Piment Fort (jeu télévisé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Piment Fort était une émission de télé québécoise fort populaire animée par Normand Brathwaite et diffusée à TVA entre 1993 et 2001.

Description[modifier | modifier le code]

Trois artistes reconnus sont invités à l'émission pour relever des défis humoristiques. Ces invités étaient le plus souvent des humoristes mais aussi parfois des acteurs ou un caricaturiste.

Exemples de jeux ou défis:

  • faire des blagues à partir de citations réelles de l'actualité, titres de journaux, statistiques
  • raconter une blague classique : par exemple en commençant par « une fois c't'un gars... »
  • terminer des proverbes qui deviendront célèbres... pour leur stupidité!
  • compléter une phrase, jeux de rimes, chansons stupides
  • ...le tout en y associant parfois personnalités publiques connues et politiciens

Bref, faire de l'humour sans cesse dans le cadre de jeux déterminés par l'animateur.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Chaque participant est debout, derrière le même long bureau, et est associé à une couleur (bleu, rouge, vert). Après avoir annoncé le nom du jeu qui s'amorce, l'animateur met alors un gigantesque chapeau abondamment décoré (volontairement ridicule et hautement architectural !) qui représente avec humour le style du jeu en question. L'animateur explique les règles puis enchaîne les « questions » ou énoncés qu'il lit sur un carton. Par exemple, on débute un poème et on demande de compléter un vers. Chaque invité donne sa drôle de réplique farfelue et l'animateur poursuit avec d'autres vers à compléter qui amènent d'autres blagues, tout en racontant une petite histoire. Après quelques tours, à la fin de ce poème, le conteur des meilleures blagues (qui auront complètement déformé le poème) est choisi par le public dans la salle qui vote en agitant un carton de la couleur du joueur qu'ils apprécient. Quand il y a visiblement une couleur favorite dans la salle, le joueur gagnant se mérite alors un ou plusieurs piments forts (artificiels en plastique) selon sa performance, le tout fièrement et parfois puissamment lancé par l'animateur directement à lui. Quand le vote est moins clair (évaluation visuelle rapide), l'animateur ne compte pas du tout les couleurs; il s'exclame plutôt : C'est chaud, c'est chaud, c'est chaud!... puis donne simplement un piment à chaque joueur. D'autres jeux s'enchaînent alors et le nombre de piments distribués augmente. Parfois l'animateur ne se gêne pas pour intervenir, soit pour faire rire le public à son tour, soit pour donner des piments à des moments particulièrement très drôles. La fin de l'émission détermine le grand gagnant, qui ne gagne que davantage de piments, autrement dit une pluie de piments lui est lancée. L'émission se termine en annonçant l'adresse du studio, les heures d'ouverture, l'âge minimal requis pour assister à l'émission... car le public est invité à venir y assister mais comme le dit l'animateur : c'est 18 ans et plus parce qu'il y a de la boisson!!! (vente d'alcool sur place)

Faits intéressants[modifier | modifier le code]

  • L'émission était enregistrée devant public au Café Campus de Montréal. Au total, il y eut 1 298 émissions.
  • Selon le site de TVA : Pendant huit saisons, de 1993 à 2001, Piment fort est incontestablement demeuré le jeu télévisé le plus populaire au Québec avec près de deux millions de téléspectateurs francophones chaque semaine.
  • Depuis une émission précise, l'animateur Normand Brathwaite avait pris l'habitude de frapper sur le décor du show, affirmant qu'il était laid. À la demande du public, il devra répéter ces coups et poussées à presque toutes les autres émissions par la suite, à un moment précis durant l'émission, l'équipe technique aidant à retenir le décor pour éviter qu'il tombe.
  • La boisson (alcool) étant disponible sur place, l'animateur expliquait rapidement à chaque fin d'émission que les gens pouvait venir y assister à condition qu'ils soient âgés de 18 ans ou plus.
  • Pendant des années, peu de téléspectateurs aurait pu prouver que les invités préparaient la totalité de leurs réponses à l'avance, probablement parce que lorsqu'un joueur ne se souvenait plus d'une réponse, ses erreurs et improvisations le rendaient naturel. Il semble que ce fut un secret bien gardé. Voir la section sur ce sujet.
  • De façon récurrente et durant plusieurs années, les invités ont fait de nombreuses blagues au sujet d'un événement de la vie personnelle de Normand Brathwaite. Il s'agit de son arrestation en état d'ivresse sur le pont Jacques Cartier. Presque tous les invités y ont fait allusion au moins une fois à la blague au cours des années, y compris Brathwaite lui-même.

Exportable?[modifier | modifier le code]

Certaines personnes croient que ce genre d'émission ne pourrait sans doute plus exister dans le Québec d'aujourd'hui et qu'un concept semblable n'aurait même jamais pu voir le jour ailleurs dans le monde (n'y a-t-il pas eu une vaine tentative d'importation de cette émission par le Royaume-Uni?). C'est qu'il est difficile de contrôler les propos d'un humoriste, encore moins de plusieurs humoristes dans une ambiance délirante, même s'il y a peu d'improvisation. Certains croient que le Québec évoluant, les poursuites en justices devenaient de plus en plus menaçantes, quelques-unes ayant déjà été entamées. Une émission de ce genre était typique du Québec des années 1990: à cette époque les commentaires des bouffons n'étant pas pris au sérieux même s'ils faisaient parfois référence aux anglaises froides (canadiennes), aux caractéristiques physiques (et mentales) de personnalités québécoises et mondiales, aux politiciens fédéralistes, etc. De plus la chaîne TVA n'était pas diffusé dans le reste du Canada contrairement à aujourd'hui. Finalement, il y eut tout de même peu de poursuites, la plupart des blagues basses étant superficielles et acceptées par les célébrités visées.

Les Jeux[modifier | modifier le code]

Liste partielle à compléter:
Vidéos ballons

  • Avec des si
  • Blind-date
  • Chante-la ta chanson
  • Ça rime en crime
  • Les 100 dessins
  • Conférence de presse
  • Connais-tu l'histoire du gars...
  • Les faux proverbes
  • O.V.N.I.
  • Place aux poètes
  • Les pieds dans les plats
  • Pot pourri
  • Les simagrés
  • Le tribunal
  • À quoi tu penses?
  • Au pied de la lettre
  • Les béatitudes
  • Ça rend sourd
  • C'est meilleur en groupe
  • C'est quoi ton sigle?
  • Devine la devise
  • Fais ta prière
  • Ils vont tellement bien ensemble
  • Mission impossible
  • Les mots croisés
  • Qu'avez-vous à déclarer?
  • Trouvez le mozus
  • Vive la différence!
  • Comme maman disait
  • On va-tu aux vues?
  • Y ont l'tour
  • L'avenir dans mes boules
  • J'ai mon voyage
  • Fais-moi une ligne
  • C'est qui? C'est qui?
  • La grosse légume
  • Le sac sur la tête
  • Le détecteur de mensonges
  • Strip tease
  • Top secret
  • Le début de la fin

Secret de l'émission[modifier | modifier le code]

Au passage de Normand Brathwaite à l'émission Tout le monde en parle, animée par Guy A. Lepage, on apprend que l'émission Piment Fort était arrangée et que les questions et réponses étaient pré-établies entre l'animateur et les participants. Normand cite comme exemple Dany Turcotte, maintenant coanimateur de Tout le monde en parle, qui avait à l'époque répondu à une question du jeu avant même que Normand ne la lui pose. Les spectateurs avaient donc compris à ce moment que l'émission était arrangée.

Liens externes[modifier | modifier le code]