Pilule empoisonnée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pilule empoisonnée , « poison pill » dans le jargon financier anglo-saxon, est une clause destinée à se protéger d'une prise de pouvoir inamicale par un groupe ou une société hostile. Elle peut prendre de multiples formes : il peut s'agir d'une possibilité offerte d'émettre des actions supplémentaires, d'attribuer des options d'achat d'actions destinées à augmenter le nombre d'actions en circulation, ou d'avantages offerts aux clients en période d'OPA hostile. Il s'agit plus globalement d'un ensemble de mesures financières, juridiques, comptables ou réglementaires destinées à contrecarrer une prise de contrôle non souhaitée.

L'expression, au départ utilisée entre guillemets[1], est en 2008 banalisée[2]. On utilise également l'expression dragée toxique[3],[4].

La pilule empoisonnée peut prendre la forme d'une petite filiale présente dans un groupe. Si cette filiale opère dans un secteur 'sensible', cela oblige l'acquéreur éventuel du groupe à obtenir le feu vert d'une autorité gouvernementale. Les sociétés ayant des activités militaires entrent dans cette catégorie. Ce type de défense avait été envisagé des deux côtés de l'Atlantique lorsqu'Alcatel avait fusionné avec Lucent. Chacune des deux sociétés ayant des activités dans le domaine des équipements militaires, la cession de celles-ci à des intérêts étrangers est inenvisageable[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]