Pilar Miró

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pilar Mercedes Miró Romero, née le et morte le à Madrid, est une réalisatrice espagnole.

Pilar Miró

Naissance
Madrid
Nationalité Drapeau de l'Espagne espagnole
Décès
Profession réalisateur
scénariste
Films notables Le Crime de Cuenca (1980)
Beltenebros (en) (1991)
El perro del hortelano (en) (1996)

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit et de journalisme, Pilar Miró entre à l'École Officielle de Cinématographie (issue de l'ancien IIEC, fondé en 1947). Elle devient la première femme réalisatrice à la Télévision espagnole. On compte à son acquis près de deux cents films pour la télévision, à laquelle elle consacre plus de vingt ans de carrière[1]. Elle débute au cinéma en 1976 avec La petición (La demande en mariage) d'après un conte d'Émile Zola. Mais, c'est El crimen de Cuenca, réalisé en 1979, qui assure sa célébrité : le film traitant de crimes exécutés par la Guardia Civil, provoque un grand retentissement public. Il devra néanmoins affronter les mailles de la censure et la réalisatrice sera accusée de diffamation. À la suite d'une vague progressiste et antimilitariste, consécutive à l'échec du coup d'État perpétré par des officiers de l'armée le 23 février 1981, la cinéaste est alors déclarée non coupable et, en août de la même année, le film est projeté dans toute la péninsule[2].

Militante du PSOE, Pilar Miró est nommée en 1982 à la Direction générale du cinéma, auprès du Ministère de la Culture du gouvernement Felipe González. Au cours de cette période, elle est chargée d'accomplir la réforme la plus importante de l'histoire du cinéma espagnol. La loi Miró - série de mesures contenues dans le royal décret du - s'inspire du système français et lorsque celle-ci démissionne de son poste, en 1985, le cinéma espagnol semble s'être doté d'« une organisation solide ayant le consensus de tous les professionnels. »[3] Un an plus tard, elle accepte les fonctions de Directrice générale de la Radio et de la Télévision. Elle assume ses responsabilités en dépit d'une grave insuffisance cardiaque qui la force à subir deux interventions chirurgicales à cœur ouvert. Accusée en 1989 d'abus de fonds publics, elle est contrainte de renoncer à son poste. Jugée, elle est acquittée en 1992. Toujours très active, Pilar Miró succombe à un infarctus à l'âge de 57 ans, en octobre 1997.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juan Antonio Pérez Millan, Pilar Miró, directora de cine, Valladolid : 37 Semana Internacional de cine, 1992.
  • Françoise Heitz, Pilar Miró, vingt ans de cinéma espagnol, Coll. "Lettres et Civilisations Étrangères", Artois Presses Université, Arras, 2001.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Heitz : Pilar Miró, vingt ans de cinéma espagnol (1976-1996), Artois Presses Université, Arras, 2001.
  2. María Adell Carmona in : Le cinéma espagnol d'Antxon Salvador, Gremese, Rome, 2011.
  3. Jean-Claude Seguin, Histoire du cinéma espagnol, Éditions Nathan, 1994.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]