikos Theotokopoulos, dit Le Greco, dont le mythique « Concert des Anges », son œuvre ultime.

Les œuvres des artistes grecs emblématiques, tels Ioannis Altamouras, Francesco Pige, Nikolaos Gysis, Theodoros Rallis ou Georgios Avlichos reflètent admirablement les tendances de la peinture grecque postérieure à l'indépendance (1830), oscillant entre tradition et modernité. Mais également d'artistes contemporains grecs ou issus de la diaspora comme Alkis Pierrakos.

La Pinacothèque nationale d'Athènes possède également un magnifique ensemble de peintures occidentales à partir du XIVe siècle. On y retrouve des œuvres importantes issues des écoles italienne (Giambattista Tiepolo, Cecco del Caravaggio, Paolo Veneziano), française (Jacques Linard, Eugène Delacroix, Henri Fantin-Latour) ou néerlandaise (Pieter Aertsen, Jan Brueghel l'Ancien, Jan Brueghel le Jeune, Jacob Jordaens, Adams Frans Van der Meulen).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. E-Kathimerini 08/08/2009

Liens externes[modifier | modifier le code]