Pile ou Face (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pile ou face (film))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pile ou face (homonymie).

Pile ou Face est un film policier français réalisé par Robert Enrico, sorti en 1980.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Bordeaux, l'inspecteur Baroni enquête sur la mort d'une femme, Mme Morlaix, tombée par la fenêtre de son appartement après une dispute avec son mari. Persuadé de la culpabilité de celui-ci, Baroni s'acharne à vouloir le faire avouer bien que l'affaire soit rapidement classée et qu'une affaire de trafic de drogue secoue la ville.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le titre du film est inspiré du nom du chien de Georges Cravenne dont c'était la première production. Il avait découvert l'année précédente le roman Suivez le veuf que lui avait fait lire Bertrand Javal, producteur exécutif du film.

Tout au long du film, Morlaix (Michel Serrault) fait longuement mention de l'île de Talua où il rêve d'aller vivre. C'est sur cette petite île fictive du Pacifique que se déroulait en 1961 l'intrigue du film Le Diable à quatre heures de Mervyn LeRoy, avec notamment Spencer Tracy et Frank Sinatra dans les rôles principaux.

Citations[modifier | modifier le code]

– Baroni : « On devient pas flic. On finit flic.
– Laurence : C'est pas déshonorant.
– Baroni : Ça devrait pas l'être non. Au début, j'étais même assez fier. Seulement, petit à petit, la politique nous a mis le grappin dessus, et, du Service de l'État, on est passé au service du Pouvoir — et ça, mon petit, c'est pas la même chose. Remarquez, c'est pareil dans tous les pays du monde, mais c'est pas ça qui me console. Alors à force de faire des sales trucs, on est devenu des sales flics. »


– Baroni : «  Aaah ! Le pâté en croûte du dimanche ! Tu t'es trompée de jour, on n'est pas dimanche ! Ta mère, elle...
– Sa fille : Oh ! Je ne le fais pas aussi bien qu'elle... Il doit y avoir un secret...
– Baroni : Un secret... Comme le hachis parmentier ou le bœuf en gelée.
– Sa fille : Avoue qu'elle te manque...
– Baroni : Aux heures des repas. »


Baroni : « La justice, docteur, c'est comme la Sainte Vierge : si elle n'apparaît pas de temps en temps, le doute s'installe. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]