Pillemoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pillemoine
Le village de Pillemoine
Le village de Pillemoine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Champagnole
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura
Maire
Mandat
Hervé Girardot
2014-2020
Code postal 39300
Code commune 39419
Démographie
Population
municipale
59 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 03″ N 5° 54′ 28″ E / 46.7008, 5.9078 ()46° 42′ 03″ Nord 5° 54′ 28″ Est / 46.7008, 5.9078 ()  
Altitude Min. 654 m – Max. 821 m
Superficie 4,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pillemoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pillemoine

Pillemoine est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cize Rose des vents
Loulle N Le Vaudioux
O    Pillemoine    E
S
Châtelneuf

La petite commune de 4,69 km² située sur le deuxième plateau jurassien occupe une partie du bassin de Pillemoine-Le Vaudioux (Le Vaudioux est à 1,5 km et Loulle 2,1 km) traversé par le ruisseau de Pillemoine. La terre est assez pauvre avec des tourbières et des marnes qui ont servi à la fabrication de briques et de tuiles.

Économie[modifier | modifier le code]

On y trouve les activités agricoles de moyenne montagne et surtout l'élevage bovin pour la fabrication du fromage de comté.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon Alphonse Rousset et son Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, Pillemoine est d'origine récente : un dénommé Pierre Pillemoine de Monnet vint s'y établir au XVe siècle. En 1549 le hameau ne comptait que six maisons mais il se développa jusqu'à compter 120 habitants en 1790 et 145 en 1851. Sévèrement frappé par le dépeuplement le village ne comptait que 40 habitants en 1990 : depuis sa population a augmenté pour atteindre 62 habitants en 2010.

L'abbaye de Balerne y possédait une vaste ferme dont certains bâtiments existent toujours (propriété privée) mais le village était dans la dépendance de la seigneurie de Chatelneuf, les habitants étaient affranchis de mainmorte mais soumis au cens en argent et en nature et aux corvées[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
juin 1995 novembre 2009 Jean-Claude Girod[2],[3]   démissionnaire[3]
novembre 2009 en cours Hervé Girardot[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 59 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
134 119 129 155 154 154 146 137 145
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
133 135 129 119 117 103 106 99 90
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
77 73 81 64 79 78 84 75 63
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
68 74 48 43 40 56 61 62 59
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pillemoine possédait une chapelle détruite en 1785 qui n'a pas été remplacée : c'est donc un des rares villages comtois sans clocher. Le village était rattaché à la paroisse de Loulle, intégrée dans les années 1980 à la paroisse des Monts de Balerne.

Une maison commune a été construite en 1850 pour servir de mairie-école : cette dernière ne fonctionne plus depuis les années 1960.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Guy Thomas : (1934 en Belgique) parolier et poète ayant écrit de nombreuses chansons à succès entre autres pour Jean Ferrat, Isabelle Aubret, James Ollivier etc..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Alphonse Rousset Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, 1857, volume 5, page 80.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Rousset Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de la Franche-Comté, 1857, volume 5, page 80 [1]
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. a, b et c Pillemoine : Hervé Girardot élu maire, publié le 15 novembre 2009, consulté le 19 juin 2010
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011